👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Vingt deux ans que l'Apartheid a été aboli. Néanmoins les inégalités subsistent : les blancs habitent des villas de luxe alors que les noirs continuent à pourrir dans leurs townships.
A la criminelle du Cap, deux flics de couleurs différentes travaillent main dans la main.
L'Afrique du Sud aurait donc pardonné et tiré un trait sur son passé. C'est en tout cas ce qu'aimerait faire croire, et croire lui-même, le noir du tandem (Ali Neuman). Il a pourtant toute les raisons de vouloir se venger, son père a été brûlé vif sous ses yeux et lui-même émasculé par un clébard de la SAP.
Lui à pardonné. Ce n'est pas le cas de son coéquipier blanc (Brian Epkeen), une épave qui traine une quantité de casseroles à faire pâlir Pete Doherty (alcoolisme, dépendance aux médocs, aux filles..). Sa plus lourde c'est sans doute son père. Ce dernier gît dans une tombe anonyme. Il était procureur lorsque la commission de vérité et de réconciliation devait faire son boulot, la Justice. Seulement de justice il n'y en a pas eu et les gredins du Parti National s'en sont tirés.
Pire, certains fomentent en cachette une arme diabolique, une molécule, véritable bombe ethnique destinée à exterminer la population noire. Le précieux sésame sert à couper une drogue très largement consommée dans les townships, donc par les noirs. Elle a pour but de les faire s'entretuer ou de les pousser aux suicides.
La distribution c'est le Chat qui s'en occupe, un dealer noir plus attiré par la couleur de l'argent que par celle de sa propre peau.
Par deux fois malheureusement, c'est la mauvaise couleur qui trinque : deux jeunes femmes de bonnes familles ont goûté à la tik, la fameuse drogue. Leur couleur leur confère l'attention exclusive de la police du Cap. Tant pis pour les enfants noirs qui disparaissent par lots. C'est là que l'enquête commence.

Le film, âpre, brutal et très violent, suit la descente aux enfers des deux flics campés par Orlando Bloom et Forest Whitaker. Si le second, parfait en homme déglingués de l'intérieur (il donne du plaisir aux femmes pour mieux se punir), nous a habitué à l'excellence, c'est du premier que vient la surprise. Sans jamais avoir douté d'un réel talent, il m'a bluffé en flic ravagé. Sa composition n'a rien à envier à celle de Keitel dans le Bad Lieutenant de Ferrara. Le reste du film fonctionne plutôt bien, notamment lors de deux séquences (l'une à la plage, l'autre dans le désert namibien), et le doit notamment à la photogénie folle du Cap. La ville est faite pour le cinéma : villas de luxe accrochées à la falaise et townships débordant de misère, brume sur les montagnes alentours et soleil brulant sur la plage, il y a tout au Cap. Il n'y a qu'à la filmer. On y sent même l'équilibre fragile entre la paix et le chaos.

Il s'agirait d'un film sur le pardon. A voir les dernières séquences, on en douterait. L'espoir n'y est pas permis.
Pourtant c'est bien le flic blanc, initialement prêt à les tuer tous, qui demande à son coéquipier, pacifique à la base, de laisser faire la justice. Mais c'est trop tard pour lui. En lui enlevant ce qu'il avait de plus cher, c'est toute la haine emmagasinée qui se déchaine. Et l'issue ne peut être que sanglante. A part Bloom, personne ne saura de toute façon. Il était seul et son émasculation le privait de tout futur. Il était un produit de l'Apartheid. Il a terminer d'y mettre un terme.
Lors de la dernière scène, au moment d'écrire l'épitaphe de son ami, Bloom écrira celle de son père. Il a pardonné. Ouf, l'espoir est permis.
blig
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2013

il y a 8 ans

29 j'aime

9 commentaires

Zulu
B_Jérémy
10
Zulu

Zulu, un sujet grave et alarmant sur le terrible projet Coast.

Si tu veux faire la paix avec ton ennemi, travail avec ton ennemi et il devient ton partenaire. Pour son quatrième film, le réalisateur Français Jérôme Salle à qui l'on doit entre autres Anthony...

Lire la critique

il y a 4 ans

30 j'aime

16

Zulu
blig
6
Zulu

Sawubona baba

Vingt deux ans que l'Apartheid a été aboli. Néanmoins les inégalités subsistent : les blancs habitent des villas de luxe alors que les noirs continuent à pourrir dans leurs townships. A la criminelle...

Lire la critique

il y a 8 ans

29 j'aime

9

Zulu
Truman-
7
Zulu

Critique de Zulu par Truman-

En Afrique du Sud une femme est retrouvée morte, l’enquête qui commence alors de façon banal va aller plus loin que le simple homicide qui était prévu . Sous la chaleur d'un pays encore en proie aux...

Lire la critique

il y a 8 ans

23 j'aime

Cinquante Nuances de Grey
blig
2

Le loup de Balls Street

Conversation téléphonique longue distance Seattle-New-York, une nuit chaude et électrique du mois de mai, entre un maître dominateur et son élève : Maître, Anastasia est partie... La pute...

Lire la critique

il y a 7 ans

272 j'aime

25

Le Labyrinthe
blig
3

The Naze Runner

- Tu t'appelles comment? - Je sais pas. - Lui c'est truc, lui c'est bidule. Eux ce sont des "runners", eux des paysans, eux des constructeurs. Comment t'as dis que tu t'appelais déjà? - Je sais...

Lire la critique

il y a 7 ans

247 j'aime

57

Kingsman - Services secrets
blig
7

Nique Fury

Qu'il soit gentleman ou pilier de comptoir, on interrompt jamais un homme qui boit une Guinness. Ça ne se fait pas, tout simplement. Manners Maketh Man. D'ailleurs on ne boit pas une Guinness, on la...

Lire la critique

il y a 7 ans

204 j'aime

8