J'ai ri.

Avis sur Dragon Age II sur PC

Avatar Karrie
Test publié par le (modifiée le )
Version PC

Je me dois de refaire cette critique. Non pas que je trouve que Dragon Age 2 soit un bon jeu, loin de là. Il y a pire aussi, mais après Dragon Age Origins, il fait carrément pitié. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'il faudrait que je juge le jeu par lui-même, d'abord parce que par lui-même il fait quand même pitié pour un RPG, et puis parce que merde, il s'appelle Dragon Age DEUX.

Bref, je refais la critique parce que j'aime sincèrement Dragon Age, et que j'ai été cruellement déçue par le second volet. Surtout que quand on gratte un peu, on se rend compte que s'il avait eu une période de développement suffisante (c'est-à-dire beaucoup plus que 13 putains de mois), on aurait pu avoir un jeu aussi bien que Origins.

Déjà côté gameplay les facepalms sont nombreux. Les combats sont absolument grotesques, ultra faciles (même pas besoin de se placer correctement pour faire un backstab) ou ridiculement difficiles si on augmente la difficulté, les graphismes sont ratés, et les aspects RPG sont... disons... moindres, pour être polie. Je ne parle même pas du level design ultra répétitif, juste insultant. Si Mass Effect 1 avait les mêmes donjons sans arrêt, au moins il faisait de belles planètes avec des paysages célestes magnifiques.

Dragon Age 2 manque cruellement d'identité, et j'ai l'impression qu'il essaie de grapiller des trucs qui marchent ailleurs, mais qui sont pas forcément adaptés ici. Je vais reprendre les termes d'Angry Joe. Pourquoi Dragon Age se sent-il obligé de prendre la direction de Mass Effect ? La roue de dialogues suscitait déjà les critiques dans Mass Effect, mais au fond, c'est un cachet du jeu. Shepard parle, il ou elle dit des conneries, c'est comme ça qu'on l'aime. Dans le contexte où j'étais, choisir mes réponses en mode "tradi" me convenait parfaitement. Mais Hawke ? J'ai jamais été aussi peu attachée à un protagoniste Bioware. Je me foutais pas mal de savoir que mon elfe citadine n'ait pas de voix dans DA:O, et je l'ai roleplayée avec un plaisir immense, pas comme cette greluche qui se tient comme une salope même en armure lourde et qui, il faut le dire, globalement mal doublée. Homme ou femme, d'ailleurs. (Pas pu joué la version française, Pascale Chemin joue la mère, et je pouvais pas voir ma Shepardette en vieille femme qui passe son temps à chouiner "oh Créateur mes enfants chériiiis". Je ricanais comme une hyène au bout de deux minutes, c'était impossible.)

Et puis merci les icônes, pour cette fameuse roue de dialogues. Merci Bioware, je suis pas complètement stupide, je me doute bien que quand je dis à Anders "At least he had a nice body" au sujet de Justice, je lui fais du rentre-dedans. Ou que quand je dis "Shut up" je suis pas gentille et quand je dis "Please calm down", je le suis.
Et les options de flirt... brrr. Quelle horreur.

En plus, à regarder l'histoire, j'ai envie de crier au gâchis. Ce qui différencie DA:O et DA2 sur ce plan-là, c'est que l'un a un scénario ultra-classique et ultra-convenu, mais que l'exécution est excellente. L'autre promet une histoire haletante, encore plus sombre, et dotée d'un sacré sens de l'ironie (confere le final), mais l'exécution est complètement ratée. Je vais prendre un exemple qui m'est cher, parce que j'adore le perso... ou du moins *l'idée* du perso, s'il avait été mieux écrit : Anders.

Si ce type n'est pas un exemple d'un personnage tragique dans l'univers de Dragon Age, je ne sais pas qui d'autre peut l'être. À part toute la Garde des Ombres, peut-être. Bref. Anders illustrait la déchéance parfaite d'un type avec d'excellentes intentions, mais à qui il manque une case. Voire plusieurs. Il n'est pas maléfique, il est juste complètement illuminé, et on peut même arguer que ses actions étaient nécessaires pour déclencher un conflit de toute manière inévitable. Bref, la promesse d'un perso intéressant. En plus il aime les chats.

