👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

(http://youtu.be/x-OUY5Imzis)

Te dire l'affreux moment que j'ai passé devant ce film, je ne sais pas si j'ai les mots.

Une déception comme on en fait rarement, et tu sais quoi, j'ai pensé à ce puceau. Celui qui rencontre une bombasse à s'arracher les yeux, chevelure de rêve, avec des formes où s'accrocher tout partout, gentille, douce, attentionnée, prête à s'offrir comme apéritif sexuel à ce boutonneux suintant l'envie par tous les pores de sa peau grasse, au seuil d'une vie de dépravé qui s'annonce.

Cédant à ses pulsions, il accepte l'étrange invitation, son cœur de pourceau battant dans sa glabre poitrine, le parfum de la blonde suffirait à lui faire prendre son pied, pourtant, s'il n'était pas aveuglé par sa nouille, il verrait qu'il y a anguille sous roche.

J'ai pensé à ce puceau qui, dupe qu'il est, se retrouve au plumard avec une greluche qui s'appelle Abilio en provenance directe de Cruzeiro, et qui cache sous ses jupons une splendide paire de baloches.

Tu le vois le puceau criant à l'infamie, à la tromperie sur la marchandise ?

Ce film, il m'a fait ça.

C'est laid, elliptique à l'excès, ça veut faire dans la poésie, voir dans le conte mais franchement on est où là ? Dans le foutage de gueule ! C'est de la merde en barre, machin ne raconte rien ou sinon trop peu et trop mal.

Sérieux, le casting ! Katerine en Vian, c'est de la science fiction, Forestier, j'aurais été dans la capacité de l'achever, crois-moi, même à coups de pieds c'était fait, pauvre Gréco, piètre Bardot et cerise sur le pompon : machin lui-même dans le rôle de Brassens.

Et puis Dieu sait (si, Il le sait) que j'adore Doug Jones, mais là, pour une fois, heureusement qu'il est caché sous cet affreux costume de pantin qui gesticule et divague.

Comme on dit par chez moi : bouillasse !

Seul surnage dans ce triste naufrage, l'excellent Éric El Mosquito, qui mime bien le Serge en plus d'avoir la même ganache.

Juste pour dire, pour finir, qu'il y a la place pour faire un vrai film sur Gainsbourg.

Djieke.

(qui, comme ce triste puceau, rentrant penaud, a l'impression d'avoir été violé par un truc qui devait lui faire du bien).
DjeeVanCleef
3
Écrit par

il y a 9 ans

37 j'aime

5 commentaires

Gainsbourg (vie héroïque)
Torpenn
2

Qu'il aille Sfar foutre...

Le début du film est passé un peu mieux, pas grâce à lui d'ailleurs, mais plutôt au fait que j'en ai profité pour gagner une paire de parties d'échecs et que j'ai raté le plus gros de ce gamin qui...

Lire la critique

il y a 10 ans

65 j'aime

84

Gainsbourg (vie héroïque)
Momodjah
5

Un film qui se défile

Tout d'abord, on peut remercier Joann Sfar de nous avoir concocté un biopic hors-norme, un de ceux qui ne nous donnent pas l'impression d'avoir affaire au même type de personnalité à chaque fois,...

Lire la critique

il y a 11 ans

38 j'aime

1

Gainsbourg (vie héroïque)
DjeeVanCleef
3

No, no thank's no.

(http://youtu.be/x-OUY5Imzis) Te dire l'affreux moment que j'ai passé devant ce film, je ne sais pas si j'ai les mots. Une déception comme on en fait rarement, et tu sais quoi, j'ai pensé à ce...

Lire la critique

il y a 9 ans

37 j'aime

5

Les Fils de l'homme
DjeeVanCleef
10

L'évangile selon Thélonius.

2027, un monde où les enfants ne naissent plus, comme une malédiction du Tout-Puissant, un courroux divin. Un monde qui s'écroule sous les coups des intégrismes de tous poils, où seule, la Grande...

Lire la critique

il y a 9 ans

192 j'aime

35

Inside Llewyn Davis
DjeeVanCleef
10

Like a rolling stone.

http://youtu.be/754sRFIHIrA (note le chat sur la pochette) Ça commence comme une chanson qui prend son temps. Avec une guitare, une voix et des silences. Une chanson qui raconte la vie d'un type...

Lire la critique

il y a 8 ans

184 j'aime

44

Heat
DjeeVanCleef
10
Heat

Le Crépuscule des Dieux.

Résumer ça à une fusillade, certes impressionnante, ou à un affrontement entre deux monstres sacrés du cinéma qui ne s'étaient jusqu'alors, croisés, que le temps de quelques fondus enchaînés dans "Le...

Lire la critique

il y a 9 ans

181 j'aime

11