👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Messieurs les quadras et vos homologues trentenaires, je vous prie en ce jour de lire attentivement ce plaidoyer. Même s’il repose sur cet étron intergalactique qu’est la prélogie Star Wars - que vous abhorrez ou que vous avez peut-être tout simplement décidé d’effacer de votre mémoire conservatrice - il est parfois bon de passer au-delà de la haine profonde que vous ressentez vis-à-vis de ce cher Jar Jar Binks et de lire ce que l’opposition a à dire.

La menace fantôme – comme le reste de la prélogie – a marqué mon enfance. Hélas trop jeune de quelques misérables années pour avoir eu l’occasion de voir cet opus dans une salle obscure, il représente néanmoins l’un de mes premiers souvenirs de cinéma, l’une des premières fois où j’ai été scotché devant un écran, émerveillé par toutes ces explosions, ces mondes surréalistes que sont Coruscant et Naboo.

La question générationnelle rentre donc clairement en ligne de compte, j’ai grandi avec la prélogie, j’ai vu des dizaines de fois chaque épisode, j’ai parlé des heures et des heures dans la cours de récré du général Grevious, rejouant parfois des dialogues qui malgré leur piètre qualité sonnaient comme les instants les plus cultes que moi et mes camarades n’avions jamais vu.

Alors certes, la trilogie originelle est objectivement meilleure et offre des instants des plus épiques et L’Empire contre-attaque trône même honorablement dans mon Top 10. Mais La menace fantôme a aussi ses qualités : la course de modules qui tient en haleine pendant plusieurs minutes sans une once de musique, une musique d’un compositeur qu’on ne présente plus, les décors de la ville Naboo et l’intense bastonnade finale entre un duo de jedis et une incarnation du mal moins emblématique que Dark Vador mais ayant tout de même une classe remarquable dans ses chorégraphies, le bien contre le mal.

Non, ça ne rattrape pas l’interprétation parfois plus que moyenne, les gags de très bas niveau tournant autour de Jar Jar Binks et les dialogues médiocres mais l’univers a tout de même sa magie et la place qu’il a eu dans mon enfance suffit à l’élever au rang de bon film, n’en déplaise à mes ainés.

il y a 8 ans

166 j'aime

65 commentaires

Star Wars - Épisode I : La Menace fantôme
Deleuze
7

Du plaisir innocent

Messieurs les quadras et vos homologues trentenaires, je vous prie en ce jour de lire attentivement ce plaidoyer. Même s’il repose sur cet étron intergalactique qu’est la prélogie Star Wars - que...

Lire la critique

il y a 8 ans

166 j'aime

65

Star Wars - Épisode I : La Menace fantôme
Torpenn
6

Charmes et désagréments des Sith touristiques

Il y a forcément quelque chose de joyeusement enfantin pour un type de ma génération à retrouver ainsi, régulièrement l’univers de Star Wars. Normalement, je vous l’avoue, j’évite d’ailleurs de me...

Lire la critique

il y a 9 ans

149 j'aime

40

Star Wars - Épisode I : La Menace fantôme
Hypérion
5

Midi-chloriens... WORST IDEA EVER !!

Nous sommes à la veille du 21ème siècle, une population fanatique et trépidante campe des semaines à l'avance devant les salles de cinéma pour décrocher le précieux sésame : une place pour voir Star...

Lire la critique

il y a 11 ans

109 j'aime

25

Raging Bull
Deleuze
9
Raging Bull

Lettre ouverte

Papy, J'aurais tant aimé voir ce film en ta compagnie. Voir De Niro, exposant son art, évoluer dans le monde de la boxe, ce monde d'hommes misogynes au possible où la virilité est de mise. Observer...

Lire la critique

il y a 9 ans

122 j'aime

22

Martyrs
Deleuze
8
Martyrs

Témoins

Je suis faible, terriblement faible. Non mais si, c’est vrai, je vous jure. Comment ai-je pu oser partir avec des préjugés ? Un film d’horreur français réputé choc, ça va forcément être moyen, de...

Lire la critique

il y a 8 ans

103 j'aime

11

La Ligne rouge
Deleuze
8

Soldats, quel est votre métier ?

2 jours, 2 films. Les moissons du ciel hier, La ligne rouge aujourd’hui. Hier, j’étais admiratif, aujourd’hui je le suis toujours. Admiratif devant cette façon qu’a Terrence Malick de filmer la...

Lire la critique

il y a 9 ans

86 j'aime

16