Jaquette Akumajô Special : Boku Dracula-kun

Akumajô Special : Boku Dracula-kun

(1990)

Akumajō Supesharu: Boku Dorakyura-Kun

12345678910
Quand ?
6.6
  1. 0
  2. 0
  3. 1
  4. 2
  5. 3
  6. 0
  7. 7
  8. 3
  9. 1
  10. 0
  • 17
  • 3
  • 3
  • 0

PostsAkumajô Special : Boku Dracula-kun

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur ce jeu vidéo ?

Critiques : avis d'internautes (3)

Akumajô Special : Boku Dracula-kun
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Le temps d'une "Danse Illusoire"

Sur NES : La raison principale pour laquelle le jeu m'a fait de l'oeil et m'a poussé à m'y intéresser, c'était la promesse simple de retrouver une parodie des "Castlevania époque NES", comme ce que peut être le non-moins sympathique Parodius à la série des Gradius. Le premier niveau m'a d'ailleurs conforté dans cette idée, puisqu'on y retrouve les différents...

Avatar Florent Grünwort-Vonsteine
5
·
Parodiquement votre

Sur NES : Demon Castle Special: I'm Kid Dracula (ou pour les japonisans Akumajô Special : Boku Dracula-kun) est effectivement bien un Castlevania. Différent, certes, mais faisant partie intégrante de la série. Un peu beaucoup parodique avec des graphismes tout mignons et des couleurs chatoyantes, il cache en revanche une sympathique difficulté vers la fin du jeu qu'il ne faudra pas... Lire le test Akumajô Special : Boku Dracula-kun sur NES

Avatar imiduno
7
imiduno ·
Critique de Akumajô Special : Boku Dracula-kun par Akutsu

Sur NES : Une merveille, ce spin-off de Castlevania allie phases de plate-forme et action avec brio. La bande son est agréable, la maniabilité excellente et le style kawai passe super bien, on obtiens des attaques spéciales supplémentaires en finissant des niveaux... Difficulté très bien dosé. On en redemande ! Lire le test Akumajô Special : Boku Dracula-kun sur NES

Avatar Akutsu
9
Akutsu ·
Toutes les critiques du jeu vidéo Akumajô Special : Boku Dracula-kun (3)

InfosAkumajô Special : Boku Dracula-kun

Développeurs
KONAMI
Éditeurs
KONAMI