Foutre le bordel pour rétablir l'ordre (tout en étant charmante ...)

Avis sur Bayonetta 2 sur Wii U

Avatar Red13
Test publié par le
Version Wii U

En voyant le générique de fin de Bayonetta 2, je n'ai pu m'empêcher d'avoir un petit sourire en coin en voyant les différents logos apparaître à la suite : celui de Sega, celui de Nintendo, puis celui de Platinum. Ce moment était là pour me rappeler, d'une part, le chemin parcouru depuis la fameuse "Guerre des Consoles" de l'époque Super Nintendo / MegaDrive, et le chemin tortueux du développement de ce 2ème opus des aventures de notre sorcière préférée.

Car oui, comme beaucoup d'entre vous le savent, il n'était pas écrit à l'avance que cet épisode pourrait voir le jour. Sorti en 2010, Bayonetta premier du nom avait créé la surprise grâce à un enrobage particulièrement éclatant et à la forte personnalité, qui dissimulait un fond d'une aussi grande qualité. On y découvrait un personnage féminin fort, d'une grande beauté, d'une grande excentricité, d'une grande force. Un personnage de jeu vidéo qu'on oublie pas comme ça. Le jeu fut un succès critique certain mais une réussite économique relative, ce qui obéra dans un temps la sortie d'une suite.

Et c'est finalement un peu grâce à Nintendo et en exclusivité - pour le moment - sur Wii U que la sorcière nous est revenue, les cheveux plus courts, pour un 2ème épisode qui reprend les grands principes de son aîné mais qui cultive néanmoins ses différences derrière cet air de famille si présent.

Bayonetta 2, c'est donc, pour ceux qui auraient loupé le train, un Beat'em All en la forme plutôt moderne (c'est à dire scénarisé et avec des principes plus ou moins approfondi d'exploration). Vous incarnez une sorcière du clan de l'Umbra, à la suite des aventures de l'épisode n° 1, et qui va de nouveaux devoir se frotter aux forces du Paradis, et peut-être un peu de l'Enfer ...

Bayo2, c'est surtout un BtA d'une grande qualité, accessible mais possédant une marge de progression certaine, dynamique et donc particulièrement agréable à jouer. Pour reprendre mon premier adjectif, certains lui reprocheront peut-être d'être un peu trop accessible grâce notamment à son système d'esquive plus permissif que d'autres et qui permet durant les combats, pour peu que vous ayez le bon timing, de déclencher le Bullet Time local, à savoir l’envoûtement, pour ralentir le temps et pouvoir latter dans la joie et une certaine impunité vos ennemis. Combos improbables et invocations plus ou moins prononcées constitueront durant cette aventure votre quotidien, de même que certains petits finish cruels qui vous permettront d'occire certains ennemis dans d'atroces mais délicieuses souffrances.

J'ai personnellement particulièrement apprécié la jouabilité de Bayo2. Ayant récemment écrit la critique de The Wonderful 101 (autre BtA du même développeur), j'ai beaucoup plus apprécié de jouer la sorcière que le super-héros, en raison - notamment - d'une lisibilité de l'action que je trouve bien plus prononcée. Bien entendu, il y a toujours ces moments bien bordéliques avec des ennemis qui bougent dans tous les sens ou prennent tout votre écran avec leurs attaques, mais globalement on arrive à distinguer ce qui se passe, et on tente d'anticiper au mieux les attaques des adversaires pour leur balancer notre esquive au meilleur moment.

Bien entendu, le titre dispose d'une monnaie locale qui vous permettra d'acheter améliorations, accessoires, nouvelles attaques, mais surtout quelques nouvelles armes pour varier les combos et les vitesses d'attaque, même si je dois avouer que certaines des armes proposées ne m'ont pas complètement convaincu.

Mais plus qu'un genre, Bayo2, c'est avant tout un personnage, à savoir Bayonetta alias Cereza, qui porte sur ses pas si frêles épaules une grande partie de la qualité et de l'image du jeu. On en tombe amoureux ou on la déteste, mais notre sorcière ne laisse définitivement pas indifférent. C'est quand même ici que je vais faire mon petit couplet "la fête est finie" pour quand même dire que certains passages mettant trop en avant - peut-être avec moins de 2ème degrés qu'avant - l'aspect particulièrement sexy de notre héroïne m'ont mis un peu mal à l'aise, m’entraînant à me demander si, au delà de ses nombreuses et indéniables qualités, le titre ne versait pas par (très brefs) moments dans le lourd et le sexisme. Rien de bien grave mais un point à surveiller néanmoins ...

Pour le reste, notre héroïne est toujours aussi percutante, distribuant les bons mots et les postures aussi facilement que les coups dans la tête de ses ennemis.

L'histoire, elle, prend place dans la continuité de l'épisode précédent.

Clin d'oeil à ceux qui ont fini le titre ...

Comme dans l'opus n° 1, on pourra reprocher à Bayo2 de cultiver un scénario pas si accessible que son gameplay, parfois brumeux et artificiellement compliqué. Je décernerait une mention spéciale à la séquence d'introduction qui tente de nous faire écouter des paroles et lire des sous-titres en même temps qu'on bastonne. Super pratique ... Néanmoins, certains moments de l'histoire sont plutôt bien amenés et parviendront même à nous surprendre et à mettre en perspective l'aventure, comme des phares au milieu d'une mer agitée, nous permettant globalement de nous guider, même si on comprend pas par où on est passé exactement ...

Au delà de son histoire, c'est dans son registre que Bayo2 cultive une apparente ressemblance avec son grand frère, mais dispose au final d'une personnalité propre. Le premier épisode, je trouve, disposait d'une plus grande subtilité. Le titre etait fondamentalement foufou, relativement incompréhensible dans son histoire, ce qui mettait particulièrement en avant son aspect second degrés et l'aspect coquin de l'héroïne.

Ce deuxième épisode nous présente une héroïne moins "multi-facettes". Bayonetta y est avant tout provocante. Elle domine le monde et veut le faire savoir. La mise en scène est surement plus dynamique et quelque part plus réussie car plus lisible ; l'action est plus présente et sans doute plus spectaculaire. Mais du coup, on y perd en second degrés et on se rapproche par moment - toute proportion gardée - de l'esprit d'un Uncharted (épisode 2 ou 3).

Les clins d'oeils sont également présents mais moins nombreux. Et c'est surtout concernant la musique que j'ai été moins persuadé par ce 2ème épisode. Les thèmes restent de qualité mais disposent de moins de personnalité que dans l'épisode précédent.

Ces quelques défauts et divagations personnelles ne doivent néanmoins pas obérer le fond de ma pensée concernant Bayonetta 2, qui se pose - avec ses différences - en digne successeur de l'épisode 1. C'est un titre à posséder définitivement pour tout propriétaire de Wii U qui se respecte (et qui a plus de 10 ans ...). Disposant d'un contenu honnête pour le genre, il offre également une marge de progression substantielle pour qui voudra vraiment le maîtriser. Mais c'est surtout et avant tout un jeu qui regorge d'énergie et de personnalité, en raison notamment de la présence de son héroïne principale, et agréable à jouer.

Une réussite, donc, pour les petits gars de chez Platinum, qui nous démontre encore une fois leur savoir faire en la matière.

Je suis envoûté !...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 829 fois
11 apprécient

Red13 a ajouté ce jeu à 16 listes Bayonetta 2

Autres actions de Red13 Bayonetta 2