👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

On s'en Bayek frère

Avant d'entrer dans la critique proprement dite, il faut que je vous dise quelques petites choses. Je ne suis pas un fan d'Ubisoft, les seules licences que j'ai touchées ces dernières années étant Far Cry et Assassin's Creed. La première m'ayant séduit avec FC3 avant de me décevoir avec le 4 tandis que la seconde m'a déplu à chaque fois que je l'ai essayée, faut dire j'ai tenté des approches bizarres avec directement AC3 que j'ai balancé dès la fin du tuto et l'opus sur PSP de sinistre mémoire. Ce qui nous amène en 2017, année de tristesse où les jeux que j'attends s'avèrent être très très moyens au fur et à mesure que je les ponce, surtout du côté des open worlds. Mass Effect Andromeda était bon sans plus et l'Ombre de la Guerre n'était finalement qu'un Ombre du Mordor 1.5. Bref, un peu dans le bad, j'en étais rendu à attendre l'année prochaine avec Far Cry 5 et Read Dead Redemption 2 quand, au hasard de mes pérégrinations sur les Internet (et surtout bien aidé par un marketing ultra agressif), j'ai porté mon regard sur le dernier bébé d'Ubi deux jours avant sa sortie. Et il m'a fait de l'oeil le salaud ! Et ce, rien que parce que je suis amoureux de l'Egypte antique et des RPG ! J'ai vite lu les premiers tests, j'ai fait saigner la CB et bim j'ai acheté le jeu day one, tant pis pour mes principes de raison garder tant le monde du jeu vidéo AAA est devenu moyen.

Avengers du bled

Et me voilà dans la peau de Bayek, un fringuant jeune homme avide de vengeance qui veut trucider les meurtriers de son fiston, ramener la paix dans une Egypte menacée par les Ténèbres obscures de la Nuit avec ses potes à capuche et aider tous les pécores qu'il croise avec le moindre pet de travers. La quête principale nous occupera pendant de longues heures, elle est sombre et violente avec des moments assez inattendus, avec des doutes disséminés ça et là quant au bien fondé de nos désirs de justice. Sans être époustouflante, elle est d'une qualité suffisante pour nous tenir en haleine et nous motiver à chercher la vérité, sans oublier de tronçonner les vils créatures de l'ombre qui ont fait souffrir notre progéniture.

En parallèle, on sera ramené dans le présent après certains moments charnières, personnellement ça m'a plus ennuyé qu'autre chose à cause du cassage de rythme que ça impose. Sans en dévoiler outre mesure, à un moment donné, je venais d'assassiner un gars après un âpre combat en serviette de bain, notre personnage a alors une vision comme à chaque fois qu'il tue les cibles de sa vendetta et pouf retour de nos jours. On se retrouve dans la peau de la nana qui explore le passé avec l'Animus avec comme fantastique objectif de fouiller la tombe d'à coté pour trouver une momie qui lui avait on ne sait pas trop par quel miracle échappée. Mouais.

**Assassin de la police **

Le monde d'ACO est grand, très grand, à vue de pif il recouvre la majeure partie de la Basse Egypte, on aura donc tout le loisir de visiter les pyramides de Gizeh, Alexandrie, son phare et sa bibliothèque, le Fayoum, Memphis, etc. Évidemment, l'échelle de l'Egypte n'est pas respectée, la distances entre Gizeh et Alexandrie est relativement faible par exemple mais c'est suffisamment bien fait pour que ça passe plutôt bien. On sera facilement dépaysé par les differents environnements quand on passera du désert brûlant de Libye aux verdoyantes plaines du delta du Nil. Dans ce monde donc, nous serons la majeure partie du temps en milieu hostile, que ce soit les bandits du désert, les milices locales qui rançonnent les pauvres ou l'armée qui patrouillent sur le Nil, il faudra voir à ne pas trop faire de vagues pour ne pas que ça dégénère. Ce que je n'ai pas toujours fait et ce qui a donné lieu à des bagarres épiques comme lors d'un braquage de char transportant des ressources précieuses lors duquel la police montée locale m'est tombée dessus et m'a forcé à une retraite prudente, ce qui m'a conduit dans le palais du Pharaon, bourré de gardes. Le sang a beaucoup coulé avant que je ne sois sain et sauf.

