Thomas Langmann produit l’adaptation d’un film de son père, Claude Berri. Quarante ans après, Vincent Cassel et François Cluzet reprennent les mâles rôles de Jean-Pierre Marielle et Victor Lanoux. Et Jean-François Richet, habitué des grosses productions bourrées de testostérone, se retrouve à la réalisation de cette



comédie estivale,



et raconte alors comment tout homme peut se laisser séduire par l’attrait de la jeunesse et de la nouveauté. Par la bonne humeur et la légèreté contagieuse de l’air chaud des longs jours d’été, et l’insouciance des vacances.


Ce n’est pas un grand film. Rien d’extraordinaire, ni dans le scenario ni dans la mise en scène. Tout, dans la forme autant que dans le fond, reste très convenu : l’image est belle, la Corse splendide, les couleurs vives et estivales. L’histoire simple et relativement prévisible. C’est



un vent frais de début d’été, agréable.



La réussite de cette comédie, c’est bien le rire : situations et dialogues décalés, parfois inattendus, incongrus. On rigole beaucoup, régulièrement. On apprécie la légèreté du propos et le mystère d’une fin ouverte. Le charme de ce bon moment, ce sont les comédiens. Vincent Cassel est, comme à son habitude, excellent. François Cluzet force un peu trop l’accent corse mais joue de la colère et des nerfs à merveille. Et les deux jeunes filles, Lola Le Lann et Alice Isaaz, sont au diapason de leurs ainés : une présence de chaque instant et le ton doux de leur naïve jeunesse.


Un Moment d’Égarement reste un film sans autre ambition que celle du bon moment. Manque alors une réelle vision cinématographique et de vrais questionnements. Ce n’est pas ce qu’on demande aux comédies françaises, et Thomas Langmann prouve encore une fois que le grand cinéma n’est pas sa préoccupation principale, et que



seul compte le box-office.



Qu’il se rassure, Un Moment d’Égarement fera assurément le plein ces jours-ci, car si ce n’est ni une œuvre magistrale ni une leçon de cinéma, le pari est réussi : c’est un agréable moment de fraicheur estivale, la riante douceur d’une salle obscure pour fuir la canicule.

Matthieu_Marsan-Bach
7

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2015

Le 13 juillet 2015

6 j'aime

Un moment d’égarement
ravenclaw
1

L'égarement qui dure trop longtemps

Je suis dégoutée, énervée. Si c'est ça le cinéma français, le divertissement populaire, alors je suis vraiment navrée pour les milliers de téléspectateurs qui vont voir ce genre de choses. Je suis...

il y a 7 ans

35 j'aime

7

Un moment d’égarement
EvyNadler
4

French Naughty

Jean-Francois Richet. Le mec qui nous a pondu les deux Mesrine, qui sont, au niveau de l'intensité dramatique, des monuments du cinéma français de ces dernières années, et je pèse mes mots. Citez-moi...

il y a 7 ans

15 j'aime

2

Un moment d’égarement
Joy_Poher
3

"Arrêtez d'être des clichés de votre génération."

Non. Ca ne va pas. Ca ne va pas du tout. Un scénario qui aurait pu être propre et bien réalisé.. Mais non. Des dialogues un peu vides, et des actrices qui surjouent (quelques minutes, ça peut être...

il y a 7 ans

14 j'aime

Les Schtroumpfs noirs - Les Schtroumpfs, tome 1
Matthieu_Marsan-Bach
8

Welcome To SchtroumpfLand

Le premier volume de la série renferme trois histoires courtes à travers lesquelles Peyo esquisse l’univers de ses petits bonhommes bleus et pose les bases de son art du scénario. Trois histoires...

il y a 7 ans

10 j'aime

2

Un moment d’égarement
Matthieu_Marsan-Bach
7

Un Agréable Moment de Fraicheur Estivale

Thomas Langmann produit l’adaptation d’un film de son père, Claude Berri. Quarante ans après, Vincent Cassel et François Cluzet reprennent les mâles rôles de Jean-Pierre Marielle et Victor Lanoux. Et...

il y a 7 ans

6 j'aime