Quand la beauté et la poésie reprennent leurs sens

Avis sur A Story About My Uncle sur PC

Avatar Kousei
Test publié par le
Version PC

Un soir, un père met sa petite fille au lit. Avant de s'endormir, elle aimerait qu'on lui raconte une histoire. Le père commence alors à lui raconter une aventure. Son aventure. Quand il était enfant. L'histoire d'un neveu parti chercher son oncle, disparu, dans un nouveau monde merveilleux. Avec pour seul outil, une combinaison qui lui permet de voler, ou presque.

C'est a partir de ce pitch tout simple que A Story about my uncle commence à nous enchanter. Et une fois imprégné par la magie vous ne pouvez plus vous en défaire.
Niveau gameplay; le jeu est un pur plateformer 3D : vous allez devoir passer de plateformes en plateformes, de tableau en tableau, grâce a votre combinaison qui vous permet de faire des bonds extraordinaires. Et vous réceptionner en douceur. Celle-ci dispose même d'un grappin laser vous permettant de vous accrocher a toute surface suffisamment proche. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est agréable. les mouvements sont fluides, limpides, aériens, certains passages sont un pied total, on vogue littéralement dans l'air avec grâce et élégance. Simple, mais terriblement efficace. Simple dans le principe. En effet, si le jeu n'est pas difficile, deux trois passages sont un peu plus complexes et vous demanderont un poil d'habileté. Mais heureusement, rien de frustrant.

Cependant, si le jeu tient une place à part dans mon coeur, la raison n'est pas bien compliqué : il se dégage quelque chose d'A Story About My Uncle. De la magie, sans doute. De la beauté et de la poésie, assurément. L'ambiance est à couper le souffle. C'est calme. C'est apaisant. Les décors sont sublimes, et la technique tient parfaitement la route. On se surprend à s’arrêter quelques instants, a contempler, tout simplement. Et aussi, il faut bien le dire, a prendre des screenshots a n'en plus finir. Le seul point négatif du jeu, cependant, va dans le design pas trés réussi des personnages que l'on peut croiser dans le jeu sur quelques passages. Mais ce n'est pas bien grave on ne les voit que trés peu.

L'ambiance sonore suit parfaitement, avec des compositions douces, mais terriblement belles.

Enfin, si l'histoire est toute simple, elle est parfaitement réussie : le coeur du jeu est une véritable déclaration d'amour à la volonté de s'émerveiller; de découvrir; de vivre une aventure. A travers les yeux de notre personnage principal, on découvre un nouveau monde d'une poésie grandiose, et comme lui, on profite du moment, tout simplement. Cette histoire est d'ailleurs sublimée par une narration magnifique : de temps à autre, l'on entendra le personnage principal, adulte, raconter l'histoire à sa fille. Son histoire. Celle que nous sommes en train de vivre avec lui. Et sa fille lui répond aussi. Et c'est insolemment bien écrit. Entendre ce père raconter cette histoire à sa fille, alors que nous même sommes en train de la vivre, le tout, au milieu des magnifiques décors du titre, est terriblement touchant.
Mais ce message simple en apparence cache deux éléments qui ont, pour moi, fait passer le jeu au rang de chef d'oeuvre :

D'une part, ASAMU nous transmet aussi une critique de la peur de l'inconnu. De l'immobilisme. De la tristesse de rester apathique dans sa zone de confort, comme en témoigne le second village, en pleine effervescence, la où le premier semblait presque éteint. Attendant patiemment, pour toujours.

Mais surtout, le génie du jeu ne se révèle qu'a la dernière réplique : en effet, les messages précédents sont beaux mais un peu faciles. Il faut vivre des aventures merveilleuses et nouvelles, voir des choses inconnues, bouger sens cesse. Jusqu’à la dernière seconde l'on croit que A Story About My Uncle nous parle d'aventure comme si elle était forcément synonyme de voyage au bout du monde, de mondes lointains, de rencontres fortuites et de combinaisons fantaisistes qui nous permettent de voler. Jusqu'à cette dernière réplique donc : " Uncle Fred, thanks to you, I have found an even greater adventure ". On nous dit donc que l'aventure, c'est aussi bien sauter de plateformes en plateformes, explorer un nouveau monde, que d'avoir une famille. Avoir un enfant. L'aimer, en prendre soin. Et lui raconter une histoire; le soir, pour l'endormir. C'est a ce moment précis que le jeu prend son génie. C'est magnifique.

Mais ASAMU ne fait dans la facilité, et beaucoup de richesse accompagne l'histoire : Par la foultitude de messages en langue étrange sur les murs des cavernes, mais qui sont, tenez vous bien, traduisibles. Et le pire, c'est que les traductions rajoute vraiment quelque chose à l'univers du jeu.

L'histoire peut trés bien être vu comme une histoire de deuil : ce qu'on nous montre n'est jamais arrivé. Uncle Fred est mort dans une de ses aventures. Et le témoignage du narrateur est simplement l'histoire qu'il s'était inventé, plus jeune, pour faire face à la mort de celui qu'il admirait, et qu'il considérait comme un héros. Les indices foisonnent, notamment dans les deux passages se déroulant dans la maison de Fred, qui fourmille de choses à lire et à observer. Et qui pointent dans cette direction. Une des preuves les plus flagrantes étant la deuxième scène se déroulant dans la maison de Fred : le narrateur nous dit bien que la mère n'a pas voulu vendre ses affaires, n'as pas voulu toucher grand chose. Pourtant, ce coup-ci, il n'a plus de combinaison. Plus de passerelle vers un autre monde. Étrange, donc, que tout ceci soit envole si personne n'y a touche.
Et comme je l'ai dit, les traductions des différents messages laissent à penser que les cavernes, plus particulièrement le Chasm il me semble, sont un endroit où le peuple grenouille vient rendre hommage à leurs morts. Si l'on croit que l'histoire s'est véritablement déroulé, c'est un ajout appréciable. Si l'on pense que la théorie ci-dessus est vraie, alors là, on atteint juste des sommets.
Vous vous souvenez des deux villages dont j'ai parlés plus haut ? Celui dans la caverne, où les habitants ont peur de l'extérieur, sont dans l'attente. Et de l'autre, qui est en plein air, et en pleine effervescence ? Dans cette théorie, cela prend tout son sens : il faut réussir a reprendre sa vie. A avancer. L'enfant avance dans une caverne immense, sans fond, passe dans ce village apathique. Il sombre ensuite dans les tenebres, avant, enfin, de voir le bout du tunnel. Et a ce moment la, les choses commencent a aller mieux, et la vie reprend son cours. Incroyable, pour un jeu dont l'histoire semble si simple au départ.

Bref, A Story About My Uncle est pour moi une oeuvre majeure du jeu vidéo. Un gameplay simple mais jouissif et agréable, une ambiance visuelle et sonore somptueuse. Et également une histoire belle, et beaucoup plus subtile qu'il n'y parait. Un concentré de beauté et de poésie. Merveilleux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 199 fois
Aucun vote pour le moment

Kousei a ajouté ce jeu à 1 liste A Story About My Uncle

  • Jeux vidéo
    Jaquette Mirror's Edge

    Top 10 Jeux vidéo

    Avec : Mirror's Edge, The Witcher 3: Wild Hunt, Mass Effect 3, Tales of Symphonia,

Autres actions de Kousei A Story About My Uncle