Dur, dur d'être un Assassin

Contrairement à certains jeux récents (je te vise l'Ombre de la Guerre), la difficulté d'ACO est bien calibrée, en Normal, foncer dans le tas pourra nous être fatal, surtout contre les chasseurs de primes du Pharaon qui s'avèrent être des adversaires très coriaces avec un loot à la hauteur de leur difficulté. Le côté RPG du jeu est très plaisant, l'arbre de compétence est riche, le loot bien dosé avec des armes upgradables moyennant quelques deniers de la monnaie locale et surtout il n'est ni trop dur, ni trop facile de choper de la grosse arme qui tâche. Les quêtes sont nombreuses, le craft est là et ne nécessite pas de farm intense ce qui est toujours appréciable. Le système de combat est pas mal et va plus loin qu'un simple croix, croix, croix, croix, roulade et on recommence comme dans certains autres jeux, je te juge l'Ombre de la Guerre.

On a accès à un large panel d'armes allant de l'épée courte à la grosse masse à deux mains, chaque type ayant des sensations différentes ainsi que leurs avantages et leurs inconvénients que j'ai trouvés assez bien rendus. Le sceptre a par exemple une grande allonge et une grande rapidité mais des dégâts plus bas que la masse à deux mains qui est beaucoup plus lente mais tape bien plus fort. Même chose pour les arcs au passage et le jeu a eu la bonne idée de nous permettre de porter à la fois deux armes et deux arcs switchables rapidement même en plein combat. Ce qui sera parfois nécessaire lors de certains combats où les ennemis nous attaqueront en nombre, une arme à longue allonge permettra de baffer plusieurs malandrins à la fois afin de sauver nos fesses. Il m'a d'ailleurs fallu un temps d'adaptation pour les commandes et le système de lock mais ça, c'est un de mes problèmes, je suis souvent à la peine quand j'enchaine des jeux au concept similaire mais aux commandes différentes.

Le temps de niaiser

Le monde d'ACO est vaste comme déjà dit mais il est également rempli, il y a des activités à faire quasiment partout en dehors de la quête principale que ce soit des quêtes annexes scénarisées, des courses de chars, du pillage de tombes, de la chasse au trésor, venger des joueurs tués par le jeu ou même prendre des photos pour les partager ensuite avec les autres joueurs. On ne s'ennuie pas et chose qui ne m'était pas arrivée depuis Skyrim et Read Dead Redemption, il m'est arrivé de m'arrêter pour juste regarder l'univers autour de moi. Ubisoft ayant poussé le détail jusqu'aux petits chats mignons qui viennent quémander des câlins quand on passe près d'eux. Ce genre de petit détail, c'est ce qui me fait aimer un jeu, j'aime pouvoir m'arrêter pour profiter entre deux grosses quêtes, j'aime pouvoir regarder le monde qui m'entoure sans avoir avoir l'impression de voir les mêmes environnements en boucle (pas comme dans l'Ombre de... Ok, ok, j'arrête).

Dans le désert, personne ne vous entendra crier.

On en vient aux quelques points négatifs que j'ai pu relever, le premier qui n'en est pas vraiment un, c'est le découpage du jeu en zones invisibles de niveaux. Il arrivera que vous tombiez sans le savoir dans une zone qui n'est pas de votre niveau et autant vous dire que sauf coup de bol, c'est souvent la mort au bout du chemin. Il m'est arrivé une sale expérience assez tôt dans le jeu puisque je sortais de la zone du début et en voulant explorer les environs avant de partir pour la suite, je suis tombé sur une tombe gardée par des pillards qui étaient largement plus forts que moi et je me suis fait décalquer sans autre forme de procès dans l'indifférence générale. Heureusement, on respawn pas très loin de notre zone de trépas et suffisamment de loin des vilains pour ne pas remourir dans la foulée.

Quelques petits bugs a signalé comme une quête qui force à relancer le jeu, un crash lors de la cinématique de fin d'une quête ou encore une (une seule !) baisse de FPS alors que je me baladais dans le désert. J'en profite pour souligner le travail de fou des développeurs qui sont arrivés à nous pondre un jeu immense dans lequel les seuls temps de chargement sont au lancement du jeu et lors des voyages rapides. Pour un jeu aussi beau et aussi grand, c'est à souligner. L'IA par contre n'est pas toujours au top de sa forme avec des ennemis qui vont monter sur un toit puis en descendre puis remonter dessus. Les collisions sont parfois assez drôles également avec des PNJ qui vont tout droit en bousculant tout sur leur passages.

