👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

A premier champ, chant premier : toute en liturgie, l'ouverture de Mektoub, My Love lance magnifiquement le manège estival d'Amin, de retour à Sète après une année parisienne où il abandonna la médecine pour la photo et les scénarios. Lumière radieuse, permanence de l'horizon et fixité du personnage dessinent déjà le double courant parcourant le sixième long-métrage d'Abdellatif Kechiche : dans ce tourbillon de la vie, Amin sera simultanément le point central, la figure spatiale de référence et le corps extérieur, observateur étranger mi-amusé, mi-inquiet d'un flux auquel il ne saurait tout à fait s'abandonner. La première (et dernière) scène de sexe ne dit pas autre chose : fulgurante et incandescente, elle relègue Amin au second plan, dans le rôle du voyeur, petit Marcel caché dans son buisson, témoin-espion subjugué par la puissance des corps, par leur voracité.

Tout le film sera animé de cet étrange paradoxe : l'expérience sensorielle - qui comme à son habitude chez Kechiche, est celle d'un trop plein, où l'appétit vital dévorant pour la nourriture, les chairs, la beauté, le stupre, ira jusqu'à l'écoeurement, la nausée - se voit ici doublée d'une forme de sacralité.
Par sa vocation d'artiste, Amin s'est choisi un mektoub qui est en même temps sa malédiction, la blessure dont il éprouvera toutes les nuances jusqu'à l'usure. Plus amoureux de l'image-fétiche, de sa révélation (la chambre noire et les photos de Pietà d'Ophélie) que de l'incarnation, Amin se condamne à vivre à retardement, à regarder son cousin Tony, bourreau des coeurs, saisir l'instant à sa place. Céline et Ophélie, en lui refusant des photos, chacune à leur manière, verbalisent le danger qui le guette : à trop vouloir figer l'instant dans sa mémoire (esthétiser, idéaliser, immortaliser), quelque chose d'essentiel lui échappe.

Deux temporalités cohabitent ainsi dans chaque plan : le présent immédiat - originel et violent, auquel tous succombent, insouciants et libres - et un présent réactualisé, raturé par l'introspection, la volonté de relecture, de rachat, de rédemption. C'est ce qui fait que le cinéma de Kechiche ne sera jamais tristement naturaliste, simple évocation du souvenir ou reconstitution paresseuse d'une époque passée. Innervée dans les soleils radieux et dans les fulgurances d'une jeunesse désidérative, la douce tristesse qui envahit petit à petit Mektoub, My Love est celle des occasions manquées, des moments que l'on sait insaisissables et que Kechiche tente de saisir, contre toute raison, une seconde fois. C'est le sens de sa méthode : tourner longtemps, rejouer encore et toujours le réel, jusqu'à l'absurde, chercher le plan qui dure, trouver le temps long, à la manière d'Amin dans la bergerie, à la recherche constante d'un miracle - un visage, un regard, un sourire, une danse, une naissance - arraché à la ligne du temps et qui fusionnerait dans un seul plan total l'ensemble des présents et des sentiments.

il y a 4 ans

88 j'aime

5 commentaires

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

146 j'aime

21

Mektoub, My Love : Canto uno
guyness
3

Sea, sex and seum

Une longue vie de spectateur suffit en général à s'apercevoir que souvent, plus le traitement d'une histoire s'éloigne d'une apparence de réalité, plus on touche au vrai. Prétendre que le contraire...

Lire la critique

il y a 4 ans

95 j'aime

54

Mektoub, My Love : Canto uno
Corentin_D
9

Aimer dans le temps

A premier champ, chant premier : toute en liturgie, l'ouverture de Mektoub, My Love lance magnifiquement le manège estival d'Amin, de retour à Sète après une année parisienne où il abandonna la...

Lire la critique

il y a 4 ans

88 j'aime

5

Nocturama
Corentin_D
5
Nocturama

Comme d'habitude

Entre les rames, quelque chose se trame. La marche semble aléatoire, la démarche beaucoup moins : en silence, des jeunes s’infiltrent dans le métro parisien, déambulent le visage grave et décidé, ...

Lire la critique

il y a 6 ans

18 j'aime

2

Sophia Antipolis
Corentin_D
7

Terres brûlées

Après le paradis consumériste d’Andorre (2013) et les tours jumelles de Mercuriales (2014), la caméra de Virgile Vernier scrute un nouveau front pionnier, Sophia Antipolis, technopole en forme...

Lire la critique

il y a 3 ans

16 j'aime

2

Snowden
Corentin_D
4
Snowden

I, Edward Snowden

La prise de conscience d’un agent de la NSA sortant de l’ombre pour révéler au monde, en même temps que son identité, la peu reluisante facette des systèmes de cyber-surveillance mise en place par...

Lire la critique

il y a 5 ans

11 j'aime

2