Un premier jeu engageant

Avis sur Darq sur PC

Avatar Chris_Marques
Test publié par le
Version PC

Darq, c'est d'abord le premier jeu du jeune studio Unfold Games, sorti il y a quelque jours de cela. Mais Darq, c'est surtout un plateformer 2D parsemé d'énigmes et de phases d'infiltration dans lequel vous incarnerez Lloyd qui tente, tant bien que mal, d’échapper à ce cauchemar éveillé.

Esthétiquement, le jeu est très réussi: la direction artistique, sorte de savant mélange entre l'univers de Burton et l'ambiance plus crasseuse et malsaine de l'échelle de Jacob, est très réussie et cohérente; mention particulière aux jeux de lumières et aux malins plans de caméra qui viennent sublimer le tout. Le héros, pâle, grand et frêle, est victime de cet univers et tentera, autant que faire ce peu, d'y échapper. La bande originale et le travail sonore est quant à lui correct même si aucune composition, à mon sens, n'arrive vraiment à sortir du lot.

Venons en maintenant au cœur du jeu à savoir les énigmes: celles-ci restent très simples et intuitives, leurs exécutions et certaines idées qui en découlent sont plutôt réussi. Llyod pourra donc ramasser des objets, marcher sur les murs et, à l'aide de leviers magiques disposé ici et là, se déplacer plus librement dans l'espace: des mécaniques assez classiques dans l'ensemble qui permettent néanmoins le développement d'énigmes plus ou moins originales.

En bref, le soft est bon, juste bon: ce qu'il le fait, il le fait bien mais il ne va malheureusement pas chercher beaucoup plus loin. Rien n'est vraiment oser, aucune des mécaniques de gameplays n'est vraiment pousser à bout, tout reste assez convenu et plat donc. Un manque de confiance et d'ambition se fait un peu ressortir et c'est bien dommage quand on pense au potentiel qu'offre l'idée de départ, à savoir s'échapper d'un rêve, un lieu où, par définition, les possibilités sont infinis et où toutes les propositions de gamedesign ou d'univers peuvent être facilement justifier et implémenter.

De la même manière, la direction artistique et le ton global du soft sont certes justes mais beaucoup trop sage. Le jeu aurait pu se permettre d'aller plus loin dans l'horreur ou dans la folie, des éléments qui sont amorcés certes, mais pas vraiment développer. A titres d'exemple, prenons un titre très similaire tant au niveau du gameplay que de l'univers proposé, à savoir "Little Nightmares", sorti 2 ans plutôt. A mon sens, ici Darq souffre de la comparaison: l'ambiance et le gameplay sont très similaires mais là où Darq reste très sage et constant tout au long du jeu, Little Nightmares, lui, a ses soubresauts qui en font une expérience au final plus enrichissante, intéressante et surprenante

le cannibalisme de l’héroïne et la scène finale halluciné font partie de ces quelques idées bienvenues

Si vous le trouvez à petits prix et que l'univers vous intéresse, pourquoi pas: le jeu reste une petite pastille assez plaisante et brève, fini pour ma part en 1:30 environ. Malheureusement pour moi, une fois dissoute, elle ne m'a laissé aucun goût en bouche: ni amère, ni sucré, certainement oublié dans 2 semaines.

Dans un univers très similaire, j'aurais donc plutôt tendance à vous conseiller Little Nightmares et, en matière de plateformer 2D énigmatique, je vous conseille très fortement Inside, qui est juste sublime tant dans le propos que dans la forme. D'ailleurs, même si Darq n'est pas aussi original et bon que l'était Limbo à l'époque, quant on voit la qualité qui s'en ait suivi, on ne peut qu'être optimiste et enthousiaste quant aux prochains jeux de ce jeune studio. Affaire à suivre donc.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 929 fois
1 apprécie

Autres actions de Chris_Marques Darq