👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Et rebelotte, le cinéma américain adore les films autour de l'espace, de Mars etc, et ce n'est pas avec une certaine réussite. Je peux juste dire que Gravity a été sûrement le dernier film autour de ces sujets que j'ai apprécié. Life on Mars, au vu des critiques ne devrait qu'abaisser la note, et c'est le cas. Une famille qui tente de survivre dans un repère sur mars (une immense maison pas du tout fonctionnelle) mais fait face à l'arrivée d'étrangers qui tentent d'entrer dans leur bâtiment. C'est bien parce qu'au début du film, la famille tue ces intrus alors qu'on ne sait pas du tout leurs revendications

cette maison appartenait à l'un des inconnus appelés Jerry et pourtant, la famille tente de tout faire pour partir ou de tuer le mec. Pas de logique évidente.


La jeune enfant est bien mignonne à vouloir se sauver mais très vite, on se rend compte qu'elle fait les mêmes futilités que beaucoup de personnages de cinéma dont l'histoire de départ est un furieux huis-clos. Par moment, le film offre quelques moments hors-sol : le robot Steven qui apparaît, des scènes d'une futilité (on va jouer de la guitare). Même l'intrigue sur le terrible secret de la famille laisse vraiment un goût pas terrible dans la bouche. L'écriture de chaque personnage est désespérante

malgré la confiance entre Jerry et la mère, cette dernière veut tout de même tuer Jerry et ce qui arrivera arrivera : Jerry tue la mère.


J'ai pas non plus apprécié le développement temporel où la jeune Remmy grandit avec le temps et se doit toujours de vivre avec Jerry. Et le pire arrive : Jerry qui avait déjà flirté avec la mère, flirte aussi avec Remmy et ça arrange plutôt Jerry que Remmy

Oui, à perpet les bains, Jerry face à l'instinct primal et animal souhaite faire l'amour avec Remmy et faire un enfant à cette dernière.


Alors si même l'écriture du scénario est foireuse, je ne peux rien y faire surtout en regardant la fin, prévisible et surtout tellement lunaire qu'on n'a même pas envie de parier à ce qu'il est arrivé.

flowrak
2
Écrit par

il y a 6 mois

1 j'aime

Life on Mars
Kinovor-Cinefaj
8
Life on Mars

Pionniers ultimes

Huis clos minimaliste, Settlers aborde, avec une économie de moyens digne d'un Mies van der Rohe, nombre des thèmes qui font la Science fiction. Le scénario post apocalyptique (numero 1342, comme...

Lire la critique

il y a 12 mois

6 j'aime

Life on Mars
flowrak
2
Life on Mars

Critique de Life on Mars par flowrak

Et rebelotte, le cinéma américain adore les films autour de l'espace, de Mars etc, et ce n'est pas avec une certaine réussite. Je peux juste dire que Gravity a été sûrement le dernier film autour de...

Lire la critique

il y a 6 mois

1 j'aime

Life on Mars
OlivierAntoine1
4
Life on Mars

Life on a farm (on Mars)

J'abordais le film avec intérêt, il ne me semblait pas possible que ce soit la purge décrite par certains, partant du principe que bon, ça restait de la sf. Comment dire? Au début y se passe qqs...

Lire la critique

il y a 4 mois

1 j'aime

Lamb
flowrak
5
Lamb

Critique de Lamb par flowrak

Je me suis quand même beaucoup ennuyé dans ce film dramatique entrecoupé d'un thriller qui parfois pèse dans l'esprit du public. Avec Noomi Rapace qui finalement revient peu à peu dans des films...

Lire la critique

il y a 7 mois

5 j'aime

Judas and the Black Messiah
flowrak
4

Critique de Judas and the Black Messiah par flowrak

J'ai toujours bien pris à ces films biopic historiques de grandes figures de la cause noire. Avec Judas and the Black Messiah et au vue du duo d'acteurs qui découlent à savoir : Daniel Kaluuya et...

Lire la critique

il y a plus d’un an

5 j'aime

I May Destroy You
flowrak
8

Critique de I May Destroy You par flowrak

Annoncé comme la nouvelle série teen "consciente" et féministe, I May Destroy You a eu des retours plutôt intéressants. Dans le Londres populaire et divers, la jeune demoiselle, personnage...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime

3