Amateurs de cinéma bis, de séries Z, de nanars et de films bricolés avec les moyens bord, vous qui trainez vos regards curieux dans les bas fonds sordides et les trous des portes closes du cinéma respectable, rien ne vous aura pourtant préparé à l'expérience du cinéma de Wakaliwood et ses blockbusters à 200 euros. Who Killed Captain Alex ? est un film écrit, réalisé, monté et produit par Isaac Nabwana un doux dingue qui a décidé de transformer un bidonville de la capitale ougandaise en un studio de cinéma produisant des films de genre à grand spectacle dans un pays ou cette industrie n'existe même pas. Avec des voisins , des amis et sa famille Nabwana I.G.G. tourne les films à la manière de ceux qui le faisait rêver enfant et rien ne semble l'arrêter surtout pas le financement, qu'importe l'action pourvu qu'on est l'ivresse.


Who Killed Captain Alex ? raconte une confrontation entre un commando de l'armée ougandaise et une organisation criminelle appelée La Mafia du Tigre. Lorsque le frère du chef de cet maffia local disparait et que la capitaine Alex est tué , les deux clans se livrent une guerre sans merci.


Who Killed Captain Alex ? ne raconte objectivement pas grand chose et sert de prétexte à enquiller les scènes d'actions sur un tempo d'enfer puisque malgré son budget ridicule le film enquille scènes de guerre, bagarres, kung-fu et gun fight sans trop de temps morts. Même si les explosions et les gerbes de sang semblent sortir d'un logiciel d'effets spéciaux tournant sur Windows XP, même si les armes sont en cartons, les balles en bois et les grosses mitraillettes composées de deux tuyaux et une poêle à frire, même si le film s'offre l'une des pire scène d'hélicoptère de l'histoire du cinéma, peu importe, Nabwana I.G.G. voulait tourner un film d'action qui défouraille et tout ce qu'il avait imaginé devait être sur l'écran. Tous les acteurs étant des amateurs cela se ressent forcément un peu dans le jeu approximatif et la crédibilité des personnages, mais encore une fois il faudra s'abandonner et croire que ce grand gaillard noir avec un accent africain bien prononcé est vraiment un agent russe ou que le frère de Capitaine Alex est une moine Shaolin maître des arts martiaux et le Bruce Lee de l'Ouganda. Niveau action il y-a une telle générosité et une telle débauche d'efforts physiques (certains coups semblent être bel et bien portés) que le film parvient presque à combler son manque de moyens par une sorte d'hystérie et d'énergie assez communicative. Et sous se dehors de gros n'importe quoi , la démarche de Nabwana I.G.G. est aussi politique et sociale, puisque tout en fustigeant la corruption dans son pays et le pouvoir militaire, il offre aux plus démunis de son quartier l'occasion de s'impliquer dans un projet artistique.


Si vous pensiez que Who Killed Captain Alex ? était déjà bien perché en lisant la première partie de cette critique vous êtes encore très loin du compte car l'une des particularité du film (et visiblement de certaines productions Wakaliwood) c'est que absolument tout le film est commenté en voix off par une sorte de DJ hystérique. Il semblerait que cette voix off soit destiné au marché international afin de commenter et retranscrire le contexte et l'action du film mais aussi le rendre plus accessible au public ougandais parlant divers dialectes. Dans les faits vous aurez surtout la sensation de regarder le film à côté d'un fou furieux qui double les acteurs et les actrices parfois de manière comique, narquoise et décalé, qui fait des bruitages à la bouche, chante occasionnellement la la la la la , paraphrase ce qui se passe à l'écran, imagine les pensées des personnages pour se moquer d'eux , balance des vannes moisis et fait des bruits de prout avec la bouche. C'est à la fois extrêmement gonflant et parfois hilarant tellement c'est what the fuck !!! Au bout d'un moment vous ne serez même plus surpris de l'entendre hurler COMMANDO, de s'enthousiasmer en criant devant une scène d'action ou remarquer la jolie culotte d'une comédienne. Entre le griot, l'ambianceur de boîte de nuit, le camelot et le casse couilles cette voix off fait aussi régulièrement la publicité pour Wakaliwwod, vante les futures films du réalisateurs et se moque gentiment de Nollywood (le cinéma du Nigeria). Il faut d'ailleurs absolument rester jusqu'au bout du générique pour connaître l'avalanche des projets de Isaac Nabwana dont les titres font rêver : Plan 9 From Uganda, Eaten Alive in Uganda, Juba: The Snake Girl, Operation Kakongoliro! The Ugandan Expendables et Tebaatusasula: Ebola pour lequel le réalisateur a invité ses fans du monde entier à se filmer en train de mourir pour ensuite être intégrés dans le film qui parlera d'un virus qui te fait exploser la tête après avoir tousser trois fois.


