Dès la toute première scène, magnifique, de ce Black swan plus magnifique encore, Darren Aronofsky place son film sous les présages affolants, les désordres mouvants du rêve et/ou du cauchemar, de l’épopée intérieure, et intérieure à Nina strictement. Le film débute ainsi, à la manière d’un Mulholland Drive réécrit, permuté (de Los Angeles à New York, du cinéma au ballet), par une scène de danse rêvée, somptueuse et délicate, impliquant déjà l’étourdissement et les travers de sa muse ; mais là où Diane se plongeait dans un sommeil merveilleusement angoissant, Nina en émerge enfin, semble se réveiller, étourdie, ou peut-être est-elle encore en train de rêver ? Rêve-t-elle aussi, comme Diane, à son accession de gloire secrète, de perfection ultime jusqu’à la mort ? Et le maléfique Rothbart ne vient-il pas évoquer, dans la rainure soyeuse des projecteurs, le "monstre" brûlé du chef-d’œuvre de David Lynch ?

Nous serons ainsi, et c’est un fait, dedans Nina, nous serons elle, jeune danseuse étoile choisie pour le rôle-titre d’une nouvelle représentation du Lac des cygnes, et jusqu’aux ultimes secondes de cette œuvre baroque, il n’y aura, jamais, aucun autre point de vue permettant une objectivité, une réflexion plus sensée affirmant (ou contrecarrant) les peurs, les doutes et les visions terribles qui, dès lors, la hantent jour et nuit. Black swan est un périple mental sans retour, sans amarre, frayant un chemin strict, ruant dans la pure psychose et ne cherchant jamais à s’arrêter ou à se raisonner, périple qui s’emporte totalement lors des trente dernières minutes infernales du film, aussi harassantes et éprouvantes que pouvaient l’être celles de Requiem for a dream.

Le film se refuse au raffinement, à une philosophie plus affectée. Au contraire, l’intrigue joue, s’appuie sur des sensations et des sentiments très primaires, exagérés en tout point. Il faut pouvoir accepter le trop, l’exacerbé, presque le grossier, pour apprécier infiniment cette œuvre macabre et malade. Aronofsky ne recule que devant peu d’effets, parfois à moitié réussis et proches de la boursouflure assumée (le double dans le miroir, le fantôme sanglant de Beth dans l’appartement…), pour démultiplier, sursignifier chaque avancée, chaque phase dans la lente dislocation (psychique et physique) de Nina qui tente de s’accomplir, de s’incarner au-delà de ses limites.

Il en va de même pour les psychologies abordées, théâtrales, à la lisière des poncifs (mère abusive, sexualité refoulée, double maléfique, névroses). À l’écran, cela se traduit par des signes forts, évidents et identifiables immédiatement : peintures monomaniaques de la mère, test de Rorschach au mur chez Thomas, étrange statue ailée, image du cygne omniprésente (le petit tableau dans la salle de bains, la peluche dans la chambre…). Les décors, eux aussi, participent clairement à cette odyssée intime, miroirs à chaque recoin (et presque à chaque plan), utilisation du noir et du blanc, appartement confiné, murs en parpaings nus, vierges et gris, comme en attente d’un décor à poser par-dessus, à structurer, à frôler, issu directement de l’imagination de Nina et de ses rêves, encore.

Nina, fragile, fébrile et évaporée, déjà perturbée (on devine des antécédents psychologiques troubles, anorexie, automutilations…), couvée par une mère Gorgone ultra-protectrice (Barbara Hershey, divine et inquiétante), suit le destin de son héroïne qu’elle incarne littéralement, à la folie et sans plus aucun discernement ni éventuelle remise en question. Nina s’abîme dans ses propres démons, ses propres failles, béantes aussi sûrement que les stigmates qu’elle arbore, s’égare dans la dualité de son rôle et de sa personnalité (que Lily, sa "rivale", tente de comprendre… et d’aider ?), confond les ancrages de la réalité et les fuites du rêve, de la fiction imposée.