Enfin et ça, c'est personnel, j'ai un soucis sévère avec la pudibonderie des jeux AAA grand public. Vous êtes PEGI 18 les gars, c'est parce que vous savez que les gamins s'en foutent et vont quand même jouer à vos jeux que vous ne mettez pas nu frontal que ce soit pour les mecs ou les nanas ? Parce que bordel quand vous êtes dans la flotte avec votre femme visiblement juste après avoir fait des galipettes, lui foutre un soutif made in Egypte, c'est ridicule. Même chose quand on va aux bains publics d'Alexandrie et que tous ces messieurs sont en serviette rigidement serrées autour de la taille. Faut vous renseigner sur le rapport à la nudité chez les Grecs et les Egyptiens les gars parce que là, c'est ridicule. Une dernière pour la route sous spoil cette fois :

Quand on est capturé par le Scarabée qui va gentiment nous ensevelir jusqu'au niveau du cou dans le désert dans le but avéré qu'on meurt sous le soleil des tropiques, notre tortionnaire est assez sympa pour nous laisser notre pagne.


Verdict

Ce jeu est une très bonne surprise, le contenu est très solide sans être trop redondant (clin d'oeil envers un jeu trop cité dans cette critique), graphiquement il envoie du steak dans la rétine et techniquement, c'est étonnamment propre vu l'ambition du machin. Je présume que le prochain patch corrigera certains petits bugs, ce qui augmentera encore la qualité de l'engin mais ça ne m'empêchera pas de pinailler un peu sur certains points négatifs. N'oubliez pas que je suis chiant, en plus de me prendre pour un puriste sectaire.

Les +

+ Contenu pharaonique varié pesant plusieurs dizaines d'heures
+ Le côté RPG au poil
+ C'est beau
+ C'est très beau
+ Au poil techniquement
+ Bien écrit (le final est haletant)
+ Un héros avec du charisme même quand il perd sa barbe
+ L'Egypte
+ De la bataille navale totalement arcade !

Les -

- Manque de charisme de pas mal des personnages secondaires
- Des petits bugs un peu frustrants
- Le présent qui casse le rythme et qui ne sert pas à grand chose
- Une pudeur trop présente dans un +18
- La mode des micro-transactions IG (pas obligatoires mais trop visibles quand on en veut pas)

Morthys
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 4 ans

19 j'aime

7 commentaires

Assassin's Creed Origins
Rineko
9

Critique d'Assassin's Creed Origins (2017) [PC]

Deux ans. Cela faisait deux ans que nous attendions cet opus. Après un si long développement et tant de promesses, la barre était placée haute par beaucoup, ayant été déçus par les récents épisodes...

Lire la critique

il y a 4 ans

35 j'aime

14

Assassin's Creed Origins
SuicideSnake
5

A bout de souffle

Origins est un jeu qui fait très bien illusion pendant une vingtaine d'heures. On découvre un open world magnifique qu'on prend plaisir à parcourir, surtout que c'est pas tout les jours qu'on peut...

Lire la critique

il y a 3 ans

20 j'aime

2

Assassin's Creed Origins
Morthys
8

Fous ta capuche

On s'en Bayek frère Avant d'entrer dans la critique proprement dite, il faut que je vous dise quelques petites choses. Je ne suis pas un fan d'Ubisoft, les seules licences que j'ai touchées ces...

Lire la critique

il y a 4 ans

19 j'aime

7

Life is Strange
Morthys
4

The Butterfly Effect 4 : Whales Edition

Critique riche en spoilers et en gluten. Aparté rapide, je mentionne des baleines dans le titre, je vais faire comme le jeu, les événements paranormaux, O-S-E-F total. On continue notre vie comme...

Lire la critique

il y a 6 ans

31 j'aime

9

Clyde Vanilla
Morthys
2

Ta gueule Clyde

Critique mise à jour irrégulièrement : Épisode 10 Coucou, bienvenue sur cette critique qui ne change rien à la note (on se démarque comme on peut). Parce que je viens d'un pays qui ressemble à la...

Lire la critique

il y a 4 ans

30 j'aime

3

Assassin's Creed Origins
Morthys
8

Fous ta capuche

On s'en Bayek frère Avant d'entrer dans la critique proprement dite, il faut que je vous dise quelques petites choses. Je ne suis pas un fan d'Ubisoft, les seules licences que j'ai touchées ces...

Lire la critique

il y a 4 ans

19 j'aime

7