S’il ne s’agit que du second volet des petits tic-tac jaunes, tout le monde sera assez malin pour comprendre que nous arrivons déjà au cinquième opus d’une saga qui s’éternise et qui n’évolue plus dans le bon sens. Le studio Illumination a déjà atteint les limites de leur recette, à base de bêtises en tout genre et surtout le doublage délirant de Pierre Coffin. Il y a toujours une place pour ce plaisir, mais lorsqu’il est aussi anecdotique et si peu inspiré, on ne peut que se faire éjecter du manège en plein vol. C’est ce qui arrive à ce dernier projet, tenu par un Kyle Balda cohérent avec les précédents films et c’est de là que vient le problème. En ne regardant que vers son nombril, l’intrigue est constamment estampillée d’un ton rebattu et prévisible dans toutes ses formes.


Il faut comprendre que la saga des Minions est encore plus sélective de la trilogie portée par Gru. Il s’adresse à un public plus jeune, certes, mais la paresse de l’écriture atteint un décrochage qui signe sans doute le divorce avec les amateurs de la trilogie d’origine. Elle avait déjà repompé tout ce qui était bénéfique à « Mégamind » et nous retrouvons le même syndrome ici, dans un décor seventies qu’on larguera assez vite pour se coller à la pagaille laissée par les hommes de main un peu à côté de la plaque. Plus frustrant encore, la fausse bonne idée de l’épisode est d’avoir réintégré Gru, afin d’explorer les origines du mal. Il n’est autre qu’une version miniaturisée de celui qu’on connaît déjà. La véritable nouveauté se trouve donc derrière les Vicious 6, aux pseudonymes hilarants, mais que l’on bazarde également pour se centrer sur les péripéties de Gru et de ses fidèles amis.


Le récit s’essouffle alors trop rapidement pour qu’on ne manque de rien, si ce n’est un gag à la minute, qui peine à tenir le spectateur éveillé. Il tente ainsi des approches plus nostalgiques auprès de son audience plus âgée, en faisant un aparté dans le Chinatown de San Francisco. Le fantôme de Bruce Lee et d’un certain « The Karate Kid » ne manque pas d’être surligné, le temps que les deux axes narratifs se rejoignent au climax. Hélas, le trop-plein esthétique condamne ses chances de renouer avec la tension ou une quelconque émotion d’ordre moral. On peut se surprendre à rire, mais il s’agirait d’une oasis au milieu d’une hécatombe de gags vains et sans impact. Nous avons fait le tour avec ces âneries qui ne mordent pas et qui ont le don de ne pas surenchérir sur la nature d’un vilain.


Ainsi, « Les Minions 2 : The Rise of Gru » (Il était une fois Gru) tente désespérément de séduire son public avec des yeux doux, une démarche aussi littérale qu’abyssale, compte tenu des promesses initiales. Ce n’était sans doute pas le lieu ni le moment de développer les antagonistes, mais cela aurait pu relancer une machine qui rouille à vue d’œil. Il n’y a pas de quoi en faire tout un plat, comme on pourrait le dire. Encore faut-il assez d’ingrédient pour atteindre un soupçon de saveur, qui ne résonnerait pas avec la mécanique d’un fast-food ne misant que sur des paillettes recyclées.

cinememories
3
Écrit par

Le 15 juillet 2022

2 j'aime

Les Minions 2 - Il était une fois Gru
FloYuki
4

Les Minions reviennent à nouveau pour rien. Une suite légèrement plus plate que le précédent.

Ma critique vidéo sur Les Minions 2 En 2015, le studio Illumination Entertainment s’est dit que ça serait une bonne idée de sortir un long-métrage sur les Minions. Un film plus adapté pour les...

il y a 3 mois

8 j'aime

13

Les Minions 2 - Il était une fois Gru
ClémentColbrant
10

Chef-d'œuvre absolu.

Un chef-d'œuvre, je ne pourrais utiliser d'autres mots pour décrire cette œuvre qui a redéfini ma vision non seulement de l'art mais aussi de la vie en général.Mais cet avis n'est bien sûr pas basé...

il y a 2 mois

5 j'aime

1

Les Minions 2 - Il était une fois Gru
turandot
7

Critique de Les Minions 2 - Il était une fois Gru par turandot

Un bon film d'animation. Intrigue farfelue, mais cohérente ( pas trop simplette, puisqu'il y a des actions simultanées dans des endroits différents), et qui file à 100 à l'heure sans donner le...

il y a 3 mois

4 j'aime

Solo - A Star Wars Story
cinememories
6

Shot First !

Avec une production et une réalisation bousculée par la grande firme que l’on ne citera plus, le second spin-off de la saga Star Wars peut encore espérer mieux. Cela ne veut pas dire pour autant que...

il y a 4 ans

19 j'aime

2

Buzz l'Éclair
cinememories
3

Vers l’ennui et pas plus loin

Un ranger de l’espace montre le bout de ses ailes et ce n’est pourtant pas un jouet. Ce sera d’ailleurs le premier message en ouverture, comme pour éviter toute confusion chez le spectateur,...

il y a 3 mois

18 j'aime

4

Zack Snyder's Justice League
cinememories
4

Ça déborde

Le conflit. Le film de Zack Snyder en est orné, voire possédé. Entre l’emprise des studios Warner et un deuil non résolu, le cinéaste revient malgré tout, en force et encouragé de tout part, pour...

il y a plus d’un an

17 j'aime

2