👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Sans doute mon plus faible “GOTY” depuis Luigi’s Mansion 2, ce choix vient célébrer la survie de ce genre qui m’est cher, le commandos-like, dans un opus abouti et maîtrisé. Il s’agit de la seconde réalisation du genre par le studio Mimimi, après un “Blades of the Shogun” fort réussi et acclamé il y a 3 ans (il s’opposait alors à Witcher 3 et Doom 2016 pour mon titre de jeu de l’année - c’était pas la même bagarre).

N’ayant pas joué aux deux précédents opus de cette saga “Desperados”, il m’a semblé que celui-ci était une porte d’entrée idéale puisqu’il s’agit a priori d'un préquel et ne demande pas forcément de connaissances particulières concernant l’univers ou les personnages. Bon élève du genre, Desperados nous offre plusieurs styles pour venir à bout de ses challenges, le joueur pouvant la jouer tout autant discret que jouer du colt à tout va - ce qui n’est pas plus facile pour autant. Comme ce n’est pas un jeu d’action, on nous offre un outil de pause / coordination permettant de déclencher des actions simultanées au besoin, ce qui devient essentiel dès que le niveau se corse. La difficulté (représentée par la lisibilité de la séquence des actions à mener, ou la durée des fenêtres d’action) n’est jamais ubuesque, et j’ai pu finir le jeu en “difficile” (les ennemis réagissent vite, sont plus fréquemment d’un type difficile à duper, et plus nombreux).

Le gros atout de ce jeu, c’est sans doute l’immersion: les graphismes sont chatoyants et chaque tableau, immense, nous donne dans le détail et la mise en scène. C’est vivant, on a l’impression que ces lieux vivent sans nous (et d’ailleurs sont bien déserts après le passage de nos ouailles). On sent pour autant que le studio a joué une certaine carte de l’économie en revisitant certaines cartes à quelques reprises, mais cela donne par la même un sentiment d’évolution, de temps qui passe qui est assez agréable. L’histoire est anecdotique mais efficace, et nous donne à voir du pays (enfin entre la Louisiane et le Texas) et découvrir des personnages bien campés, qui interagissent naturellement. Quoi qu’il en soit le jeu est généreux - en durée de vie, en situations, en challenges annexes et en donne largement pour son argent.

Un DLC est sorti, ajoutant quelques missions “high level” et de nouvelles cartes toutes aussi soignées, de quoi prolonger le plaisir en attendant un Commandos 4 par ce studio?

benkb
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Commandos Like

il y a 11 mois

Desperados III
Brover
8

Desperados revient en force... mais.

Desperados 3 aurait pu être aussi légendaire que les deux premiers, mais le bémol de la facilité l'en empêche. Alors, évidemment on peut augmenter la difficulté en s'enlevant des bonus (sauvegarde...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime

1

Desperados III
WouF
7

Critique de Desperados III par WouF

Grosse surprise de ne voir aucune surprise. Ce jeu est un copier/coller de Shadow Tactics. Même DA, même roster de persos avec mêmes skills, même level design, même narration. Très peu de...

Lire la critique

il y a 2 ans

3 j'aime

1

Desperados III
Benetoile
8

Cinq brutes dans un monde de finesse

Critique publiée à l'origine sur Etoile et champignon.fr On s’était laissé dire que le précédent jeu du studio allemand Mimimi, Shadow Tactics, était un bon jeu d’infiltration tactique, genre qui ne...

Lire la critique

il y a plus d’un an

2 j'aime

Prey
benkb
4
Prey

Pas Prey d'y revenir!

Douche froide complète que ce Prey 2017. J’aurai adoré aimer ce titre, j’étais même quasiment certain de l’apprécier. Reboot de reboot, ce jeu porte ce nom comme il aurait pu en porter un autre, mais...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime

1

La Main au collet
benkb
6

Critique de La Main au collet par benkb

"La main au collet" a tout de même l'air d'un "petit" dans la filmo d'Hitchcock, qui vaut surtout pour son humour, ses dialogues passionnants et ses rôles féminins, qui tirent les ficelles tout en...

Lire la critique

il y a 11 ans

4 j'aime

Full Throttle Remastered
benkb
7

Anthologie Tim Shafer épisode 3

Après Grim Fandango et Day of the Tentacle, le studio Double Fine de Tim Schafer continue de revisiter les grands classiques de LucasArts avec ce “Full Throttle” datant de 1995. Une aubaine pour ma...

Lire la critique

il y a 2 ans

3 j'aime