👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Dark Souls. La saga des Souls. Les Soulsborne... Bref.

Commençons par parler un peu de ma vie, comme ça, avec un peu de chance, vous aller vous attacher à moi et ressentir un minimum d'empathie en lisant cet article... Et croyez-moi, vous en aurez besoin parce que ça fait un sacré bout de temps que je n'ai rien écrit et j'ai les doigts qui démangent.

L'année dernière, j'ai investi dans une PS4 et une nouvelle télé, au début, j'étais tout jouasse car j'allais enfin pouvoir découvrir "la nouvelle génération de consoles"... Et je vous cache pas que je me suis pris quelques bonnes baffes, citons au hasard The Witcher 3, Dishonnored 2 et Arkham Knight... Et pourtant, tout au fond de moi, je me sentais frustré.
Il faut bien reconnaître que, même si les graphismes ont subit une progression remarquable et que (n'en déplaise aux rageux qui critiquent toujours tout, tout le temps), la technique a aussi pris un joli coup de boost, eh bien en ce qui concerne le gameplay, les idées de game-design et les features de chaque jeux... Bien, j'ai commencé à m'ennuyer.

Jeux trop faciles, trop similaires, trop lisses, toujours le même open-world, toujours le même système de combat et cette sensation terrible que tout le marché "boite" soit monopolisé par les quatre mêmes grosses boites de prod, sans parler des grosses licences qui ne sont juste plus DU TOUT ma tasse de thé (hein FFXV ?)... Bref, mon enthousiasme en a pris un sacré coup.

Et puis, un jour, un ami me parle de jeux "polonais" (oui, il s'est planté, ça nous arrive à tous), proposant un certain challenge tout en restant passionnant. Il me conseille alors de commencer Bloodborne.

Et quelle claque mes amis ! J'avais déjà entendu parler des Dark Souls à l'époque mais leur communication ne me donnait pas du tout envie de m'y essayer. Tout orienter sur le "vou allé mourire lol", franchement, ça me rebutait.
Mais, que voulez-vous, je n'avais pas encore pas encore fait le rapprochement entre BB et DS.

Et donc, avec Bloodborne, je commence par mourir. Une fois, deux fois... Trois fois et avant de casser ma manette pour éviter de m'avouer à moi-même que je suis frustré de me sentir aussi nul, je jette un œil à quelques let's play (d'ailleurs, si vous hésitez à vous lancer dans l'aventure Souls et que vous voulez voir un BON let's play pour vous présenter le principe du jeux, je vous conseille le petit live d'Atomium sur le sujet, même s'ils est toujours aussi "happy", il explique parfaitement bien comment jouer au début et vous donnera quelques précieux conseils), et là, je me rend compte que je n'avais RIEN compris à la manière de jouer à un Souls.
Et c'est ça le point fort de toute la saga, DS3 compris, c'est que les jeux nous demandent réellement de changer notre manière de penser.

Mourir est une façon de progresser. Tuer des trash-mobs n'est pas forcément une façon de progresser. En tant que joueur tu dois garder la tête froide, te remettre en question, toi et tes habitudes, tu dois être patient, méthodique et attentif.
Si vous faites tout ça, le jeu vous récompensera de la plus belle des manières : en vous faisant passer un excellent moment. C'était la première fois de ma vie que j'étais réellement fière d'avoir un jeu en main, de tuer les boss et d'avoir eu la meilleure fin possible lors de ma première partie... Tellement, qu'encore aujourd'hui, je considère presque l'achèvement de ces jeux comme des événements importants de ma vie (de gamer).
Et donc, après avoir fini Bloodborne, j'en voulais encore.

