Des deux cotés du Miroir...

Avis sur Baba Is You sur Nintendo Switch

Avatar toma Uberwenig
Test publié par le
Version Nintendo Switch

Floor is Lava.
On a tous joué étant enfant à traverser une cour d'école transformée en mer infestée de requins affamés, notre survie dépendant de ces quelques lattes de bois vermoulu à la dérive, marchant soigneusement sur les lignes de peinture tracées à même le sol de cette cour décrépie, effacées par le temps, probablement délimitant autrefois un terrain de football miniature ou autre sport collectif.
Nous avons tous sauté de dalles noires en dalles noires en esquivant les blanches (ou l'inverse). Ou même simplement joué au loup et ses dérivés (le loup glacé étant ma variante préférée).
Utilisé le geste magique du "V" en criant "Fry", ou la formule ancestrale "un deux trois je ne joue plus", nous immunisant le temps de passer aux toilettes, avant de reprendre cette sanguinaire chasse à l'homme
Chacune de ces aventures imaginaires, chacun de ces jeux reposait à la fois sur la suspension d'incrédulité consentie par le groupe et sur l'acceptation des règles communes permettant de jouer.

Floor is Lava.
La cour est une mer infestée de requins.
Les lignes blanches sont des bouts de bois qui flottent.
Si ton pied se pose hors des lignes, tu meurs.
Le muret est la Maison, le loup ne peut pas nous toucher.
Si on forme une chaine, le loup ne peut pas nous geler.
Si on touche un partenaire gelé, on peut le sauver.
"Un deux trois soleil!"
Quand je me retourne, personne n'a le droit de bouger.

"C'est toi le loup!"

Baba is You.

Baba is You. Cette phrase à la grammaire bancale contient déjà tout, pour peu que vous ayez eu une enfance.
Le jeu fonctionne exactement, littéralement comme nos jeux d'enfants. Les règles apparaissent à l'écran, et sont immuables... Enfin, presque.
Sur le terrain de jeu apparaissent trois "caisses" : "BABA" sur la première, "IS" sur la seconde, "YOU" sur la troisième.
Première règle : vous êtes ce petit être blanc étrange, sorte de chat ou de cochon, Baba.

Plus loin, vous voyez un drapeau.
Et vous remarquez les caisses dispersées "WIN" (gagner, victoire), "IS", et "FLAG" (drapeau).
Et pof, tout devient immédiatement évident. Poussez les caisses jusqu'à les mettre dans l'ordre, "Flag is Win", et le drapeau brille, et devient votre but.
Marchez vers le drapeau et hop, c'est gagné!

Le génie du jeu est d'avoir intégré les règles du jeu en tant qu'éléments diégétiques, avec lesquels on peut, on doit intéragir.
Et très rapidement, on se retrouve face à des règles plus strictes, des caisses hors d'atteinte, des ordres du type "Wall is Stop", qui vous empêchent de traverser les murs, "Door is Close" qui vous empechent de traverser les portes.
Vous voyez une clé, mais vous la traversez comme si elle n'existait pas.
Pourtant vous voyez bien l'ordre "KEY IS OPEN", donc elle DOIT pouvoir ouvrir la porte, bon sang!!
Mais encore faut-il pouvoir POUSSER la clé!
Alors vous vous grattez la soupière, vous composez la phrase "KEY IS PUSH" et comme par magie, la clé devient solide, et vous pouvez la pousser!!
Et là, vous réalisez que vous pouvez assigner plusieurs ordres au même objet : "KEY IS PUSH" pour pouvoir la pousser, "KEY IS OPEN" pour lui permettre d'ouvrir les portes.

Normalement, c'est là que le vertige commence, car à ce moment, on commence à entrevoir les myriades de possibilités que va nous offrir Baba Is You. De plus en plus perverses, de plus en plus complexe (rien que l'apparition de la caisse "AND" ("et") va compliquer doucement la tâche). Mais aussi de plus en plus jouissives, car chaque victoire est méritée, est le fruit d'une lutte contre le système de jeu, un détournement de celui-ci, une pieuse tricherie.

Pan, t'es mort
Nan, j'avais un gilet pare balle!!
Oui, mais j'ai visé la tête!!!
Mais de toutes façons, j'avais un casque en titane incassable!
Ben j'avais des balles spéciales qui transpercent tout dans tout l'univers!!

On a toujours joué à Baba is You.
On avait simplement oublié. Et on réapprend à imaginer, à danser avec les règles, en se trouvant à la fois des deux coté du miroir, celui du terrain de jeu, et celui du créateur de diégèses. A la fois omniscient et soumis à ses propres règles.

Baba is You est l'essence même du jeu, à la fois universel et unique, simple et douloureux de difficulté (attendez de bloquer un quart d'heure sur un stage où il n'y a que deux phrases possibles et vous comprendrez...)

Et surtout, Baba is You est indispensable.

Floor is Lava.
Baba is You.

Fire Walk With Me.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 231 fois
7 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de toma Uberwenig Baba Is You