Quand ça se décide enfin à utiliser son cerveau...

Avis sur Ancestors Legacy sur PC

Avatar MagnusRathoriel
Test publié par le
Version PC

En très peu de temps, la réputation de Destructive Creations n'était déjà plus à faire. Studio indépendant polonais visiblement composé de gros bœufs prétendument vétérans du jeu vidéo (on attend tranquillement que d'avantages d'infos arrivent à ce sujet), les gaillards ont fait parler d'eux grâce à leur titre méga-ultra-super la provoc' tavu RAB d'la vie OW THE EDGE nommé "Hatred" (aussi connu sous le nom de "EDGELORD: the Game"). Je ne vais pas m'étendre d'avantage sur ce truc, ni même des polémiques (bien qu'hilarantes) concernant un des responsables du studio.
En tout cas, on a vite comprit ce dont quoi était composé Destructive Creations: des teubés avec un âge mental au raz des pâquerettes.
Le site officiel est un très bon exemple de la mentalité présente, où ça tente tellement fort de paraître grave anticonformiste/nihiliste machin chose.

Et encore, c'était pas fini après ça, vu qu'on a eu aussi "IS Defense", abominable daube purement réac et puérile, venant d'une bande de guignols voulant à tout prix faire du buzz "comme des bonhommes".

Bon cette critique commence très fort hein?
Alors qu'en est-il de ce nouvel opus des polonais bourrins?
Un RTS historique (la vache, ils arrivent tout de même à faire preuve d'une forme d'intelligence). Du moins qui se prétend fidèle à l'histoire, outre les limites liées à l'adaptation de faits historiques en jeu vidéo (savoir rendre le tout jouable en restant proche de la réalité), on a quand même droit à de grandes libertés que se sont permis les polonais.

Du coup, on a droit un genre de malhonnêteté déjà rencontrée chez Warhorse Studio et son "Kingdom Come: Delivrance".
Mode oblige, les vikings sont "badass", sont des "bonhommes", ils braillent, sont bestiaux, aiment tuer et piller, ils ont des berzerkers torse nu... baille
Encore...
Le raid de Lindisarne, présent dans la campagne solo, est représenté comme l'assaut d'une sacrée fortification. Dans la réalité... c'était juste une foutue attaque d'église. Alors pourquoi? Non parce que quitte à faire dans la grosse bataille et rester fidèle à l'histoire, autant proposer le siège de Paris de 885. Mais bon faut pas trop en demander à des types comme chez Destructive Creations, ils commencent sans doute à peine à grandir dans leurs têtes.
Les autres factions ont aussi leur lot d'âneries présentes uniquement pour faire bouillir la testostérone de ceux qui ont un bigorneau à la place du cerveau, et ce malgré quelques fulgurances où on frôle le crédible.
Mais bon passons, je ne tiens pas franchement à m'éterniser sur les entorses historiques bien qu'elle soient quand même lourdingues. Il faut bien laisser ces petits gars glisser leur dose de violence gratuite et de "EDGY DUDEBRO TOUGH ASS BITCH".

Concentrons nous sur le gameplay, parce qu'il y a beaucoup à dire finalement.
Sur sa base, la formule est on ne peu plus classique, plus proche d'un Company of Heroes que d'un Warcraft/Age of Empire. Vous contrôler vos escouades, devez gérer l'entrée de ressources basiques (nourriture, fer et bois) ainsi que la population en rajoutant des habitations vous permettant d'agrandir vos rangs. L'approche est simple et concise, bien qu'il aurait été sympa de peaufiner d'avantage et permettre d'adopter des approches différentes. Là, on construit, on pille/produit, on forme des troupes, et on va faire en sorte que son belliqueux voisin finisse par calancher de nos propres mains.
On n'ira pas plus loin que ça.