Dark Souls 3. En débutant le jeu, j'étais gonflé de confiance en moi "j'ai battu Blooodborne, je vois pas comment ce jeu pourra me résister" me disais-je le torse bombé. Et le premier niveau ne s'est pas gêné pour confirmer cette pensée. Des morts-vivants franchement pas vivaces, un premier boss vraiment facile... Jusqu'ici, ça allait et j'étais réellement heureux de retrouver ce feeling "From Software", à savoir un personnage très lourd mais totalement dévastateur une fois correctement pris en mains.
Et puis, vint le mur de Lothric... Ou Lothrik... Bref, je suis dyslexique. Et là, le jeu m'a calmé. 21 morts arrivé devant ces enfoirés de chevaliers en armure avec leur bouclier. 21 MORTS !
Pourtant, je n'en veux pas aux développeurs d'avoir fait ça puisque ça m'a forcé à trouver (un peu en urgence) mon style de jeu. En effet, pour avancer, j'ai dû tester toutes les armes, boucliers et types d'armures jusqu'à me fixer. Et puis, je suis tombé sur le deuxième boss du jeu... Que j'ai encore tué au premier essais.

Ce que j'essaye de vous raconter via ce... Cet espèce de let's play écrit de ma première partie, c'est que les choix des développeurs peut paraître obscure aux débutants, voire extrêmement frustrant. Un coup, on avance avec une main dans le slip, et dix secondes plus tard tu te retrouves à mourir à la chaîne devant un trash-mob au hasard. Pourtant, tout cela a une logique et, aussi insensé que cela puisse paraître, avec beaucoup de patience on fini par comprendre quelle leçon le jeu essaye de te donner en fonction des pics de difficulté et, avec le temps, on fini littéralement par communiquer avec les développeurs à travers le jeu... Et ça, c'est de loin la plus belle chose qui me soit jamais arrivé devant ma console.
Je sais que ça peut avoir l'air étrange dit comme ça, mais c'est la preuve que le jeu-vidéo, en plus d'être un divertissement, peut aussi être un véritable moyen de communication. J'en avais jamais pris conscience avant ça.

D'une manière générale, les Souls sont des jeux qui récompensent l'effort, le courage et l'implication et on fini rarement déçu par notre expérience, puisque tout a été pensé autours d'une espèce de boucle visant à priver le joueur de certaines choses (soins infinis, réels checkpoints, fluidité de déplacements etc...) afin de renforcer le sentiment de satisfaction en cas de réussite. 

Ce qui m'amène naturellement aux boss. Que ce soit pour Bloodborne comme pour Dark Souls 3, chacune de mes victoires étaient de véritables moments de bonheur... Littéralement, je vous jure qu'à la fin de certains combats bien ardus, même mes voisins m'entendaient gueuler de joie.

Ces fameux combats peuvent d'ailleurs être extrêmement déstabilisants puisque, pour la plupart, afin de renforcer le stress (et donc la joie en cas de victoire) From Software a fait le choix de... Faire genre qu'ils ne sont pas adaptés au gameplay du jeu... Je m'explique : Les boss DEBORDENT du cadre, ils font buger la caméra, le lock et on ne sait jamais où il faut taper. C'est plus ou moins une volonté de leur part qui, au final, nous offre des combats d’anthologie. Systématiquement portés par des musiques de ouf-malade.

J'aimerai aussi vous parler des "scénario" de ces jeux, du "lore", sauf que là, je ne me sens pas réellement légitime pour le faire tellement j'ai triché pour BB et DS3, à grand coup de vidéos Youtube et autres.
D'ailleurs, j'y pense, mais attention messieurs les "lore hunter", en m'amusant à chercher des explications pour BloodBorne, je me suis rendu compte que les traductions du jeu étaient... Assez mauvaises, allant même jusqu'à inventer ou couper des morceaux d'histoire dans certains dialogues. Ou aussi à méchamment changer le sens de certaines phrases, je pense par exemple à Ailleen (dyslexie) le Corbeau qui déclare en français que le Père Gascoigne était "moribond ces temps-ci" alors qu'en Anglais elle dit qu'il "était en train de sombrer".

