Je fais appel à votre indulgence, car cette dernière œuvre de Nolan m'a sacrement fatigué le ciboulot. Et pourquoi me diriez-vous? Et bien parce que derrière son habituel écran de fumée, son film ne propose qu'une histoire banale et grotesque accessoirisée de concepts mal amenés et totalement dépourvus de cohérence. Oui, nom d'une pipe, la cohérence. Aussi caricatural, fantastique ou absurde que puisse être le récit, il faut un minimum de cohérence pour qu'il tienne la route. Là, cette histoire d'inversion est d'autant plus mal exploitée que le rythme effréné ne nous permet pas d'en apprécier les subtilités. Et pour cause, Nolan ne veut pas trop qu'on s'y attarde, car elle ne mène en réalité nulle part. Rien n'est expliqué, ni justifié. Il aurait tout aussi bien pu virer cet aspect de son film que ça n'aurait rien changé.


Entre une musique assourdissante, un récit bavard et superficiel, des effets twist tous plus ratés les uns que les autres, des personnages inutiles et un protagoniste qui dégage autant d'énergie qu'un vieux tapis de bain (il pourra remercier papa et sa belle gueule pour son entrée à Hollywood), et bien je vous cache pas que ce film m'a paru interminable...
Et, pour comble, on ne peut pas dire que Nolan a manqué de temps pour se montrer inspiré et tirer parti de ses idées et de ses personnages.


Au bout d'un quart d'heure, je me suis enfoncée dans mon siège en attendant que le film passe sans moi, sans plus chercher à comprendre, car il n'y a évidemment rien à comprendre, et sans ressentir la moindre sympathie pour les personnages, hormis peut-être pour Robert Patt/Neil qui parvient à rester mesuré mais investi.


Pour le reste, circulez, car il n'y a pas grand chose à voir si ce n'est quelques scènes visuellement intéressantes, mais encore une fois filmées trop rapidement et que nous n'avons pas le temps d'apprécier.


Bref, un long moment bruyant, prévisible et dispensable.

Citlal
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les pires films des grands réalisateurs

Le 22 septembre 2020

5 j'aime

1 commentaire

Tenet
lhommegrenouille
4
Tenet

L’histoire de l’homme qui avançait en reculant…

Il y a quelques semaines de cela je revoyais « Inception » et j’écrivais ceci : « A bien tout prendre, pour moi, il n’y a qu’un seul vrai problème à cet « Inception » (mais de taille) : c’est la...

il y a 2 ans

214 j'aime

75

Tenet
guyness
5
Tenet

Tenet, mais pas sans bavures

Un célèbre critique de cinéma expliquait (à moins que ce ne soit mon grand-père, qui n’était pas à un paradoxe près) que si une intrigue avait besoin tous les quarts d’heures d’un long tunnel...

il y a 2 ans

192 j'aime

29

Tenet
Behind_the_Mask
9
Tenet

La relativité du temps et de l'approche du blockbuster contemporain

Il faudra un jour qu'on m'explique. Car, sans doute, je ne comprends pas tout. Encore une une fois, soupirerez-vous. Aujourd'hui, tout le monde s'accorde sur le fait que le blockbuster made in USA,...

il y a 2 ans

142 j'aime

43

Trois couleurs : Bleu
Citlal
3

Les goûts et les couleurs

Plaît-il? En vrai je devais voir un truc récompensé toussa toussa, plébiscité par les critiques et les cinéphiles, mais je crois qu'il y a erreur sur le matos car je viens de me taper un truc...

il y a 2 ans

12 j'aime

4

American Woman
Citlal
7

En plein dans le Mille(r)

J'adore quand mes préjugés en prennent un coup, et cela American Woman l'a merveilleusement bien fait. Why? Because Sienna Miller. Je dois dire qu'elle m'a mis une bonne claque, dans cette histoire...

il y a 3 ans

9 j'aime

2

Once Upon a Time... in Hollywood
Citlal
3

Une fois suffit

Un seul mot m'est venu à l'esprit lorsque le générique salvateur est apparu: vain. Terriblement d'ailleurs. C'est un alignement de scènes, certes bien fignolées, qui ne trouvent leur inspiration dans...

il y a 3 ans

6 j'aime