Dès le début, le ton est donné, avec cette voix off rauque et désespérée sur fond d’un Gotham plus sombre que jamais. On est clairement dans un film noir. Un film de détective à l’ancienne, mais corrompu par un nihilisme sans limite, propre à notre époque.


Gotham se révèle être très vite un personnage à part entière, indispensable, avec ses zones d’ombre et son ambiance moite, son climat de peur à double tranchant, qui profite autant à Batman qu’aux nombreuses crapules qui l’habitent.


La première fois que Batman sort de l’ombre, dans une station de métro, on sent la lourdeur de chacun de ses pas, d’une brutalité théâtrale renforcée par l’exploitation de chaque recoin d’obscurité que Gotham a à offrir.


Batman résonne avec la ville comme il résonne avec ses protagonistes. Ils ne font qu’un.


La scène d’exposition du Riddler, tapi dans l’ombre tel un voyeur, fait clairement écho à celle de Batman.


Le Riddler prend d’ailleurs un vilain plaisir à tisser des liens entre lui et Batman, qui existent tous les deux à travers un masque qui serait leur seul vrai visage.


Catwoman est révélée à travers une scène voyeuriste également, rapprochant encore plus Batman du Riddler et questionnant les limites morales de ce jeune vengeur en quête de sens.


Très vite, par le biais d’un dispositif, Batman verra littéralement à travers les yeux de Catwoman, qui s’adressera à lui face à un miroir, comme s’ils n’étaient que les deux faces d’une même pièce.


Tous les trois cherchent justice à leur façon, pour assouvir la même soif de vengeance, envers les mêmes corrompus. Batman pour venger ses parents, Catwoman pour venger son amie et Riddler pour venger Gotham en exposant sa corruption à travers un jeu pervers.


La trinité de la vengeance.


Les repères moraux se brouillent plus que jamais. Des nuances de gris prennent en otage cet océan de noirceur dominé par le chaos.


La chute est longue, les valeurs ambiguës des trois personnages dialoguent et s’enlacent, à l’image des nombreux plans flous, intimistes et brumeux.


Puis, jaillit un fumigène rouge sang, une lueur dans la nuit, un éclaireur, un guide, une renaissance.


The Batman.

Roberto_Salvador
8

Le 15 avril 2022

The Batman
JasonMoraw
8
The Batman

The Dark Angel

Tim Burton avec Michael Keaton, Christopher Nolan avec Christian Bale, Zack Snyder avec Ben Affleck. Batman est un des super-héros qui cumule le plus de nouvelles adaptations jonglant entre des...

Lire la critique

il y a 5 mois

172 j'aime

32

The Batman
Moizi
3
The Batman

Tokio Hotel, le film

Sur les cendres de l'univers partagé DC et l'abandon du film Batman de Ben Affleck surgit une nouvelle adaptation, un nouveau Batman, avec cette fois Robert Pattinson dans le rôle titre, le tout...

Lire la critique

il y a 5 mois

158 j'aime

51

The Batman
Sergent_Pepper
7
The Batman

Drowning in the rain

L’Histoire, on le sait, s’accélère : alors que le filon des super-héros semble intarissable, l’éternel retour des grandes figures génère un enchaînement de versions, recyclages et reboots qui...

Lire la critique

il y a 5 mois

148 j'aime

10

Zero Theorem
Roberto_Salvador
8
Zero Theorem

Youporn, Boulot, Dodo.

Travaillant jour et nuit devant un écran, entre un plat micro-ondé sans saveur et une séance de cybersexe, Qohen (Christoph Waltz) s'éloigne progressivement de lui-même. Dépourvue de sens, sa vie...

Lire la critique

il y a 8 ans

35 j'aime

5

Zack Snyder's Justice League
Roberto_Salvador
4

Tout ça pour ça.

Et voilà, j’y suis arrivé. Les 4 heures du Snyder Cut sont enfin derrière moi. Alors clairement que le film est un peu mieux que la version précédente mais on va dire que c’était pas bien...

Lire la critique

il y a plus d’un an

29 j'aime

8

Interstellar
Roberto_Salvador
4
Interstellar

STAY.

Avant de me lancer dans cette aventure périlleuse qui est de descendre le nouveau "chef d'oeuvre" de Christopher Nolan, je tiens à dire que j'apprécie beaucoup sa filmographie ; ses films, bien que...

Lire la critique

il y a 7 ans

21 j'aime

6