J'ai longtemps hésité avant de savoir quelle note mettre à Who Killed Captain Alex ? tellement j'adore cette générosité de ses artisans qui tournent sans aucun moyens mais avec un amour immodéré du cinéma. Le film m'a un peu fait penser à Moncef Kahloucha qui possède cette même énergie et cette même folie. Car bien sûr Who Killed Captain Alex ? est un pur nanar au sens le plus noble du mot, mais Isaac Nabwana mérite un immense respect pour avoir fait naître une industrie du néant sur un simple désir profond et sincère de cinéma. Il semble impossible de savoir combien de film a tourné Nabwana I.G.G. puisque certains ont disparus quand l'ordinateur pourri sur lequel il monte ses films et finalise ses effets spéciaux a grillé un précieux disque dur. Avec ses films qu'il vend souvent en faisant du portes à portes pour un euro, Isaac Nabwana finance des soins médicaux et dentaires pour les gens de son quartier et il tente aussi d'exorciser une enfance marquée par la guerre, la vraie, pas celle des fusils en bois et des gerbes de sang numérique. Remarqué lors de plusieurs festivals, la bande annonce de Who Killed Captain Alex? comptabilise plus de un million de vus sur Youtube, espérons que le monde du cinéma laissera prospérer l'art brut des films de Isaac Nabwana et l'imaginaire Wakaliwood sans en faire un phénomène de foire.


D'abord un poil sur la réserve j'ai fini par beaucoup m'amuser devant le film et j'ai découvert au fil de différents articles que Isaac Nabwana est loin de n'être qu'un zigoto qui tourne n'importe quoi mais plutôt un artisan honnête, sincère, passionné avec une véritable vision poétique, politique et généreuse du cinéma. Du coup j'ai envie de regarder plein d'autres films de ce singulier réalisateur (à petite dose bien sûr) même si je dois continuer de me farcir un spectateur bien lourd qui me hurle n'importe quoi dans les oreilles pendant 70 minutes.


Ma Note nanar : 07/10

freddyK
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes La Bobine à Nanar et 2022 : Films vus et/ou revus

Le 26 janvier 2022

2 j'aime

7 commentaires

Who Killed Captain Alex?
Fatpooper
4

Commando !

Comme c'est mignon, l'auteur dédie ce film à sa grand-mère. Elle doit être très flattée. Je me demande si c'est elle qui lui a donné le goût des "COMMANDO"!!! J'ai découvert ce film grâce/à cause de...

il y a 6 ans

2 j'aime

2

Who Killed Captain Alex?
freddyK
5

Blague Panther

Amateurs de cinéma bis, de séries Z, de nanars et de films bricolés avec les moyens bord, vous qui trainez vos regards curieux dans les bas fonds sordides et les trous des portes closes du cinéma...

il y a 1 an

2 j'aime

7

Who Killed Captain Alex?
lasttrap
8

THE MOVIE IS ON !!!!!

Comment parler de ce film sans parler du contexte. Ce film est originaire d'Ouganda, le réalisateur aime les films et a voulu en réaliser un, il s'est monté un pc seul avec ses moyens, c’est-à-dire...

il y a 2 ans

1 j'aime

BAC Nord
freddyK
7
BAC Nord

Bac Options Polémiques

Autant le dire tout de suite je vais dans ce petit exercice critique sauter à pieds joints dans ce que je voulais pourtant dénoncer au départ. Un peu comme 95% des critiques que j'ai pu lire je...

il y a plus d’un an

58 j'aime

13

La Flamme
freddyK
4
La Flamme

Le Bachelourd

Nouvelle série création pseudo-originale de Canal + alors qu'elle est l'adaptation (remake) de la série américaine Burning Love, La Flamme a donc déboulé sur nos petits écrans boosté par une campagne...

il y a 2 ans

50 j'aime

5

La Meilleure version de moi-même
freddyK
7

Le Rire Malade

J'attendais énormément de La Meilleure Version de Moi-Même première série écrite, réalisée et interprétée par Blanche Gardin. Une attente d'autant plus forte que la comédienne semblait vouloir se...

il y a 1 an

38 j'aime

1