Avis sur

A Story About My Uncle sur PC par Omegnight

Avatar Omegnight
Test publié par le
Version PC

L'oncle en question c'est Fred. Un jour, Fred a disparu, sa famille ne sait pas où et il n'a laissé aucun mot ou quoi que ce soit pour en indiquer la raison.

Ça, c'est l'histoire que notre personnage, son neveu donc, raconte à sa fille, un peu à la façon du prince de Perse dans les Sables du Temps. Il commence par le commencement et c'est à ce moment que l'on prend le contrôle dans l'atelier de Fred.

Premier pain dans la tronche. L'atelier fourmille de détails, c'est truffé de livres, de textes, de photos, d'objets, tous différents les uns des autres. Il y en a pour des heures à vadrouiller dans cette baraque tant elle est riche, c'est franchement impressionnant et c'est bien dommage de ne retrouver cette richesse qu'ici. Évidemment c'est justifié puisque les prochains décors seront tout autre et posséderons une richesse bien différente que l'on verra plus tard.

Donc dans cette maison nous trouvons une tunique aux airs modernes (ça brille), qu'on enfile, et tout un outillage qui permet de faire on ne sait quoi. Comme tout bon personnage de toute bonne histoire, on active tout cela et le jeu débute enfin.

Là on se retrouve dans un monde, plus loin. Loin comment ? On s'en fiche puisque ce loin en question se trouve être très beau, très féerique. Contraste direct avec l'atelier d'oncle Fred puisqu'ici ce sont des espaces gargantuesques qu'on foule, c'est très large et on comprend un peu mieux que la richesse ici ne se trouve pas dans les détails. Et encore, attendez de voir les autres environnement, ici nous ne nous trouvons que dans la première grotte, très spacieuse, certes, mais ce n'est que le début.

Cette grotte est composée d'îles volantes, l'effet n'est pas encore très prononcé au début du jeu, mais ça rappellera Chasseurs de Dragons à certains. (Qui est un excellent dessin animé au passage). Ce sont sur ces îles volantes que "A Story About My Uncle" va baser son gameplay. Notre personnage se rend vite compte que la tunique est spéciale. (Bah oui, elle brillait). En plus d'annuler tout dégâts pouvant être causés par une chute, cette tunique permet de sauter beaucoup plus loin et beaucoup plus haut. Ce qui n'est pas un luxe dans cet énorme monde, composé d'îles flottantes. On dénombre plusieurs types de sauts différents.

Tout d'abord, le classique, qui permet seulement de passer les quelques premiers obstacles du jeu, mais qui nous emmène déjà à plusieurs mètres au-dessus du sol il devient obsolète à la découverte de la véritable puissance de la tunique.
Ensuite, vient le saut en hauteur, grâce à la puissance de la "power-suit", qui amène déjà très haut. Je n'ai rien pour mesurer, mais parler de vingt-cinq mètres ne me paraît pas saugrenu.
Et enfin on a le saut en longueur, là il y a une prise de vitesse énorme et celui-ci nous emmène à une distance encore plus énorme. D'autant plus que si vous partez de haut, vous pourrez aller très loin.

Mais la tunique, elle n'est pas là pour rigoler, elle possède encore un atout ultime; le grappin. Voilà le cœur du gameplay. C'est probablement le meilleur grappin tout jeux confondu puisqu'il peut s'accrocher PARTOUT. (Enfin presque, mais là on parle d'un élément de gameplay qui vient beaucoup plus tard dans le jeu.)

Si nous n'avons qu'une seule charge par saut au début, les deux autres viennent très vite et on s'amusera très rapidement à faire son tarzan un peu partout, c'est franchement jouissif et on a un énorme sentiment de liberté qui se dégage de cet objet. Bon évidemment il faut être à bonne distance et il faut quelque chose pour s'accrocher, mais voilà, les faits sont là et se balader dans les grands espaces s'avère extrêmement grisant.

Mais malgré tout ça, il y a quand même un défaut principal à la progression, le chemin est globalement linéaire et très guidé. La présence de secrets et de petits chemins cachés allège ce sentiment de couloir, mais on restera quand même un peu frustrés. D'autant plus que, même si c'est plus ou moins justifié par le scénario, le chemin à prendre est indiqué par des marques bleues/blanches sur les obstacles. Il n'y a juste qu'à suivre la lumière pour savoir où aller.

Pour revenir un peu sur le gameplay, on aura le plaisir de découvrir de nouvelles idées qui permettent de porter encore plus l'intérêt et l'utilisation du grappin plus tard dans le jeu, je me tairais sur ces éléments, mais sachez que cela renouvelle un peu la façon de jouer et ça permet de donner du nouveau souffle à la jouabilité afin de ne pas s'ennuyer un instant pendant la découverte du monde de A Story About My Uncle.

Enfin, si nous sommes enfermé dans une grotte, quoique bien large, au début du jeu, le jeu prend son envol à la découverte du monde extérieur, encore plus joli est extrêmement agréable à parcourir. La progression dirigiste reste là, mais on l'oublie assez vite d'autant que l'acquisition d'un nouveau moyen de déplacement agrémente encore plus la progression.

Je pense qu'il est inutile de préciser que c'est un jeu non-violent, son intérêt n'est pas de détruire des crânes mais bel et bien de découvrir le monde et ses nombreux mystères. On peut aussi penser que la difficulté en pâtie, mais ce n'est pas dérangeant. Si le jeu reste d'une difficulté sommaire au début, le niveau monte de façon constante et très juste, jamais trop frustrant, jamais trop chiant.

On aura aussi le plaisir de débloquer quelques extras déblocables, à mesure que l'on trouve les secrets cachés. Ça fait toujours plaisir de découvrir que faire les activités annexes ne sert pas qu'à débloquer un succès, d'autant plus que ces choses sont plutôt bien cachées et servent en bien la durée de vie du titre. D'ailleurs, en parlant de durée de vie, il est quand même très court, néanmoins il tiendra en haleine plusieurs heures et probablement beaucoup plus si vous souhaitez le terminer à 100%.

Je n'ai pas parlé du scénario outre mesure ou des découvertes que l'on fait en chemin afin de ne gâcher aucun plaisir de découverte, mais on notera quand même un final un poil décevant. C'est dommage mais pardonnable puisque le plus important reste l'aventure elle-même.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 643 fois
12 apprécient

Autres actions de Omegnight A Story About My Uncle