Vous avez le pouvoir...

Avis sur Beyond: Two Souls sur PlayStation 4

Avatar EricGSG
Test publié par le
Version PlayStation 4

Je suis désolé. Non, vraiment... navré. Je sais que vous vouliez faire vos preuves de nouveau. Après tout, vous êtes un pro-gamer, un PGM ! Vous enchaînez les top 1 sur Fortnite et il n'est pas rare que vous fassiez un triple headshot sur Call of Duty. Hmm... Navré, mais pour Beyond: Two Souls, ça ne vous sera d'aucune utilité. Mettez vos skills de côté, laissez place à l'émotion: vous avez entre vos mains une manette et un destin.
Certains ont dit que c'était un film interactif plutôt qu'un jeu vidéo. Peut-être est-ce vrai, mais dès lors, gardez en tête que c'est VOTRE film. Beyond: Two Souls ne place pas le joueur en tant qu'acteur, comme dans la quasi totalité des jeux vidéos où l'on incarne soldat, survivant ou gangster. Non, avec Beyond, vous vous placez en réalisateur. Vous décidez de tout. Vous avez de même les clés du scénario, avec à votre disposition un choix de 23 fins. Sur ce point, ce jeu propose un véritable challenge émotionnel: une réponse donnée trop rapidement, un QTE loupé... pourtant, c'était dans l'un des premiers chapitres; et voici les portes de la fin parfaite qui se ferment. Parfois, une de ces fins ne déclenchera rien d'autre qu'une légère modification dans une cinématique... mais qui pouvait prédire que cette modification avait le pouvoir de changer votre regard sur le monde et sur cette histoire ? Cette histoire qui a développé une atmosphère plus qu'amicale: paternelle. Ne vous laissez plus emmerder, tout comme vous avez le pouvoir de ne plus laisser personne emmerder cette héroïne dont on vous a confié le destin de ses 8 à 23 ans. Mais vous pouvez aussi laisser le sentimental de côté. On vous a dit que ce jeu était trop facile ? Alors créez vous-même vos obstacles. Vous ne perdrez jamais, vous debloquerez juste de nouveaux sentiers, de ces sentiers qui vous mènent à une autre perspective de vie.
Hmm certains ont dit que ce jeu reprenait les clichés du scénario des drames à l'américaine. À ce sujet, peut-être que certaines familiarités ont été employées avec un peu trop de zèle

comme par exemple la crise de l'ado gothique

Mais ce scénario est trop riche pour être associé à un film à la facilité scenaristique légendaire d'un Hollywood bon marché

Jamais sur TF1 ou M6, l'après-midi, j'ai vu une histoire nous menant avec tension et paranormal du toit d'un train en marche jusqu'à la terre des Navajos, pour ensuite nous mener à trois points de suspension.

; au contraire: la maîtrise de la non-linéarité du scénario, nous fournissant les clés de l'intrigue au moment où nous le voulons (ou le devons ?) s'apparente plutôt au génie tarantinesque, et vous en êtes le chef d'orchestre.
L'autre chef d'orchestre de cette formidable aventure se nomme Lorne Balfe, et ses partitions, produites par l'immense Hans Zimmer, vous rassureront, vous feront peur, vous feront vibrer...
Vos choix seront les bons, à la hauteur de votre coeur et de votre esprit. Il y règne une psychologie pour laquelle vous ne pourrez que vous identifier. Dommage que ce jeu ait souffert de sa comparaison avec The Last of Us. Ça n'a pourtant rien à voir, et cependant vaut tout autant le détour.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 149 fois
1 apprécie

Autres actions de EricGSG Beyond: Two Souls