Avis sur

BioShock Infinite sur Xbox 360 par JulieFtis

Avatar JulieFtis
Test publié par le
Version Xbox 360

Encore une fois, vive le Xbox live Gold. Car même si le FPS console tinte comme une aberration à mes petites oreilles, j'ai encore pu tester une oeuvre que je ne me serais sans doute jamais payé. (et oui, je sais, je suis de mauvaise foi car j'aime pas les FPS de toute façon. Allez tous vous faire cahuète ! ).

Bioshock. J'avais adulé les 2 premiers du nom même si je n'ai décortiqué que le 1er (c'est par ici : http://www.senscritique.com/jeuvideo/Bio_Shock/critique/28619461 ).
Par contre, quand le trailer d'Infinite est sorti, j'ai un peu réagi comme à celui de Resident Evil 5, à savoir que "Ptin mais l'environnement est trop différent, il fait jour ça fait même pas flipper et c'est quoi ce bestiaire ?! ".

Bref, je lance la dématérialisée galette, et tout comme mon poto Gothic je kiff la vibe de l'intro alors j'empoigne fermement le pad et ne le lâcherai plus de la soirée.
C'est tellement plaisant à regarder, tellement fluide, tellement soigné...
...Et ce twist scénaristique de fin est tellement à l'image de la saga !

...

...Hein ? Oui oui c'est tout. Chui au courant que j'ai skippé tout ce que j'aurais pu dire sur le jeu en condensant mon ressenti en d'outrancières platitudes ; mais vous savez quoi ? C'est parce qu'en fin de compte, je l'ai trouvé moyen, ce jeu.

Expérience en partie gâchée par la manette, bien sur, mais pas seulement :
Je le redis : c'est pas la flippante Rapture. Là où les affichettes de joyeuse propagande et les ziques de fête foraines suffisaient à créer un décalage malsain dans les 2 premiers opus, tout est ici bisounoursé à outrance pour exagérer le contraste de l'utopie infernale. Et ce, dès les 1eres minutes de jeu. J'ai fait "Whaaa c'est beau y'a une ville dans le ciel comme dans Laputa ! ...Ha mais en fait y'a que des fanatiques religieux." Point de subtilité, point de suspense, c'est bon le décor est planté et ne cherchez pas plus loin. C'est joli, c'est les années 20 version steampunk, super direction artistique qui a juste oublié la variable du trouillomètre.
Et oui, là où la peur du vide devrait remplacer la claustrophobie (ou le mal des profondeurs), il n'y a que le vide lui-même.

Dommage pour les opposants aussi. Les méchants notoires ne sont que des persos lambdas (ils sont cinglés, mais même pas un tout petit peu mutés, c'est pas drôle !), puis des insurgés sortis tout droit de Gangs of New York... Et les "Handy-men", là, ben c'est juste plus dur à zigouiller mais voilà, pas de sons angoissants qui annoncent leur arrivée, pas de jeux de lumières, pas de crasse...
Est-il utile de parler du grand manitou en personne ? Le méchant le plus rapidement identifié de l'Histoire ? Genre t'arrive dans la ville, t'entends "Prophète !" "PROPHETE !", tu vois des statues du Prophètes partout, t'entends ses laïus dans les hauts-parleurs partout et tout le temps. Donc tu te dis Mhhh, il est possiblement envisageable que ce "Prophète" va me péter les roustons. Saoulant !!!
Heureusement y'a les PNJ sympas, à commencer par Heïdi. Heu Elisabeth pardon. La fille qu'a vécu toute sa vie enfermée dans une bibliothèque surveillée par un oiseau en métal mais qu'est super bien éduquée, coiffée proprette et parfaitement saine d'esprit. Bon je l'appelle Heïdi parce qu'elle est un peu niaise quand même... Mais elle a son utilité, à la fois pour recharger les batteries et pour nous faire popper des alliés temporaires.
Les frère-soeur sont, finalement, les plus marrants du jeu. Et quand on pige pourquoi ils sont aussi complémentaires ça les rend d'autant plus sympathiques.

Pour ce qui est du gameplay, et ce fichu parti-pris de dynamiser les gunfights, chui pas fan. Déjà parce que c'est du bourrinage sans stratégie qui se contrefout de la gestion des munitions (trop facile, y'en a partout), parce que les pouvoirs sont moins agréables à exploiter, parce que les améliorations ne sont pas assez nombreuses (t'as 2 ou 3 flingues préférés, 2 ou 3 pouvoirs préférés, mais une fois upgradés à donf tu fais quoi de ton fric hormis le dépenser dans les slots des armes que tu choisiras jamais ? Tu pourrais garder ta fortune pour recharger ta vie ou tes pouvoirs, mais c'est pareil ca drop partout, ils servent à rien ces distributeurs !). Ok c'est un peu trop subjectif puisque y'a quand même le double effet KissCool des pouvoirs que vous pouvez utiliser instantanément ou bien charger à fond pour poser des pièges. Mais voilà bien comment j'ai décortiqué mon style de jeu une fois la console éteinte, alors que Bioshock 1 et 2 encourageaient, selon moi, davantage la diversité.

Alors ce sera 7, mais avec un pitit coeur à côté, puisque j'ai pas vu le temps passer et qu'Infinite ne m'a pas suffisamment déçue pour redouter une suite à la licence. Espérons !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 212 fois
3 apprécient

Autres actions de JulieFtis BioShock Infinite