Passons maintenant, vite fait, sur les quelques points négatifs qui font que je ne met pas 10/10 à ce jeu.
Devant Dark Souls 3 en particulier, je n'ai pas arrêté de me faire la remarque qu'il serait temps que From Software se rende compte qu'il est un studio privilégié. En effet, certains gimmicks fonctionnent parfaitement bien depuis Demon Souls et, je pense que, globalement, leur base de gameplay est intemporelle.
Cependant, arrivé à Dark Souls 3 et trouver encore des textures moches, des décors de fond LITTERALEMENT pas terminés, d'avoir encore d'énormes bugs de caméra, un gros imput-lag et encore trouver sur les forums des joueurs qui soutiennent à mort la saga en la défendant sur TOUS ses choix et en trouvant une raison à tout, c'est complètement dingue. From Software a le privilège d'avoir une communauté réellement amoureuse d'eux et ils n'ont pas toujours l'air de s'en rendre compte.

Dernier petit point noir, certains passages sont tout simplement trop durs parce que pensés pour être trop durs justement. Et c'est là que je trouve que From Software franchi parfois la ligne rouge entre "gameplay exigeant" et cruauté pure et simple, comme si, eux-mêmes se prenaient parfois les pieds dans le tapis de leurs intentions... Et c'est dommage car sans ça, on aurait eu un jeu quasiment parfait.

En conclusion, les "Soulsborne" sont des jeux importants. Des grands jeux, parfois un chouilla maladroits mais toujours rempli de bonnes intentions. Leur buts est de vous donner une vision différente du medium et CA MARCHE.
En plus de ça, les jeux offrent de vrais grands moments à la fin de chaque combat de boss et une joie réellement immense à fin des titres. Ce sont des jeux qui m'obsédaient quand j'étais bloqué et qui me traînent encore dans la tête quatre mois après les avoir terminés.

Si vous êtes encore hésitants à l'idée de les tâter, regardez quelques let's play et essayez Bloodborne, vous verrez, petit à petit, vous finirez par vous rendre compte que non, devant un Souls, on ne souffre pas : On rage, on est frustré, stressé mais... Au fond... On fini par adorer ça et on en redemande toujours plus.

Bonus : lien de la vidéo d'Atomium : https://www.youtube.com/watch?v=JMdXwmaDiGg&t=1s

GrenKopun
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 5 ans

1 j'aime

Dark Souls III
Hannibal
10

La fin grandiose d'une saga mythique

Bon, j'avais commencé à rédiger un pavé en racontant ma découverte de la saga Dark Souls, son impact sur l'histoire du jeu vidéo, et mon amour pour elle, mais c'était long et chiant à lire. Donc à la...

Lire la critique

il y a 6 ans

41 j'aime

8

Dark Souls III
Blynch
10

Tentative d'explication (rapide) du scénario de Dark Souls 3

Cette critique n'est pas une critique. Le scénario des Souls est probablement une des choses les plus compliquées existantes dans l'univers vidéoludique. C'est tout un jeu qui se joue dans le jeu...

Lire la critique

il y a 4 ans

38 j'aime

6

Dark Souls III
Nuageo
5

[SPOIL] Le souls de trop

Ce Dark souls 3 m'a inspiré une certaine crainte au moment où il a été annoncé, la crainte de voir débarquer l'épisode de trop. Aujourd'hui j'ai terminé le jeu, et le moins qu'on puisse dire, c'est...

Lire la critique

il y a 6 ans

31 j'aime

20

Old Boy
GrenKopun
10
Old Boy

Rire.

Le cinéma sud-coréen a quelque chose d'assez fascinant. Il faut bien avouer que dès les premières minutes d'un de leurs films, je me sens déjà dépaysé. Dans cette région du monde, les codes de...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

3

Only God Forgives
GrenKopun
8

Rouge.

Qu'est ce que l'Art ? Pour certains philosophes, l'Art, c'est lorsqu'il y a un groupe de réflexion qui se forme autour d'une œuvre. En ce sens, on peut largement dire que Only God Forgives en est,...

Lire la critique

il y a 7 ans

8 j'aime

2

The Cell
GrenKopun
7
The Cell

Une excellente surprise pour les amateurs de série B qui ont du cœur.

Bon, déjà, l'affiche m'a menti, ça commence mal. On nous montre une J-Lo en petite tenue moulante et une esthétique visiblement assez orientale mais en fait non (Remboursé !!!). Jennifer Lopez, quant...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

1