Le cœur du jeu reste bien évidemment les combats. Vous avez droit à quatre catégories d'unités de base: piquiers, porte boucliers, archers et cavalerie.
Les combats rapprochés sont... pas franchement terribles. Malheureusement, il n'existe pas réellement d'approche tactique plus approfondie que telle unité est efficace contre telle autre unité, et vous avez des bonus en attaquant par les flancs ou par surprise.
Au bout du compte, ça fini généralement avec une brassée de petits bonhommes en train de gueuler, bien entassés dans un coin. Et encore, parfois Dame Chance ne vous sourira pas toujours, puisque malgré votre ligne de front équilibrée, elle vous fera un doigt d'honneur et vous resterez sans voix devant vos troupes se faisant ratisser la face par une IA douteuse.
Bien sûr, il existe une commande de retraite, mais ne vous attendez pas à ce que votre unité retourne au camp au même titre que Company of Heroes. Là, les hommes se contentent de foutre le camp sur une longue distance afin d'échapper à la ligne de vue de l'ennemi. C'est pas mal, mais peu efficace et risque de conduire à des situations gênantes.

Cependant, la cavalerie et les archers semblent bénéficier d'une bien meilleure flexibilité. Prendre une décision est plus simple qu'avec les troupes de mêlée, même si c'est très loin d'être digne d'un Total War.

Malgré les défauts, les combats parviennent à devenir plaisants. Planquer ses piquiers dans des hautes herbes et embusquer des troupes ennemies est assez satisfaisant. Voir sa tactique d'occuper les lignes de front pour ensuite provoquer une percée avec une cavalerie fauchant tout le monde sur son passage, piétinant les ennemis en même temps que leur moral et leur dignité... oui on a quand même de chouettes instants où, malgré les imperfections du système de combat, on prend plaisir à découper ses adversaires.
Vous aurez même le droit de vous "plonger" au cœur de l'action en approchant la caméra sur une section. Le HUD disparaît et laisse place à une vue "cinématique" plutôt sympa.

Les campagnes sont plutôt sympa, bien que celles des vikings sont désespérantes de clichés (il va falloir se calmer un peu avec la série lourdingue de History Channel). Mais dans l'ensemble, elles restent variées et parviennent à piquer l'intérêt du joueur porté sur l'histoire.
Le mode multijoueur reste une bonne expérience en bataillant contre d'autres joueurs. Si vous décidez de faire une partie contre l'IA, préparez vous à des moments de pur foutage de gueule: vous aurez défoncé votre ennemi, il n'a plus de ressources et plus qu'un pauvre camp, mais il parviendra quand même à vous pondre une palanquée de troupes.

Visuellement, c'est plutôt coloré, pas exagérément gris et délavé. Ironiquement, les armures sont brillantes (HAHAHAHAHAHA!!!!!!) d'authenticité, soignées et fidèles aux factions représentées malgré les entorses grossières au contexte historique. Le moteur graphique tient solidement la route, et parvient à ne pas ramer comme une vieille truie.
On n'est pas au niveau graphique d'un Total War: Rome II, surtout que ça vient d'un studio indépendant. L'effort sur ce point est louable.
Un petit plaisir pour les yeux dans l'ensemble, bien que je vous déconseille fortement d'observer de plus près les corps calcinés des victimes d'incendies (10 polygones, même un bonhomme fait en oreillers est plus chouette que ça).

En conclusion, "Ancestors Legacy" est un jeu plutôt bon bien qu'il n'innove strictement rien. Mais c'est aussi un "premier effort" d'un jeu un tout petit peu plus mature et plus intéressant que ses prédécesseurs. Destructive Creations semble capable de faire autre chose que des trucs pour demeurés, par des demeurés. Si ils parviennent à faire fi d'être fier comme des coqs, de vouloir être des provocateurs aux petits pieds, et de concentrer leurs efforts sur leurs jeux plutôt que le boucan qu'ils sont capable de faire, peut-être que là ils arriveront à développer leur intelligence.

Les adeptes de RTS y trouveront un jeu sans grand originalité et manquant de finesse. Les autres adopteront "Ancestors Legacy" comme un RTS simple à prendre en mains dans un cadre plutôt sympa, qui a un petit goût de "reviens-y". Ceux qui sont très portés sur l'histoire y verront une énième représentation du médiéval post-Game of Thrones/Vikings.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1611 fois
2 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de MagnusRathoriel Ancestors Legacy