De l'importance de réapprendre les B.A-BAs

Avis sur Baba Is You sur Nintendo Switch

Avatar Monsieur_Couyu
Test publié par le
Version Nintendo Switch

Plus qu’une simple phrase à la grammaire contestable, « Baba is You » est un point de départ, immuable dénominateur commun de la cohorte de tableaux toujours plus tarabiscotés que le cerveau malade de Hempuli a pondu.
Qui est Baba ? Cela ne revêt pas une importance capitale : animal informe qu’on devine vaguement canidé, ce petit sprite arbore un sourire béat, presque idiot, qui instantanément convoque la sympathie du joueur, pourtant plongé dans des niveaux au dépouillement déconcertant.

Avec des animations minimalistes, on déplace notre avatar, supposément à poils, case par case sur ce fond noir uniforme, que ne viennent recouvrir que les couleurs criardes d’autres sprites rudimentaires et blocs de mots. Très vite, le joueur comprend que ses interactions dans ce puzzle game se résumeront à une seule et unique action, un seul verbe : pousser.

Les règles élémentaires auxquelles se soumet chaque tableau sont justement dictées par ces poignées de mots. « Rock is push » : notre avatar peut pousser les rochers, « Wall is block » : le mur est un obstacle infranchissable. Séparer « block » de cette dernière phrase et notre avatar pourra désormais jouer au passe-muraille. Poussez malencontreusement Baba de la phrase séminale et le petit chien idiot ne répondra plus à vos inputs. Et pour cause, le vide de la phrase « … is You » matérialise immédiatement cette accidentelle perte de sujet en excluant le joueur maladroit de l’équation, le privant de toute interaction, à l’exception d’un rem-bobinage salvateur. À mesure que les tableaux s’enchaînent, le gamedesign s’enrichit de nouveaux opérateurs, complexifiant la gymnastique algorithmique, jusqu’à mettre en danger les cheveux les mieux enracinés. Baba is You c’est la rencontre improbable entre un vieux Sokoban et les jeux Zachtronics avec une logique de programmation et des puzzles à résolution multiple, avec un twist d’importance.

La plupart des bons jeux vidéo proposent des expériences réglées dont les lois sont tacites, explicitées indirectement par le level-design. Quand elles le sont à grand renfort de pop-ups, c'est plus un symptôme d'une grande maladie du jeu vidéo moderne. D’une manière générale, l’intérêt de nos expériences ludiques va au-delà des réponses aux stimulis de la personne aux commandes. Il est produit par l’apprentissage et l’assimilation des règles, jusqu’à l’atteinte d’un niveau de maîtrise satisfaisant qui permet au joueur, soumis à ces lois, de l’emporter sur le système et surmonter les épreuves du game designer.

Baba is you adopte une posture radicalement différente en mettant ces lois au cœur de l’expérience de jeu, là, sous nos yeux, bien en évidence. Mais surtout, et c’est là où réside l’originalité de sa proposition : il les traite comme n’importe quel autre objet de jeu en les rendant interactives et surtout malléable.
Cette approche unique, impose la reconsidération de notre rapport au jeu, avec l’adoption d’une posture étonnante. Pour terminer un tableau, le joueur est invité à transgresser l’interdit fondamental : il jette à bas la dichotomie joueur-maître du jeu pour embrasser un rôle plus ambigu. C’est une pratique habituellement réservée aux cheats, aux codes et autres exploitation de failles, ici parfaitement légitime. Le message est clair : « Si le monde t’empêche de réussir, change-le ».
Lors des premiers tableaux, les obstacles disparaissent, la lave devient inoffensive, le joueur prend le contrôle d’une douzaine de roses rouges. Ils'exprime par l'élaboration d'une solution parmi bien d’autres. Ses solutions seront tour à tour subtiles, triviales, spectaculaires ou géniales. Les possibilités semblent légion et la petite « sparkle of joy » si chère à Marie Kondo sera proportionnelle à l’investissement que vous mettrez à résoudre un puzzle en apparence insoluble.
Outre son côté transgressif, Baba is You c’est aussi se sentir d’abord crétin puis génial, puis de nouveau crétin.

Alors on pourra pester sur l’habillage graphique et musical du jeu ou un level design didactique qui peine parfois à semer les bonnes idées dans la tête de son joueur, mais qu’importe : Baba is You est à mes yeux un immanquable de ce début d’année, une proposition de gameplay unique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 894 fois
13 apprécient

Monsieur_Couyu a ajouté ce jeu à 3 listes Baba Is You

  • Sondage Jeux vidéo
    Cover Les meilleurs jeux vidéos de 2019

    Les meilleurs jeux vidéos de 2019

    Avec : Sekiro : Shadows Die Twice, Apex Legends, Super Mario Maker 2, Oxygen Not Included,

  • Jeux vidéo
    Jaquette Celeste

    Les meilleurs jeux indépendants

    Productions modestes ayant fortement coloré mes expériences vidéoludiques, je me suis dit que ces petites perles méritaient une...

  • Jeux vidéo
    Jaquette The Legend of Zelda : Breath of the Wild

    Ma ludothèque Switch !

    Ma ludothèque de grosse victime, avec une tentative un peu vaine de hiérarchisation ! Le fameux syndrome du "Oui, mais sur...

Autres actions de Monsieur_Couyu Baba Is You