👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le premier plaisir de ce jeu, est que, enfin, on joue le prof.

Non, on n'est pas un jeune ado idiot qui cherche à se faire un harem mais un prof qui écoute ses élèves et tente tant bien que mal de les aider. Que dire, c'est une bouffé d'oxygène, comme si toute votre vie on avait placer un bandeau sur vos yeux et que soudain on vous l'enlevait !
Bon, j'exagère peut-être un peu, surtout pour les joueurs qui n'ont pas fait autant de visual novel qu'il le devrait, mais c'est quand même super agréable.

Pour ce qui est du jeu, on est entre « Digital : a Love story » et avant « Analogue : a Hate storty » et comme ces deux jeux on va s'aventurer sur une réflexion sur la vie privée, « le hacking » et la technologie en général le tout avec une interface un peu originale.
Ici on incarne un prof de littérature nouvellement débarqué dans un lycée avec une classe de 8 élèves, et il va essayer de faire au mieux pour que tout ce passe bien et évité le harcèlement qu'il pourrait y avoir. Et pour cela il a une arme secrète fourni par le proviseur, la capacité d'espionné le réseau social de ses élèves, notamment les conversations privées entre élèves.

Et c'est assez jouissif de savoir tout ce qui se passe et d'orienter les élèves dans la direction que l'on veut. Avec bien sur ce que cela comporte d'abjection morale, surtout quand l'une des étudiante ne semble pas indifférente à son prof...
Les personnages sont d'ailleurs très bien défini, à peine caricaturales, et presque tous attachant.

On pourrait reprocher au début, où avec 8 élèves, on a bien dut mal à s'y retrouver et on s'embrouille avec tous les noms pendant au moins une grosse demi-heure. Et la fin, qui est peut-être assez mal amené, les graphismes tout juste fonctionnel. Mais dans l'ensemble c'était tripant.

Ça dure 5-6 heures, je pense et disponible gratuitement (et en anglais) sur le site de la dame :
http://scoutshonour.com/donttakeitpersonallybabeitjustaintyourstory/
Veterini
7
Écrit par

il y a 10 ans

10 j'aime

Don't Take it Personally, Babe, it Just Ain't Your Story
Tavrox
8

Critique de Don't Take it Personally, Babe, it Just Ain't Your Story par Tavrox

Plutôt bon jeu, avec une immersion narrative forte, un mindfuck, des relations approfondies, une mise en scène sympa, et un gameplay minimaliste, intéressant. Je vous le conseille si vous aimez les...

Lire la critique

il y a 9 ans

2 j'aime

Don't Take it Personally, Babe, it Just Ain't Your Story
ktex
8

Critique de Don't Take it Personally, Babe, it Just Ain't Your Story par ktex

C'est sympathique et frais. Certaines innovations sont intéressantes, d'autres un peu moins. (À voir si c'est des innovations, mais c'est la première fois que je vois ça sur le peu de VN que j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

La Nuit des temps
Veterini
1

Mais déjà 1968, ça semble un autre monde.

Si vous vous demandiez si Barjavel pouvait faire pire que Ravage, sachez que oui. 25 ans après, il ne connaît plus de borne il va tout faire péter, la misogynie les clichés racistes, et jamais la...

Lire la critique

il y a 10 ans

15 j'aime

7

Bible Black
Veterini
7
Bible Black

Critique de Bible Black par Veterini

Alors je vous donne l'idée générale : un jeune lycéen trouve un grimoire magique (la Bible noire !) et grâce à ce livre quasiment tous ses fantasmes peuvent être assouvis. Il peut faire tomber...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

Don't Take it Personally, Babe, it Just Ain't Your Story
Veterini
7

Critique de Don't Take it Personally, Babe, it Just Ain't Your Story par Veterini

Le premier plaisir de ce jeu, est que, enfin, on joue le prof. Non, on n'est pas un jeune ado idiot qui cherche à se faire un harem mais un prof qui écoute ses élèves et tente tant bien que mal de...

Lire la critique

il y a 10 ans

10 j'aime