Petit surdoué des effets visuels, du clip et de la pub, David Fincher est propulsé, pour son premier long métrage, à la tête d’une franchise dont les enjeux sont immenses. Succédant à Ridley Scott le visionnaire et James Cameron la machine de guerre, il lui faut trouver sa place. L’expérience, désastreuse dans sa cohabitation avec un studio qui refuse de lui laisser les coudées franches, le mènera à renier le résultat dans sa filmographie depuis bien plus autonome en termes de choix artistiques.


La cohabitation entre une identité marquée et les exigences des producteurs se fait effectivement sentir. Plus proche de l’univers esthétique du fondateur, Fincher livre un thriller horrifique en huis clos, résolument épuré dans son action par l’exploration d’une planète pénitentiaire ou le concept même d’arme est prohibé.


L’ambiance post apocalyptique, dans des décors décatis et industriels, tranche ainsi avec le film de guerre qu’avait proposé Cameron, de la même manière que l’héroïsme est entièrement à redéfinir : les détenus, déviants et mis à l’écart, sont des victimes qui disputent à la créature sa monstruosité, tandis que Ripley, entre nouveau deuil imposé et affirmation de son statut de femme désirante, va devoir composer avec une donne qui va clairement faire évoluer son personnage, à savoir la fusion organique et psychique avec l’adversaire.


“You’ve been in my life for son long. I can’t remember anything else”, confirme Ripley, héroïne tragique qui ne se réveille de longues ellipses temporelles que pour retrouver un monstre qui dévaste ceux qui pourraient éventuellement la reconnecter à l’humanité. La chasse à l’homme, dans un décor qui rappelle l’univers de Caro et Jeunet dans La Cité des Enfants Perdus, sera cruelle et sans réel espoir. Alors que l’héroïne apprend à faire la connaissance des proscrits, la progression du récit, qui fonctionne comme jamais sur le principe du récit alterné, conduit une fois encore à la désignation du véritable mal, à savoir la fameuse Compagnie et les intérêts qu’elle trouve dans la créature. La venue de l’extérieur, loin d’être une mission de sauvetage, devient donc la menace ultime à laquelle il va falloir mettre un terme.


Fable noire, Alien 3 ne démérite pas la plupart du temps. La violence inhérente au personnage (Sigourney Weaver, désormais crâne rasé, offre une palette élargie à son personnage), cette religion du désespoir contribue à une atmosphère étouffante et poisseuse, malheureusement gâchée par des longueurs (la version longue du coffret est une sacrée erreur), une expérimentation numérique atrocement douteuse pour les plans d’ensemble avec la bête, et des abus de poursuite en caméra subjective. Les partis-pris et le renouvellement par rapport à la direction prise pour l’opus de Cameron sont fertiles, mais l’ensemble reste déséquilibré et l’on sent trop les sutures voulant combiner plusieurs tendances. Deux éléments clés sont néanmoins à mettre au crédit de cette expérience : la mise en place d’un esthétique, qui verra Fincher se diriger vers le très singulier Se7en, et le sacrifice de Ripley, qui sonne le glas de son humanité pour faire d’elle une icone hybride on ne peut plus originale.

Le 9 avril 2020

Critique lue 870 fois

31 j'aime

3 commentaires

Alien³
Ligeia
7

Quand l'alien mute, Ripley évolue.

David Fincher nous fait le coup de la Tabula Rasa non pas pour anéantir le travail des réalisateurs précédents mais pour repartir sur de nouvelles bases.Exit enfin l'artillerie lourde de Cameron qui...

il y a 11 ans

65 j'aime

16

Alien³
DjeeVanCleef
3

Fait chier, Fincher.

Avant de vomir ce film, loue avec moi le Seigneur, car pensant regarder une version de travail de deux heures et trente cinq minutes, grâce soit rendue au Tout-Puissant, je me retrouve face à deux...

il y a 10 ans

57 j'aime

24

Alien³
socrate
6

Let the circle be unbroken : au menu de l'alien cette fois-ci, de la fine chère !

Comme dans le film de Ridley Scott, on a des décors assez glauques, une sensation d'enfermement liée à la particularité du pénitencier qui est un peu comme un vaisseau, et qui présente également une...

il y a 11 ans

52 j'aime

12

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

il y a 9 ans

748 j'aime

105

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

il y a 4 ans

692 j'aime

47

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

il y a 9 ans

602 j'aime

53