Oui mais non

Avis sur Death Stranding sur PlayStation 4

Avatar Antigone Ripley
Test publié par le
Version PlayStation 4

Un autre point négatif, et non des moindres : le type de jeu. Le premier trailer nous a vendu un jeu si atypique que l'on ne savait pas à quoi s'attendre, et comme disait l'autre : Je ne m'attendais à rien, et bien je suis quand même déçu. La chute est haute quand on se rend compte que tout le jeu consiste à donner des marchandises en marchant et en faisant en sorte d'éviter échoués et mules. Ce n'est rien d'autre que cela. Est-ce que le scénario vient relever la sauce ? Oui. Un peu. Ce jeu a été en développement pendant suffisamment de temps pour que l'on puisse se dire que le scénario a été pensé dans ses moindres détails, qu'ils l'ont développé au point de créer un univers. On est loin du compte. Le jeu ne cesse de se paraphraser lui-même parce que le tout manque de contenu. Le scénario tient en quelques lignes, sans trop spoiler :
Un monde post-apocalyptique, dont la chute a été précipité par les hauts placés. On se retrouve dans la peau d'un type qui veut retrouver sa sœur et qui est la seule qui puisse unifier le réseau qui devrait permettre aux sociétés humaines de perdurer. En protagonistes : deux individus, distincts l'un de l'autre, un ancien soldat qui semble vouloir ravir notre BB, et l'autre, un terroriste. Contre nous se dressent deux sortes d'ennemis : les échoués, qui sont des fantômes, et les mules, des gens obsédés par les marchandises. Comme compagnon, nous avons un BB, i.e, un Brise-Brouillard, qui est un bébé enlevé du ventre de sa pseudo-mère.
Alors, je ne sais pas si c'est seulement moi qui n'ait pas tout suivis, mais j'ai eu cette impression constante d'être dans le brouillard concernant la compréhension de l'histoire tant il me semblait que les choses manquaient. A chaque fois que j'avançais dans le jeu, je me disais qu'on allait enfin m'expliquer ce qui me manquait, mais non, jamais, parce que l'écriture n'est pas allée plus loin. Alors non seulement c'est dommage, mais surtout cela gêne quant à la compréhension de la nature des BB. On traite certains des bébés comme des humains, et d'autres, ceux qui sont utilisés par les porteurs, comme de simples objets alors que rien ne vient différencier l'un de l'autre. A quel moment des individus se sont dits que le fait qu'ils ne soient pas réellement nés leur permettait de décréter qu'on pouvait les traiter comme des objets sans valeurs ? Cela dit, je m'énerve un peu pour rien ici car c'est ce qui est dénoncé dans le jeu. Ce qui pose vraiment problème, c'est le manque d'unité de toutes les informations qui nous sont données au compte-goutte. Soit il fallait rester bien attentif, soit c'est bien un manque : l''histoire est assez floue. J'écris cette critique deux mois après l'avoir terminé, donc je peux avoir simplement oublié, mais je ne sais même pas comment cette quasi-extinction de masse a commencé, comment s'est formé la grève, ou comment a t-elle été découverte ? Comment on a compris que les fœtus pouvaient faire lien entre les deux mondes, on a une analyse d'après coup mais il me semble qu'on ne sait pas comment ils l'ont compris pour pouvoir l'expérimenter. Quelles sont les autres dons que peuvent avoir ceux qui ont développé le DOOMS car il semble y avoir des degrés différents ?
Mis à part le cœur même du jeu, un autre point négatif qui est extrêmement frustrant : les combats. Ce n'est pas un jeu conçu pour la baston, ce n'est absolument pas nerveux et se battre avec nos marchandises sur le dos relève vite de la torture tant nos mouvements sont lents. Les combats sont d'une lenteur, d'une mollesse à s'en cogner le crâne contre le mur.
Autre point à s'en faire sauter la cervelle : les chutes. Notre personnage chute. C'est bien pour le réalisme si les chutes sont vraisemblables mais, et c'est là que le bat blesse, elles ne le sont pas toutes. Le pire étant évidemment quand vous vous trouvez en pleine montagne, avec une centaine de marchandise sur le dos, et là, erreur de manipulation ou tout simplement votre personnage qui décide de se bousculer face à un rocher- et il aime se fritter avec les rochers - : il tombe et perd tout.
Mais tout jeu a au moins quelques points positifs et celui-ci n'échappe pas à la règle : les graphismes, les personnages, l'envie d'avoir voulu établir un jeu hors-normes.
Beaucoup de lignes sur les points négatifs, et bien peu sur les points positifs pourtant le négatif ne l'emporte pas entièrement sur le positif. La fin vaut le coup d'y avoir consacré des heures, du sang et des larmes, de l'effort aussi et de la bonne volonté surtout.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 83 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Antigone Ripley Death Stranding