👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Massive Singleplayer Offline Role Playing Game

Je suis un fan de BioWare. À tel point que j'ai trouvé que la fin de Mass Effect 3 était sublime et que, si Dragon Age 2 avait bien été démoulé trop tôt, il ne s'agissait pas d'un jeu fondamentalement raté. Néanmoins, après Dragon Age 2, Inquisition était attendu au tournant. Annoncé comme l'épisode qui allait définitivement enterrer la saga voire le studio ou bien qui allait signer le renouveau de BioWare, il se devait d'innover et de prendre des risques.

De ce côté, c'est réussi: le fan que je suis depuis Kotor a bien été déboussolé. BioWare nous avait habitué à des jeux de plus en plus spectaculaires, cinématiques, mis en scène, et corollairement de plus en plus linéaire (ME1 et DAO possédaient de larges zones à explorer, zones qui ont été quasiment totalement évincées de DA2 et ME2/3). Comprenez-moi bien: ce n'est pas une critique. En soi, un jeu en monde ouvert n'est pas meilleur ou pire qu'un jeu linéaire. Le tout est de réussir à faire vivre l'univers, ce qui peut être fait avec des approches très différentes.

Inquisition l'annonçait: pour redonner ses lettres de noblesse à l'exploration et permettre de découvrir le monde de Thédas (et concurrencer Skyrim et Witcher 3), il fallait un monde ouvert. Pari réussi de ce point de vue: le jeu possède de très larges zones, certes non connectées entre elles, mais qui regorgent de secrets, de choses à découvrir, de quêtes à accomplir. Autre remarque: le jeu est beau. Alors que DAO était déjà daté à sa sortie et que DA2 était simplement hideux, DAI tire profit du moteur Frostbite et propose des environnements et effets sublimes. Je trouve à titre personnel que cela manque un peu d'espaces urbains, mais après l'infâme Kirkwall, je ne vais pas râler sur ce point.

Oui mais voilà. Le graphisme n'a jamais été l'essence de BioWare, et le monde ouvert encore moins. Non, leur essence, c'est l'univers, la narration et les choix scénaristiques. Et force est de constater que si on juge le monde ouvert à l'aune de ces critères "biowarésiens", le bilan est plutôt maigre. Le monde ouvert a pour effet de diluer le scénario: les zones regorgent de quêtes, certes... mais très peu scénarisées, dans le pire des cas même des quêtes FEDEX. En comparaison, les quêtes scénarisées, c'est-à-dire les quêtes principales et les quêtes de compagnons, prennent relativement peu de place dans le jeu.

Travers de tous les mondes ouverts? Pas tout à fait. Dans un monde ouvert réussi, l'exploration se combine au scénario de sorte que ce dernier nous conduit naturellement à explorer le monde qui nous entoure, à nous arrêter sans perdre de vue le but qui nous avait amené ici. C'était le cas de dragon age origins. Dans Dragon Age Inquisition, quêtes principales et quêtes annexes sont strictement compartimentées, parfois de façon quasi-caricaturale (zone A: scénario; zones B à F: exploration, quêtes annexes).

Le scénario en lui-même, sans être le meilleur signé par BioWare, est solide et tient bien la route, poursuivant l'exploration de Thédas de façon cohérente avec les précédents opus et développant certaines pistes laissées en suspens (Flémeth...). Les personnages sont pour la plupart réussis, voire assez surprenants, et développent à l'occasion des thématiques intéressantes (Dorian, Sera...). Mention spéciale à la séquence à Orlaïs, essentiellement basée sur les dialogues et non sur les combats, qui rappelle les meilleurs passages de Mass Effect 2. La conclusion, en revanche, est légèrement déçevante dans sa construction; elle se veut paroxystique mais oublie de mettre en place une gradation pour parvenir au sommet, nous envoyant d'emblée dans le combat final.

Petit point technique sur la musique: si les thèmes sont agréables et certains bien réussis (le thème d'Orlaïs notamment), ils s'avèrent moins mémorables qu'à l'accoutumée. Pourquoi ne pas avoir repris Inon Zul pour la composition?

Il y aurait énormément plus à dire sur le jeu. Lorsque je l'ai découvert et que sa structure s'est révélée, j'ai cherché à le comparer à une précédente production BioWare. J'ai longtemps hésité entre Dragon Age: Origins et Mass Effect 1. Mais à présent, je me rends compte qu'il est bien plus proche de The Old Republic. Le développement avait commencé comme un MMO, et cela se ressent: zones immenses et quêtes fedex, le scénario principal, coeur de BioWare, ne représente plus qu'une partie du jeu. Non négligeable, même, mais il ne semble plus placée au coeur.

Voilà pourquoi moi qui suis d'ordinaire si prompt à encenser BioWare aveuglément et à distribuer les 10, ne peut mettre que 8. Parce que Inquisition est un bon jeu, mais pas exactement le jeu que j'attendais de la part de mon studio préféré. À trop vouloir chasser sur les terres de Skyrim et autres rpg occidentaux, BioWare met en danger son coeur de métier. La structure de Dragon Age Inquisition annonce probablement celle du futur opus Mass Effect, ce qui n'est pas forcément un mal vu que Mass Effect a selon moi besoin se recentrer un peu sur l'exploration. Mais BioWare devra veiller à mieux équilibrer son oeuvre entre exploration et scénario. Si ce dernier devient le parent pauvre, alors le studio aura perdu sa spécificité.
FullLegal
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes E3 2014 : les jeux les plus marquants et Les meilleurs jeux vidéo de 2014

il y a 7 ans

2 j'aime

Dragon Age: Inquisition
Alyson_Jensen
6

Matriochka

La mythique poupée russe, qui ne cesse de dévoiler, étape après étape, les merveilles qui la contiennent. Finesse des dessins, richesse des couleurs, douceur de la sculpture. Et tout ce vide à...

Lire la critique

il y a 7 ans

24 j'aime

17

Dragon Age: Inquisition
Trekker59
9

Critique de Dragon Age: Inquisition par Trekker59

La barre des 50 heures de jeu est passée et je pense approcher, bientôt, de la moitié du jeu. Voilà déjà ce qui vous donner une petite idée de la durée de vie du jeu, même si je suis plutôt le genre...

Lire la critique

il y a 7 ans

18 j'aime

7

Dragon Age: Inquisition
Benoukat
7

Le syndrome du clic bloqué

Merde. J'ai été touché. La maladie du clic bloqué m'a eu, vous savez, ce sentiment qui fait qu'on aime bien un jeu, mais on s'ennuie un peu, on sait que si on passe une zone chiante après c'est...

Lire la critique

il y a 7 ans

16 j'aime

Dust: An Elysian Tail
FullLegal
9

Poussière dans le vent

La première image que j'ai vu de Dust, c'est celle qu'affichait le catalogue Steam. Celle-là:...

Lire la critique

il y a 8 ans

7 j'aime

Deus Ex: Human Revolution
FullLegal
5

Attentes déçues

Introduction Je n'ai jamais joué à Deus Ex, ni le premier ni le deuxième. Trop jeune à l'époque, sans doute; j'ai essayé de m'y remettre aujourd'hui, mais la prise en main d'un jeu de 1999 a quand...

Lire la critique

il y a 8 ans

7 j'aime

3

Castlevania: Lords of Shadow
FullLegal
9

Tragédie épique

Les beat'em'all, c'est sympa, mais souvent pas très subtil. Le but, c'est quand même de tuer le plus grand nombre d'ennemis à la fois dans un torrent d'hémoglobine et en appuyant sur nos manettes de...

Lire la critique

il y a 8 ans

3 j'aime