Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Baroud d'honneur

Avis sur Conker's Bad Fur Day sur Nintendo 64

Avatar Ma wak
Test publié par le
Version Nintendo 64

Qui aurait pu prévoir qu'en an de grâce 1997, période où ce charmant petit écureuil prénommé Conker est présenté au public pour la première fois (dans Diddy Kong Racing), qu'il finirait par franchir la ligne blanche ? Devenant passablement grossier, avide d'argent et fortement porté sur la boisson... Un cocktail plutôt détonnant lorsqu'on sait que le jeu était originalement destiné à un public d'enfants !

Les p'tits gars de Rareware, ce studio de développement britannique à la créativité débordante (Banjo Kazooie Goldeneye, Perfect Dark, Killer Instinct...) officient encore à l'époque pour le compte Nintendo. C'est à l'occasion de l'E3 97' qu'ils présentent au public une aventure mettant en scène leur nouvelle mascotte dans Conker Twelve Tales, un titre mignon tout plein, coloré, et dédié à faire le bonheur de nos bambins. Loin de cette réputation irrévérencieuse qu'il s'est forgé par la suite, car il n'était pas encore question à cette époque de dévorer des hommes des cavernes en chevauchant un T-rex, ni de combattre un étron géant en lui balançant des rouleaux de papier Q à la tronche.

Quand le malheur des uns fait le bonheur des autres... Car après avoir ingurgité quelques hectolitres de boisson maltée, les British de Rareware se sont décidés à revoir totalement leur copie. Faute a un public frileux qui ne démontre pas particulièrement d'engouement pour cette nouvelle licence politiquement correcte, presque dynamitée par un autre jeu de plate-forme du même studio : l'illustre Banjo-Kazooie. Rare choisira donc de repousser la date de sortie de Conker, histoire de remanier son futur bébé pour en faire cet opus badass que l'on connait aujourd'hui (et par la même occasion, s'émanciper de l'esprit PEGI +3 qui colle aux basques de Nintendo).

Conker's Bad Fur Day sortira finalement en 2001, après une campagne de promo qui donne le ton et fera trembler les dirigeants de Nintendo jusque dans leur chaumières (allant jusqu'à apposer des publicités dans le magazine PlayBoy).

L'achat de la cartouche était déjà en soit un sacré investissement : 600 francs, ça calme. Mais il faut dire que la pilule est bien vite passée. Dès la cinématique d'introduction (après que Conker se soit rué sur le logo Nintendo pour le découper en deux a l'aide une tronçonneuse), on comprend que ça va tâcher. Les références cinématographique sont nombreuses et viennent enrichir cet univers atypique ou le mignon tout plein côtoie allègrement gore et humour gras.

Rare à tenu sa promesse, Nintendo n'a pas eu le temps de céder aux sirènes la censure.

Pour évoluer dans ce joyeux foutoir, notre écureuil peu sauter et planer à la manière d'un Tails, mettre des coups de casserole, nager... Bref, tout ce qu'un jeu de plateforme classique peut proposer. Il peut également (si la situation l'envisage), se soulager sur les videurs d'un nightclub, utiliser moult armes à feu à la manière d'un TPS, se transformer en chauve souris Draculesque, piloter un tank... Le gameplay n'est donc pas redondant pour un sou.

Comme je vous l'ai dit, les clins d'œils aux films sont nombreux, on s'amusera à les dénicher ça et là : Alien, Orange Mecanique, Van Hellsing, Saving Private Ryan, Jaws, Matrix et j'en passe ! Toujours avec une touche politiquement incorrecte et un humour So British ravageur. Vous l'aurez compris, je ne saurais que trop vous conseiller de tenter l'aventure si ce n'était pas déjà fait.
Sous ses faux airs provoc', Conker's : Bad Fur Day est un diamant brut qui regorge de trouvailles ingénieuses et d'un humour que nous ne sommes pas prêts de revoir dans une grosse production moderne.

Pour celles et ceux qui rencontreraient des difficultés à trouver la version Nintendo 64 à un tarif décent, le jeu a également été porté sur Xbox sous le nom de Conker's Reloaded. Il bénéficie en prime de graphismes retravaillés et des sous titres français, le jeu original étant quant à lui intégralement dans la langue de Shakespeare.

Passer à côté de Conker, c'est passer à côté d'un monument d'histoire à l'humour décapant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 807 fois
9 apprécient

Ma wak a ajouté ce jeu vidéo à 11 listes Conker's Bad Fur Day

Autres actions de Ma wak Conker's Bad Fur Day