Avis sur

Banjo-Tooie sur Nintendo 64 par Slowvlaki

Avatar Slowvlaki
Test publié par le
Version Nintendo 64

J'ai toujours eu l'impression que pour apprécier pleinement Banjo-Tooie, il était nécessaire avant tout de parvenir à faire en quelque sorte, le "deuil" de Banjo-Kazooie. Mis à part les niveaux qui s'avèrent bien plus complexes que dans le premier opus de par leur taille plus imposante mais aussi de par leurs interconnexions, la palette de mouvements pouvant être exécutés par l'un des plus atypiques duos de l'histoire du jeu vidéo s'est effectivement bien élargie. Mais ce n'est pas seulement ça qui me me fait penser à ce fameux deuil nécessaire à l'appréciation du jeu.

On peut en effet se rendre compte de tout cela dès les premières minutes du jeu : la tanière de Grunty, dorénavant uniquement accessible en volant (le pont étant brisé), ne se limite plus qu'à la toute première salle où se trouvait le fameux portrait de Grunty. Une montagne de pierres bloque l'accès à tout le reste du splendide hub central de Banjo-Kazooie : adieu donc les niveaux enchanteurs du premier opus, de la montagne de Mumbo aux bois Clic-clac en passant par le pic polaire, mais aussi tous les petits trucs et mystères de la tanière qui ne seront jamais résolus et qui lui donnaient tout son charme : ces dessins étranges sur les murs (http://www.dkvine.com/games/bt/analyzeshots/wall_demons.jpg : non sérieusement, elle a tout de même des goûts étranges en déco Gruntilda...), les portes impossibles à ouvrir dans la salle des machines près du combat final et dont on ne saura jamais ce qu'elles cachent (je parle de celle que l'on peut voir dans la fameuse scène du "Game over" : http://www.artcorekirbies.fr/images/Rev/521-banjo-kazooie/pictu285.jpg), et toutes les autres salles que l'on a pris un plaisir fou à découvrir les unes après les autres au fur et à mesure de notre progression dans le jeu... Vous pouvez vous dire qu'il ne m'en faut pas grand chose pour être triste, mais oui, à 11 ans ça m'avait quand même mis un coup de voir toutes les pages du premier jeu se tourner ! D'ailleurs, le personnage de Cheato a l'air tout aussi déprimé que moi par cette situation quand on voit la tête d'enterrement qu'il tire à l'entrée de la tanière de Grunty dans Banjo-tooie : http://img2.wikia.nocookie.net/__cb20100331182154/banjokazooie/images/2/21/Bt_cheato.png :( (bon, c'est peut-être aussi parce qu'il est triste d'avoir perdu ses pages que l'on doit récupérer, je n'en sais rien).

Même la musique de la montagne spirale, autrefois entraînante et guillerette, est dans Banjo-Tooie mélancolique à souhait. Passer de ça https://www.youtube.com/watch?v=pPUn5biib1c à ça https://www.youtube.com/watch?v=RAw-ZXwUUTA il fallait tout de même oser ! Sans oublier Bottles, l'un des personnages phares du premier opus, meurt comme un idiot dès l'introduction du jeu ! Rareware cherche à traumatiser ceux qui ont passé leur enfance sur Banjo-Kazooie, quelle bande de psychopathes (pas étonnant qu'ils aient fini par faire Conker's bad fur day...). Plus sérieusement, je pense que Rareware a vraiment tout fait pour que le joueur comprenne rapidement que ce Banjo-Tooie allait être fondamentalement différent que Banjo-Kazooie. Et c'est bien le cas, même si les principes de base restent les mêmes (contrairement à ce qu'on verra sur Nuts and Bolts...).

En commençant B-T, on se rend rapidement compte qu'on ne trouvera plus les pièces de puzzle aussi facilement que dans B-K, certaines mettront même un temps fou avant de pouvoir être récupérées ! La durée de vie s'y retrouve donc largement aggrandie, ce qui n'est pas une mauvaise chose. On doit aussi souligner une présence plus importante des mini-jeux (juste amorcée dans Banjo-Kazooie par le défi de Mr Vile et deux trois autres petits trucs sympas), mais qui ne sont pas toujours réussis (par exemple, les courses contre le canari ou il faut massacrer sa manette pour réussir à gagner, je ne suis pas tellement fan).
A noter aussi la présence d'un boss par monde, qui sont généralement plutôt sympathiques.

Comme dit auparavant, les mondes de Banjo-Tooie sont logiquement plus vastes, en concordance avec la hausse de la complexité du jeu. Mais certains peinent tout de même à être pleinement séduisants, ils ont toujours des zones qui me semblent un peu vides et plates (l'usine de Grunty, Terrydactyland...) contrairement à dans Banjo-Kazooie où, les mondes étant plus petits, il y avait moins de chances d'être confronté à ce phénomène. Certains niveaux demeurent heureusement de grandes réussites selon moi (j'adore Sorcière Land par exemple, ainsi que la mine miroitante et les pics fournaise).

Un élément qui donne beaucoup de charme à B-T selon moi, c'est tout de même les trains qui permettent de relier une bonne partie des niveaux entre eux et d'être à l'origine de quêtes de pièces de puzzle intéressantes et bien pensées. Je ne sais pas si c'est mon affection pour ce moyen de transport qui fait cela, mais c'est tout de même très sympathique de pouvoir passer d'un monde à l'autre comme ça. Il est par exemple très agréable de passer de de l'ambiance caniculaire des pics fournaise à l'ambiance gentiment sinistre et inquiétante du musée de l'horreur de Sorcière-land.

Bon, et sinon Grant Kirkhope n'a rien perdu de son génie musical (même si les mélodies sont tout de même moins marquantes que celles de B-K mais il aurait été difficile de faire mieux). Petite préférence pour la musique du lagon de joyeux Roger, légère et mélancolique (écouter absolument cette magnifique reprise : https://www.youtube.com/watch?v=kfUXmhcRlVQ) L'apparition de certains personnages du premier opus est également plus que sympathique : comme une façon pour Rareware de dire que finalement, ils n'ont pas tout de même pas rompu tous les liens avec le premier jeu de la série.

PS : si jamais un jour, Rareware se fait racheter par Nintendo et sort un opus B-K sur DS, je ne suis pas sûr de pouvoir émotionnellement survivre à cela.
PS 2 : vous devez vous dire que je suis tout de même sacrément atteint pour écrire une critique aussi longue d'un jeu sorti il y a quatorze ans... et encore, si vous saviez à quel point j'harcelais ma Boubou pour qu'elle joue à Banjo-Kazooie :( il faut dire que la perspective de revenir en enfance avec une personne chère à son coeur est quand même très réjouissante : 3
PS 3 (non, pas la console) : oui, cette critique est un gros bordel et je parle presque autant de Banjo-Kazooie que de Banjo-Tooie alors que je suis censé faire une critique exclusivement de ce dernier, mais osef, c'est un enfant de 11 ans qui écrit ^o^

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 922 fois
8 apprécient · 1 n'apprécie pas

Slowvlaki a ajouté ce jeu à 6 listes Banjo-Tooie

Autres actions de Slowvlaki Banjo-Tooie