Le Retour de Mary Poppins est oubliable, ou pis qu'oubliable : on aimerait l'oublier, et on sait que certaines scènes nous resteront en travers de la gorge, comme cette suffragette absolument ravie que cet homme charmant la porte sur son vélo (heureusement qu'il y a des mâles pour aider les féministes) et ce banquier sauvant la famille de la pauvreté (heureusement qu'il y a des placements financiers pour sauver les opprimés, s'ils restent pauvres, c'est vraiment faute de participer au système, surtout à une période aussi connue pour sa débauche économique que la Grande Dépression ! Oh wait...). Précisons que l'on a difficilement pitié de la misère de cette famille qui possède une femme de ménage inutile, un appartement immense à cinq minutes de Big Ben, un autre grand appartement un peu plus loin, qui est gracieusement aidée par la solidarité entre les déshérités et deviendra ensuite sans aucun mérite une nouvelle famille d'héritiers... Le film est donc malsain sans avoir aucune qualité pour le faire reluire en quoi que ce soit, sinon peut-être pour Blunt et Whishaw. Aucune mélodie n'est jolie, aucune scène inspirée, au contraire, le tout est d'un cheap absolument indécent de la part de Disney et trahit la volonté de l'entreprise de capitaliser sur la nostalgie sans rien investir. On citera peut-être la scène des falotiers comme une réussite, au moins quelque chose d'un peu neuf, si l'on est complètement aveugle à sa laideur scandaleuse, entre chorégraphie anarchique, montage trop rapide, changements constants d'angle de vue, gestion catastrophique des avant et arrière-plans, on aurait voulu saboter Rob Marshall qu'on n'aurait pas mieux fait, et il est encore pire de se dire que Marshall est content de son produit. Le remake était au moins l'occasion d'une nouvelle démonstration technologique, d'un tour de force visuel comme pouvait l'être le film original en son temps, las, il imite platement (et en fait moins joliment encore) ce qui, il y a cinquante ans, pouvait apparaitre comme des trouvailles. Les petits enfants seuls apprécieront peut-être sa fantaisie, mais celle-si est si peu inventive que ce n'est même pas sûr et que ce n'est pas un cadeau que de leur offrir cette oeuvre opportuniste et curieusement interminable. J'aurais mieux fait de placer les dix euros qu'a coûté ma place à la banque... comme quoi, j'ai bien compris la leçon du film !

XipeTotec
4
Écrit par

Le 23 décembre 2018

5 j'aime

5 commentaires

Le Retour de Mary Poppins
Walter-Mouse
6

Un cœur d'enfant

En cette fin d'année 2018, Disney brûlent leur dernière cartouche en réveillant un mythe dont personne n'aurait jamais crû/demandé le retour. En ne comptant pas le biopic Dans l'Ombre de Mary, ce...

il y a 4 ans

40 j'aime

2

Le Retour de Mary Poppins
CastorManonLavi
3

J'ai mal à mon enfance

Ce film se veut être une suite de l’oeuvre sortie en 1964, ma critique se fera donc à l’aune de ce que j’ai pu penser et apprécier dans son aîné. Précaution d’usage, je suis extrêmement fan du...

il y a 4 ans

21 j'aime

2

Le Retour de Mary Poppins
Behind_the_Mask
6

Une médecine qui a un peu de mal à couler

J'avais quitté Disney à la sortie d'une séance où il s'était méchamment Cassé la gueule (et une Noisette au passage) dans Quatre Royaumes en mode small teuf. J'attendais donc qu'il termine en beauté...

il y a 4 ans

19 j'aime

5

Illang : La Brigade des loups
XipeTotec
4

Bien pire qu'un vrai remake scène par scène

Parmi les trois « Netflix Originals » du mois d’octobre, Apostle était entièrement original, le scénario d’Un 22 juillet était écrit par Paul Greengrass, mais s’appuyait sur un livre de non-fiction...

il y a 4 ans

5 j'aime

Les Éblouis
XipeTotec
5
Les Éblouis

Des Éblouis qui n'éblouissent pas

Les Éblouis puise une légitimité indéniable et puissante dans sa dimension autobiographique, dont on regrette seulement que la réalisatrice ait de son propre aveu édulcoré l'horreur. N'aurait-il pas...

il y a 2 ans

4 j'aime

Final Space
XipeTotec
7
Final Space

Un bon Désenchantée ?

Dans la lignée des séries animées pour adultes tentant de reproduire le succès de Rick and Morty, Final Space m'apparaît comme un bon Désenchantée, comme ce que Désenchantée aurait dû être...

il y a 3 ans

4 j'aime