MAIS PUTAIN TA GUEULE, j'ai compris que t'étais pas content que les mages soient persécutés, est-ce que tu peux fermer ta gueule à ce sujet *une* minute ?!

Rajoutez à cela son hypocrisie, ses tendances Edward Cullen (bon il est pas aussi horrible qu'Edward, soyons sérieux, mais quand même), et, pour bien remuer le couteau dans la plaie, ses boutades occasionnelles qui arrachent un sourire et qui nous rappellent à quel point il était rigolo et attachant dans Awakening, et vous pourrez pleurer.

Mais encore, s'il n'y avait que lui ! Les autres persos ne sont guère mieux. Seul Varric, le nain, sauve le command... ah merde euh... le groupe, du naufrage avec ses phrase bien senties et son fameaux "I think I'm sick of mages and templars" à la scène finale, qui résume à mon sens la pensée de milliers de joueurs. Un nain barde, on n'en voit pas tous les jours en plus. Aveline est tolérable également, j'imagine.

Les autres arrivent tous avec leurs gros sabots et leur caractère ultra stéréotypé. Donc en vrac, on a une pirate salope (j'ai rien contre, mais je suis désolée, se battre à moitié à poil, ça n'est pas très pratique quand on risque de se faire taillader dans tous les sens - surtout qu'elle portait une ARMURE dans DA:O), un elfe emo à la sauce Final Fantasy, une elfe fragile et délicate un peu teubé, une soeur mage douce et conne, et un frère guerrier rival qui a au moins le mérite d'être plus intéressant que sa jumelle mais bon... qui chouine beaucoup, quand même,

Ce qui est encore plus dommage c'est que ces persos vous trahissent souvent quand ils sont pas d'accord, ils vous suivent pas béatement. Et s'ils avaient été plus intéressants, j'en aurais eu quelque chose à foutre.

Je parlerai même pas des romances, elles sont tristes comme un frigo vide, et d'ailleurs non, les rendre tous bi n'étaient pas une bonne idée. Quelqu'un ici l'a dit mieux que moi, ça les change juste en compagnon lambda qui coucheront avec vous si vous flirtez. Passionnant.

Le final reste un twist intéressant, vu que la méchante toute désignée, Meredith, n'est au final peut-être pas l'antagoniste principal. Dans DA:O, on avait un méchant identifié d'office, un gros dragon pas beau, et puis la faute reposait plutôt sur le méchant Loghain finalement peut-être pas si méchant, bref, ça fonctionnait.

Dans DA2, y a pas de méchant, juste un TRÈS mauvais concours de circonstances. Et c'était une super idée, Mais voilà, on décolle pas de l'idée. On la survole, parce qu'on a pas eu le temps de faire mieux.

Résultat, au lieu d'un vrai conflit nuancé, j'ai juste eu l'impression d'être une maîtresse d'école qui tire les oreilles de enfants dans la cour de récré.

C'est ça le plus grand crime de DA2, à mon sens, un jeu plein de promesses qui se croûte lamentablement parce qu'il a manqué de temps, de talent, et qu'il a pris un nombre incalculable de mauvaises décisions. D'ailleurs j'ai pu toucher les DLCs du doigt, et ils sont franchement pas mal. Tout le jeu aurait du être comme ça.

Maintenant ça se joue, hein. Mais une fois. Avec une poker face.

Bref, je retourne sur ME et BG, merci beaucoup.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1687 fois
29 apprécient · 1 n'apprécie pas

Karrie a ajouté ce jeu à 1 liste Dragon Age II

  • Jeux vidéo
    Illustration Top Bioware

    Top Bioware

    Ils m'exaspèrent. Mais au fond, je les aime. Parce qu'ils m'ont volé des centaines d'heures de ma vie.

Autres actions de Karrie Dragon Age II