"I'll kill everyone."

Avis sur Beyond: Two Souls sur PlayStation 3

Avatar ParisByNight
Test publié par le
Version PlayStation 3

(Contain little spoilers warning)
The Nomad Soul était fabuleux (et restera à priori leur meilleur jeu pour de multiples raisons), Fahrenheit déroutait mais posait les bases de ce nouveau gameplay, Heavy Rain poussait le tout encore plus loin, ce qui est également le cas ici. Niveau jeu, c'est certain, il fait pas mal de choses moins bien que d'autres, les QTE que l'on ne citera plus, le gameplay en lui même pas toujours évident, que ça soit dans les phases d'infiltrations, très limités par rapport aux autres jeux, ou même cette phase à cheval, loin d'être aussi intéressante à contrôler que sur un Red Dead Redemption. On se retrouve un peu dans le même cas que le tennis sur GTA V : oui, c'est moins technique que sur un vrai jeu de tennis, mais bon, on peut passer outre. Les QTE sont par contre mieux pensées que dans Heavy Rain, je trouve : on réagit plus naturellement. L'apport vient d'Aiden, contrôlable dans une zone certes limitée mais qui pousse à la découverte, bien que l'interaction dans certaines zones soit pauvre car le jeu en a décidé ainsi. Autre détail agaçant, lors de choix entre 4 possibilités de dialogue : si on met un peu de temps à répondre, le jeu répond à notre place ! Je suis un joueur qui aime prendre son temps, et pour moi, c'est normal de se poser des questions, d'évaluer un peu la suite des événements en fonction de ce que je fais. En tout cas, dans un jeu comme Deus Ex, je ne réponds pas du tac au tac. C'est un peu pareil pour les QTE où l'on peut lâcher la manette, mais ça me perturbe moins, bien que je peux comprendre qu'effectivement, le jeu ne soit plus dur du tout après ça. Non, au final, si vous cherchez un peu de challenge, il y a les succès à déverrouiller, les artworks à trouver, et surtout l'ensemble des QTE à réussir, ce qui peut amener un succès par la suite. Je n'ai pas testé le jeu à deux, mais ça semble gadget, un peu comme sur Super Mario Galaxy quoi.

Au niveau du scénar', c'est clairement Aiden qui a, selon moi, la part importante dans le jeu, surtout qu'on le contrôle complètement. Le passage de l'anniversaire où on incarne le vilain fantôme est un pur moment de bonheur, jouissif même. Comme quelqu'un sur SC l'a précisé, Jodie doit pleurer au moins tous les chapitres, mais elle en bave (comme tous les personnages féminins dans les créations de Quantic Dream, en fait), donc ça peut se comprendre. Je crois que par contre, le point négatif, c'est l'agencement des chapitres dans le désordre qui surprend et m'a personnellement rebuté en début de partie, chose qu'il n'y avait pas dans Heavy Rain. Par exemple, le passage ou Jodie arrive à une cérémonie (présent dans la démo) est mal amené, on se demande ce que ça fait là. Et c'est ça le problème : si on a le droit à une belle histoire, on a aussi le droit à des passages qui, comme le passage précité, n'apportent rien au tout, celui ci n'étant pas spécialement justifié après. Je crois que le pire dans le lot, c'est le chapitre Navajo, on dirait un DLC tant il se détache de l'histoire et n'a pas de réelle conséquence sur les autres chapitres. À contrario, certains passages dans la période de l'enfance permettent d'enchaîner sur des passages à l'âge adulte et les deux s'imbriquent entre eux car ça se suit, ça devient logique (la famille de Nathan, vers la fin). La fin d'ailleurs, n'est pas si ouverte que prévue. Il y a un gros choix juste avant l'épilogue (donc 2 fins), qui ensuite conduit à des sous-fin. Ce que je trouve bien (je n'ai pas encore tout vu ceci dit), c'est que j'ai choisi la fin que je voulais, et pour ça, merci. Dans tous les cas, et sans spoiler trop, ce qui est bien avec l'histoire, c'est que tout est assez nuancé, pas simplement sombre ou heureux. Aucune option ne semble permettre de refaire le jeu à l'endroit, d'ailleurs. Un point négatif, pour moi, bien que tous les passages de l'enfance à la suite soient sans doute moins passionnants.

Si pour moi le graphisme n'est pas la chose la plus essentielle à un jeu, ici, force est de constater que, purée, c'est beau. Alors, certes, pas toujours, je vais encore reprendre le chapitre Navajo, mais c'est un peu anguleux dans les décors une fois que la zone est grande... Mais c'est chipoter, car Beyond est un des plus beaux jeux PS3. Au niveau des visages, si Killzone 4 a fait du très très bon boulot, je pense que Beyond le surpasse, la qualité des expressions est bluffante, et cela explique aussi pourquoi les personnages pleurent autant : l'eau est extrêmement belle et bien gérée. Il suffit de voir dans le niveau du train / forêt pour se prendre une énorme claque, mettant même Heavy Rain à terre. La grande qualité vient aussi de la direction artistique, que j'ai trouvé séduisante. Les artworks que l'on débloque avec Aiden le prouve, c'est varié et soigné. Il y a un sacré boulot et certains passages sont sublimés grâce à la DA, comme le design des combinaisons sous marines, très futuristes. Ellen Page est vraiment retranscrite fidèlement. Le choix était d'ailleurs bien pensé, et l'actrice s'est bien débrouillée, car il fallait une femme qui ne se laisse pas faire, une battante, comme celle que l'on a pu voir dans Hard Candy. Ses détracteurs pourront toujours trouver qu'elle fait justement du Ellen Page, mais dans mon cas, je ne voyais pas meilleure actrice qu'elle dans ce rôle. Les seconds rôles sont également très bons et font oublier que les PNJ ordinaires sont moins bien travaillés (un peu comme dans Deus Ex : Human Revolution, par exemple). Point positif : ils ont laissé la VO, on apprécie d'autant plus les dialogues.

Pour ce qui est de la musique, encore une fois, désolé Hans Zimmer, mais je bloque vraiment avec toi. Je ne trouve pas que ça ressorte plus que ça, même si je pense que ça passe mieux que ce qu'il fait au ciné. On reste néanmoins derrière la BO de Badalamenti sur Fahrenheit et forcément des kilomètres en deça de la BO de Bowie / Gabrels / Despas sur The Nomad Soul (une des meilleures OST de jeu, en même temps).

Reste que, tout de même, il y a des passages épiques, avec une mise en scène parfois vraiment brillante, différents types d'émotions, et on s'attache au duo Jodie / Aiden. Une fois commencé, on veut savoir comment ça se termine ! Et fort heureusement, comme pour les précédents jeux du studio français, la fin devient épique et riche en rebondissement (à la différence prêt que le twist final n'est pas aussi bon que celui d'Heavy Rain). Je ne le conseillerait néanmoins que pour les fans de Quantic Dream et les cinéphiles qui sont aussi des joueurs occasionnels, car il faut faire l'impasse sur ses défauts (j'oubliais un magnifique faux raccord nuit/jour lors d'une des missions). Sans ça, si vous aviez détesté Heavy Rain, passez votre chemin, je crois que c'est évident. Mais laissez nous aimer le jeu, et rêver sur ce que sera la suite du studio avec leur premier jeu PS4.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 307 fois
Aucun vote pour le moment

ParisByNight a ajouté ce jeu à 1 liste Beyond: Two Souls

Autres actions de ParisByNight Beyond: Two Souls