👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le réalisateur est non loin d’être le pendant chinois du japonais Akira Kurosawa. Je m’explique. Il a popularisé le film de sabre chinois (wu xia pian) au délà de ses frontieres comme Kurosawa avec le film de sabre japonais (gendaï geki). Ils ont eu tous deux une carrière chaotique. Pas forcément artistiquement parlant mais le public n’était pas toujours au rendez-vous. Ils avaient le soucis du détail pour la reconstitution ou la bonne lumière au bon moment par exemple. Et ont été une source d’influence majeure dans leur style respectif.

Et avec King Hu on parle bien de style. La légende de la montagne est absolument magnifique. La lumière est partie prenante de l’histoire, magnifiée par une photographie esthétisée à l’extrême. Ce qui aurait pu être un problême pouvant faire trop pub mais le mélange avec la fanstamagorie donne un coté nébuleux de l’ordre de la réverie collant tout à fait avec les thêmes du film.
On fait face à un film presque féministe tant la Femme est prépondérante et représentée sous différents prismes. Parfois néfastes parfois bienfaisantes, elles sont des personnages forts contrairement à la plupart des personnages masculins qui sont soit veules, naïfs ou peureux.
Et King Hu nous emmene loin grâce à une mise en scène inspirée. Par exemple Les métaphores employées pour signifier l’acte d’amour ou l’utilisation de la fumée. Du Wu xia pian on en retire des scènes virevoltantes mais à la place du sabre, c’est le tambour, Hypnotique et entétant.
Une œuvre teintée de surnaturel et d’une beauté renversante qui toutefois aurait mérité d’être un plus resserré (j’ai vu la version longue de 3h10) et par moment un peu bordélique mais quel voyage !

L’esthétique au service du récit /20

JohaKeyz
7
Écrit par

il y a plus d’un an

1 j'aime

La Légende de la montagne
KevinGosse
8

Critique de La Légende de la montagne par Claire Magenta

Grand maître du film de sabre chinois, King Hu fit connaitre le wuxia pan au-delà des seules frontières asiatiques. A Touch A Zen (1971) fut ainsi la première œuvre chinoise récompensée au Festival...

Lire la critique

il y a 4 ans

6 j'aime

La Légende de la montagne
Adinaieros
5

Critique de La Légende de la montagne par Adinaieros

Ce qui m'avait particulièrement plu dans A touch of Zen se retrouve ici mais à mon sens en beaucoup moins bien : le rythme particulier, l'intrigue qui peut passer au second plan, la composition des...

Lire la critique

il y a 10 ans

4 j'aime

1

La Légende de la montagne
Moizi
6

Sorcière, sorcière, prends garde à ton derrière

J'ai vu la version courte de 1h52 et à voir quelques images sur le net ma copie ne rend pas hommage au travail de King Hu. Je regrette donc de ne pas l'avoir vu en meilleure qualité. Reste que j'ai...

Lire la critique

il y a 5 ans

1 j'aime

La Légende de la montagne
JohaKeyz
7

L’esthétique au service du récit /20

Le réalisateur est non loin d’être le pendant chinois du japonais Akira Kurosawa. Je m’explique. Il a popularisé le film de sabre chinois (wu xia pian) au délà de ses frontieres comme Kurosawa avec...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

Le Temps des Gitans
JohaKeyz
9

Le temps des émotions /20

A vrai dire, je ne sais par où commencer. Tant ce film m'a surpris. Je connaissais la réputation de Kusturica de faire des films un peu bordélique, bruyants, burlesque. Mais je ne m'attendais pas à...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

Morse
JohaKeyz
8
Morse

Un très bon drame d’horreur /20

Un film revisitant le mythe du vampire. Le realisateur prend le partie pris de la mise en scène naturaliste, ancrant l’histoire dans une certaine réalité. Ne serait ce qu’avec l’arc narratif du...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime