👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Attention, affiche trompeuse ! Si le panda roux géant est bel et bien un élément de mignonnerie, c'est avant tout son entourage direct et intéressé (en l'occurrence les élèves d'un collège de Toronto) qu'il va attendrir. Car les adultes, dans et devant le film, y verront un symbole beaucoup moins adapté aux enfants.

Film d'animation féminin et féministe (de l'équipe technique au casting, les hommes brillent par leur absence) le nouveau Pixar cache derrière un gros doudou trop mimi rien moins que l'histoire d'une crise d'adolescence qui tourne au pugilat format XXXXXXL.
Reprenant la confrontation mère/fille de Rebelle, la réalisatrice chinoise Domee Shi pousse le curseur beaucoup plus loin, accentuant la violence de l'incarnation animale fantastique tout en ancrant son histoire dans un réalisme aux détails étonnamment crus pour un objet filmique estampillé Disney.
Il y est question des bouleversements de la puberté, des premiers émois sexuels (le terme est employé), des premières règles et des serviettes hygiéniques qui les accompagnent, d'une bande d'adolescentes qui fantasment devant un boys band et parlent de "devenir femmes" (sic) à leur contact...
Et le combat est aussi bien celui de l'émancipation féminine (en lutte contre des générations de puritanisme et de répression transmis de mère en mère) que de l'affirmation de son identité et de la nécessité pour une femme de se faire respecter dès le plus jeune âge - "Mon panda, mon choix !", finit par lancer l'enthousiasmante héroïne, détournant une expression devenue très familière en cette ère post #MeToo.

Beau, drôle, touchant, gonflé, inclusif (j'ai repéré un fauteuil roulant dans un plan de foule ! ^^) et complètement de son temps, ce film n'est pas à mettre entre les mains des trop jeunes (au mieux, ils vont s'ennuyer et passer complètement à côté de l'affaire, au pire ils vont vous poser des questions qui risquent de vous mettre dans l'embarras), mais presque à utiliser comme un outil pédagogique, lorsque votre fille, vers 12-13 ans, manifestera les premiers signes d'une alerte rouge indiquant qu'il sera temps de l'aider à apprivoiser son précieux panda.

AlexandreAgnes
7
Écrit par

il y a 3 mois

2 commentaires

Alerte rouge
Behind_the_Mask
8
Alerte rouge

Méta morphose

A première vue, Alerte Rouge, avec ses histoires d'ados et de transformations, raconterait presque la même chose que Luca, abandonnant l'Italie de la dolce vita au profit des traditions...

Lire la critique

il y a 4 mois

40 j'aime

4

Alerte rouge
Sergent_Pepper
7
Alerte rouge

InThePanda

Pixar a toujours été l’indicateur des évolutions les plus récentes du cinéma : pionniers de l’animation de synthèse, les voila contraints d’essuyer les plâtres d’une nouvelle mutation, celle de la...

Lire la critique

il y a 3 mois

35 j'aime

3

Alerte rouge
Plume231
7
Alerte rouge

La Métamorphose !

2002, Internet existait déjà. Les gens pouvaient y avoir accès, mais rares étaient ceux qui avaient ça à domicile. Pour la très grande majorité d'entre nous, il fallait utiliser les ordinateurs à...

Lire la critique

il y a 4 mois

32 j'aime

9

Au revoir là-haut
AlexandreAgnes
9

On dit décidément MONSIEUR Dupontel !

La Rochelle, 26 juin. Jour de mon anniversaire et de l'avant-première de Au revoir là-haut en présence d'Albert Dupontel. Lorsqu'il entre dans la salle à la fin de la projection, le public...

Lire la critique

il y a 5 ans

52 j'aime

4

Mektoub, My Love : Canto uno
AlexandreAgnes
4

Si "le travelling est affaire de morale", ici le panoramique vertical est affaire de vice

Je n'accorde habituellement que très peu de crédit au vieux débat clivant qui oppose bêtement cinéma populaire et cinéma d'auteur (comme si les deux étaient deux genres définitivement distincts et...

Lire la critique

il y a 4 ans

48 j'aime

19

Arès
AlexandreAgnes
6
Arès

Ne pas jeter bébé avec l'eau du bain

Voilà un long métrage qui, en apparence, accumule les défauts : une erreur monumentale dans le choix de la date dès le carton d'ouverture (l'action se situe dans un Paris post-apocalyptique...

Lire la critique

il y a 5 ans

39 j'aime