👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Desperados 3 aurait pu être aussi légendaire que les deux premiers, mais le bémol de la facilité l'en empêche.
Alors, évidemment on peut augmenter la difficulté en s'enlevant des bonus (sauvegarde illimité, impossible de se soigner etc...) mais le jeu reste quand même encore trop facile, notamment à cause d'une IA imparfaite. J'ai même l'impression qu'il s'agit de la même IA que les opus précédents, mais peut être que mes souvenirs me font défauts.
Autre grand bémol : le personnage d'Isabelle. Alors certes, elle apporte une énorme originalité mais je n'ai vraiment pas accroché à son aspect mystique qui détruit complètement la base "western réaliste" de la saga.
L'humour qui était présent dans les précédents opus a été également clairement revu à la baisse.

Toutefois, Desperados reste Desperados. Et cet opus est une grande réussite. Je recommande à tous les gamers qui ne connaissaient pas la série de commencer par les premiers et de finir par celui-là.

PS : Très bonne mission de fin.

Brover
8
Écrit par

il y a 2 ans

4 j'aime

1 commentaire

Desperados III
Brover
8

Desperados revient en force... mais.

Desperados 3 aurait pu être aussi légendaire que les deux premiers, mais le bémol de la facilité l'en empêche. Alors, évidemment on peut augmenter la difficulté en s'enlevant des bonus (sauvegarde...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime

1

Desperados III
WouF
7

Critique de Desperados III par WouF

Grosse surprise de ne voir aucune surprise. Ce jeu est un copier/coller de Shadow Tactics. Même DA, même roster de persos avec mêmes skills, même level design, même narration. Très peu de...

Lire la critique

il y a 2 ans

3 j'aime

1

Desperados III
Benetoile
8

Cinq brutes dans un monde de finesse

Critique publiée à l'origine sur Etoile et champignon.fr On s’était laissé dire que le précédent jeu du studio allemand Mimimi, Shadow Tactics, était un bon jeu d’infiltration tactique, genre qui ne...

Lire la critique

il y a plus d’un an

2 j'aime