Le film a, évidemment, un univers très marqué et très référencé : Les chaussons rouges de Michael Powell, Répulsion de Polanski, La pianiste d’Haneke (la mère a d’ailleurs le même prénom que le personnage d’Isabelle Huppert). Les transformations du corps et sa réappropriation évoquent bien sûr le meilleur de Cronenberg (La mouche, Faux-semblants, Crash), mais aussi l’étrange Dans ma peau de Marina De Van où l’être cherche à se sublimer par-delà les souffrances et une réalité plus ou moins rejetée. Les pieds sont atrophiés, les plaies nombreuses, les ongles saignent, la chair se déchire ou se caresse, puis quand, enfin, arrive l’apothéose épique sur la grande scène et sous les vivats, d’un envol admirable se déploient alors de larges ailes noires en un instant de grâce complètement absolue.

Aronofsky, inspiré, roublard et talentueux évidemment, transforme, transcende cette simple histoire de paranoïa et de frustrations en un incroyable opéra schizophrène, relecture moderne et psychotique du ballet de Tchaïkovsky. Il parvient à rendre palpable, concrète, expressive au possible (trop, diront certains), cette démence ambiante qu’il tient parfaitement sur la durée et dans une très belle osmose de sensualités (proximité charnelle lors des scènes de répétitions), de sons (souffles, respirations, craquements d’os, rires et chuchotements), de lumières, de musiques et d’atmosphères étranges, soudain envoûtantes puis terrifiantes la seconde d’après.

Il faut maintenant revenir sur cette dernière demi-heure délirante, apex sidérant où, tout autant perdu que Nina, et manipulé à la guise d’un Aronofsky déchaîné, le spectateur ne sait plus quoi envisager ni croire ni penser. Le spectacle est alors éblouissant, enivrant, organisé entièrement sur les glissements entre eux du fantasme, de l’imaginaire et du réel, et dont le sadisme éclatant rappelle celui, plus discret, des contes de fées de notre enfance (métamorphoses, mère cruelle, innocence perdue). Attendu, agaçant, brillant même dans ses imperfections et disposé à de multiples interprétations, Black swan paraît s’amuser de ses outrances (la scène de masturbation, celle du pervers dans le métro) et distille patiemment son venin, prodigue le vertige, illuminé sans cesse par une Natalie Portman superbe, vulnérable, et dont les lignes du visage n’ont jamais été aussi intrigantes. "It was perfect", murmure-t-elle à la fin entourée de ses pairs, conquis. Et tout est si sublime aussi…
mymp
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Top de la décennie 2009/2019

Créée

le 23 sept. 2012

Modifiée

le 23 sept. 2012

Critique lue 540 fois

9 j'aime

1 commentaire

mymp

Écrit par

Critique lue 540 fois

9
1

D'autres avis sur Black Swan

Black Swan
Kalian
2

Je n'irai pas refaire un tour du côté de chez Swan

Je pourrais faire mon hypocrite et laisser ouverte la possibilité que je sois passé à côté du film. Mais d'une part cela ne correspondrait pas à mon impression, et d'autre part il m'a tellement...

le 5 févr. 2011

305 j'aime

248

Black Swan
Aurea
8

De chair et de sang

Peu importe que le film regorge d'excès en tous genres, qu'il mélange conte, thriller fantastique et drame psychologique : c'est un grand film et la vision inspirée du monde ô combien noir de la...

le 25 juil. 2011

271 j'aime

111

Black Swan
Kalès
3

Un peu facile.

Portman qui fait la gueule tout le film : check. Esthétique immonde n'épargnant rien au spectateur en mode "la réalité, c'est moche" : check. Avalanche de bruitages répugnants et exagérés du style...

le 11 févr. 2011

160 j'aime

54

Du même critique

Gravity
mymp
4

En quête d'(h)auteur

Un jour c’est promis, j’arrêterai de me faire avoir par ces films ultra attendus qui vous promettent du rêve pour finalement vous ramener plus bas que terre. Il ne s’agit pas ici de nier ou de...

Par

le 19 oct. 2013

180 j'aime

43

Killers of the Flower Moon
mymp
4

Osage, ô désespoir

Un livre d’abord. Un best-seller même. Celui de David Grann (La note américaine) qui, au fil de plus de 400 pages, revient sur les assassinats de masse perpétrés contre les Indiens Osages au début...

Par

le 23 oct. 2023

179 j'aime

15

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Par

le 11 oct. 2015

161 j'aime

25