👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Tout ce que j'ai à dire de positif sur ce film a déjà été rabâché par tout le monde. C'est ultra culte, ça influence encore la mode d'aujourd'hui (qui, pour sa part, aime bien retourner vers le passé) et ça se regarde avec un plaisir monstrueux.

Voilà donc une critique uniquement négative du film (qui le spoile, mais en même temps, tout le monde l'a déjà vu) :
Retour vers le futur est atrocement INCOHÉRENT ! Il aurait fallu BEAUCOUP MIEUX réfléchir aux paradoxes temporels...

Démonstration :

Vous savez que, dans chaque couille humaine, des centaines de millions de spermatozoïdes s'entrechoquent.
Or, parmi tous les spermatozoïdes présents dans les couilles du père de Marty, seul l'UN d'entre eux donnera un Marty.

En revivant le passé une nouvelle fois, il suffit que la couille du père de Marty ballotte une seule fois sur une trajectoire différente de la couille du passé original pour que tout l'ordre des spermatozoïdes s'y retrouve bouleversé.

Or, dans le passé alternatif modifié par le passage de Marty, les couilles de son père, entre 1955 et les années 60, vont ballotter d'une manière COMPLÈTEMENT différente de la manière dont elles auraient ballotté autrement. Il n'y a aucune chance que le spermatozoïde contenant la bonne moitié du caryotype de Marty atteigne l'ovule au moment opportun.
Cela signifie donc, par extension, que Marty n'a AUCUNE chance de naître, ni même son frère.
Il aurait dû disparaître dès le début.

SECONDE INCOHÉRENCE TRÈS GÊNANTE !
A la fin, Marty McFly doit retourner dans le présent avec la Delorean, en arrivant au moment PRÉCIS où tombe la foudre, un moment qui se calcule au millième de seconde près.
OR, il ne connait que la MINUTE où est tombé l'éclair. Autrement dit, il n'a qu'une chance sur 60000 de réussir ! Ridicule ! Vaste fumisterie !

Je ne relèverai pas les autres insupportables incohérences. Mais sachez qu'il y en a plein !
parasaurolophus
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste On croit que le gentil est mort à la fin quand soudain EUHEURK EUHEURK ! JE SUIS EN VIE !

il y a 11 ans

98 j'aime

31 commentaires

Retour vers le futur
Taguzu
10

Retour vers mon passé

He was never in time for his class... he wasn't in time for his dinner... Then one day... he wasn't in his time at all. Aller là où il n'y a pas de route A la vue de mon avatar vous l'aurez...

Lire la critique

il y a 9 ans

128 j'aime

25

Retour vers le futur
Jackal
9

Mister Zemeckis, bring me a dream

1985. Marty McFly a 17 ans, et vit dans une famille de losers. George, son père, est une larve malmenée par Biff Tannen, son patron (et ancien emmerdeur/bourreau en chef au lycée). Lorraine, sa mère,...

Lire la critique

il y a 10 ans

128 j'aime

5

Retour vers le futur
parasaurolophus
9

Un film outrageusement incohérent !

Tout ce que j'ai à dire de positif sur ce film a déjà été rabâché par tout le monde. C'est ultra culte, ça influence encore la mode d'aujourd'hui (qui, pour sa part, aime bien retourner vers le...

Lire la critique

il y a 11 ans

98 j'aime

31

Donnie Darko
parasaurolophus
8
Donnie Darko

Salad finger

Je n'ai pas compris grand chose à Donnie Darko, mais je l'ai trouvé intensément malsain, morbide et déprimant. Quand un film a un effet si fort sur moi, j'essaie toujours de chercher par quel moyen...

Lire la critique

il y a 11 ans

69 j'aime

6

Koyaanisqatsi
parasaurolophus
10

Koyaanisqatsi : Philip "Glass" le sang

Un film documentaire sans parole, ça peut rebuter de prime abord. Sauf que personnellement, jamais un film ne m'a scotché à mon siège comme celui-là. Pour résumer, il s'agit d'un enchaînement de...

Lire la critique

il y a 11 ans

48 j'aime

3

American Beauty
parasaurolophus
9

Critique de American Beauty par parasaurolophus

Cette critique fine et intelligente d'une société de consommation qui focalise l'être sur l'avoir vaut d'autant plus le coup qu'elle est admirablement filmée. Une famille de névrosés, prisonniers...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

2