👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je ressors de la séance complètement chamboulée, un pied dans l'autre monde et ce que je viens de voir, ne sachant que penser de la morale de cette histoire et réflexion douce amère sur l'amour et le couple manqué.
Dans la rue, une pensée me vient à l'esprit: Nocturnal Animals est un film sur les regrets.

Susan travaille dans "l'art". Elle a choisi, il y a vingt ans, de quitter l'homme qu'elle aimait, l'écrivain sensible, romantique et sans le sou Ed, pour le fringant Hutton, qui lui offrait, contrairement à Ed, les paillettes et la sécurité.
Amy Adams crève l'écran et montre encore une fois qu'elle est une grande actrice. Après Premier Contact, elle joue ici une femme fantôme, qui s'est tellement perdue dans la superficialité de son milieu qu'elle n'est plus que l'ombre d'elle même, hantée par son passé et le choix qu'elle a fait. Ed (le beau et talentueux Jake Gyllenhaal, qu'on ne présente plus et qui assume un double rôle) envoie à son ex-femme le roman qu'il a écrit et lui a dédicacé, très exactement dix neuf ans après leur rupture.

Nocturnal Animals est un diptyque. C'est un film 2 en 1 : on suit d'un côté l'intrigue du roman d'Ed, puis de l'autre celle de Susan, bien que l'une et l'autre renvoient le même reflet. Ce roman est tout autant fictif qu'il est en fait autobiographique car il exprime de façon interposée et à distance les états d'âme d'Ed à Susan, à travers le personnage de Tony

qui cherche à faire payer les coupables du meurtre de sa femme et de sa fille.


Le film est même triptyque car il explore aussi le passé de la relation d'Ed et de Susan en flash-backs.

La fin reste mystérieuse, même si on comprend qu'il n'y a pas d'issue pour le personnage de Susan : comme on dit en anglais, "you made your bed, you have to lie in it".


Tom Ford est un réalisateur un peu inattendu: créateur de mode, ses films en sont très stylisés (voir A Single Man) et nous rappellent notamment ceux de Nicolas Winding Refn, la profondeur en plus (du moins selon moi). Le film est d'autant plus inattendu qu'il est à la fois fable romantique et sociale mais aussi film d'horreur : les premiers événements qui arrivent à Tony nous plongent dans un véritable cauchemar. Ces Hillbilies du fin fond du Texas ne sont pas sans rappeler ceux de The Texas Chain Saw Massacre, et durant deux heures, plongés dans une spirale cauchemardesque, nous observons cette réflexion sur les classes sociales en Amérique dont il est difficile de sortir indemne. Les plans sont sombres, le paysage nocturne, les paroles échangées teintées de mélancolie et d'occasions manquées, voir de cynisme.
Enfin, il faut aller voir ce film ne serait-ce que pour Michael Shannon, l'un des meilleurs acteurs de sa génération (Take Shelter, Midnight Spécial...) qui transforme en or tout ce qu'il touche et même ici son banal rôle secondaire de flic solitaire et maladif.
Nocturnal Animals est une réussite car il exprime avec beaucoup de subtilité et à différents niveaux de lecture l'amour et les regrets (mais aussi la vengeance selon la façon dont on a compris la fin). C'est un film poétique aux possibilités infinies, qui ne peut laisser indifférent.

Clara_Gamegie
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Clara à la poursuite des salles obscures (2017), Ciné sanctuaire - à la maison (2017) et Films favoris

il y a 5 ans

129 j'aime

27 commentaires

Nocturnal Animals
Velvetman
7

Lost Highway

L’écriture peut être une arme redoutable dans la construction machiavélique d’une vengeance. Il est vrai que le pouvoir de la plume a cette manie de faire resurgir en chacun de nous les pires...

Lire la critique

il y a 5 ans

154 j'aime

9

Nocturnal Animals
Clara_Gamegie
9

Les regrets

Je ressors de la séance complètement chamboulée, un pied dans l'autre monde et ce que je viens de voir, ne sachant que penser de la morale de cette histoire et réflexion douce amère sur l'amour et le...

Lire la critique

il y a 5 ans

129 j'aime

27

Nocturnal Animals
mikeopuvty
4

Killing me softly with his book

Cher Edward, J'ai bien reçu ton bouquin de merde, et je l'ai lu en un rien de temps. Je suis restée sur le cul. 500 pages A4 pour raconter si peu, non mais c'est une blague ? T'as décrit tous les...

Lire la critique

il y a 5 ans

90 j'aime

6

Blade Runner 2049
Clara_Gamegie
9

Anatomie du souvenir

À l’image du réplicant, Blade Runner 2049 est un prototype singulier. C’est un objet mouvant, troublant et colossal, bercé par une sorte de mélancolie désabusée, de désillusion teintée de soupçons...

Lire la critique

il y a 4 ans

104 j'aime

14

Batman v Superman : L'Aube de la Justice
Clara_Gamegie
4

Batman "v" Superman : L'Aube de la Justice

Je prie les fans de DC Comics de ne pas s'offenser devant la critique d'une néophyte en matière de comic-books, qui a hésité quelques temps avant de la faire étant donné sa culture primaire et...

Lire la critique

il y a 6 ans

88 j'aime

26

Baby Driver
Clara_Gamegie
7
Baby Driver

Le goût de l'asphalte

Qui n'a jamais voulu s'évader par la musique ? Qui n'a jamais branché ses écouteurs et balancé son morceau favori, espérant que cela lui permettrait, l'espace d'un instant, d'être quelqu'un d'autre ...

Lire la critique

il y a 5 ans

85 j'aime

16