God : Ghosts. Bien profond, dans ton antre.

Avis sur Call of Duty : Ghosts sur PlayStation 3

Avatar Urkyjo
Test publié par le
Version PlayStation 3

Entre les producteurs de calof et moi, c'est d'abord un histoire de gros sous. Un jeu à environ soixante balles, quatre packs de cartes à télécharger contre une quinzaine d'euros chacun... Plus de cent galettes en somme ! Ne faisant point partie de l'élite financière, c'est un hobby pas toujours facile à assumer.

Mais c'est surtout beaucoup d'heures (perdues?) à jouer comme une bourrique, à s'énerver contre une communauté qui, en plus d'être immature et meilleure que soi (se prendre une branlée par des onanistes de douze piges, d'une génération qui a zappé la période catalogue de lingerie au profit d'un fap compulsif sur pornhub, c'est peu glorieux...), oublie toute notion de fun, d'amusement, de jeu, au dessein d'une quête du ratio Éliminations/Mort le plus élevé possible. Pour y arriver, les méthodes les plus basses sont employées : camping sauvage avec un fusil sniper, une mitraillette ; cache-cache dans des endroits plus que trop sombres des cartes pour violer les adversaires d'une balle dans le dos (c'est signé...) ; exploiter les nombreux bogues du jeu (avec le pognon que se fout Activision dans les poches chaque année, il est légitime de se sentir sodomisé par ce manque de professionnalisme) ; tricher (un nombre incalculable de cheats, le plus fréquent étant de posséder tous les atouts)... Ces techniques de newbies sont d'autant plus frustrantes que les maps sont trop grandes (la plus menue de Ghosts doit correspondre à la plus étendue de Black Ops 2, à peu de choses près. De même, les développeurs ne sont pas foulés : pour leurs nouvelles cartes, ils ont simplement pris les bases de BO2 et MW3, changé les textures, mixé le tout, rajouté quelques immeubles et obstacles fétiches aux campeurs, et puis voilà comment faire des économies de ouf sur une série de jeu que brasse plus d'un milliard de bénéfice à chaque nouvelle sortie!) : au final, l'on se retrouve à sprinter pendant trente secondes pour arriver de l'autre côté, juste avant de se faire flinguer... Et on recommence indéfiniment...

Des cartes plus grandes, pourquoi pas. Le joueur s'adaptera et adoptera des déplacements plus stratégiques. Mais, il faudra être d'une précision folle pour éviter les pas de porte et autres barricades qui bloqueront notre marche, sans même apparaître à l'écran. Nous remarquerons en tout cas des mouvements de personnages plus réalistes (adieu le plongeon splashique, bienvenu à la glissade sur un genou, ou alors l'inclinaison du soldat lorsqu'il est accolé à un obstacle adapté). Ajoutons à celà des graphismes généraux franchement datés, et une compatibilité 3D inexistante (là où BO2 pouvait tirer son épingle du jeu, même si elle n'était optimisée ni pour console ni pour PC... En fait, il nous mettait l'épingle dans l'oeil, à défaut d'un autre endroit).

Aucune innovation majeure, des petites améliorations [mouvements des personnages, durée de vie plus restreinte (plus besoin de vider un chargeur pour tuer un bonhomme), la customisation des personnages (bien que complètement inutile puisqu'on lui fout une cagoule sur la tête...), des killstreaks plus raisonnables, un chien, des serveurs mi-hostés mi-dédiés...], mais aussi de la régression (le waf difficilement crevable, des serveurs pas du tout optimisés pour les petites connexions - avec son lot de problèmes, de retard, mais surtout l'impossibilité de lancer une partie en mode Extinction... -, de l'aliasing pour un jeu qui a coûté plus de 200 000 000 de dollars, un moteur graphique à jeter à la poubelle, pas de risques pris par les développeurs...).

Quant à la campagne solo... Elle est tellement insignifiante et courte que je l'ai confondue avec une démo.

En somme, une belle merde pour vierges.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 753 fois
14 apprécient

Autres actions de Urkyjo Call of Duty : Ghosts