Retour sur Fable II (Alerte Spoiler)

Avis sur Fable II sur Xbox 360

Avatar Aloye
Test publié par le
Version Xbox 360

Il était une fois un moineau qui virevoltait au dessus des quartiers crasseux de Bowerstone. Et soudain, une fiente, fiente qui vint s'écraser au ralenti sur la tête d'une petite fille. En fait, nous avons eu là, l'âme du moineau qui est passé du volatile à la fillette. Pourquoi ? Parce que c'était possible, pas la peine de chercher une autre raison. Nous voilà à son contrôle... car oui, ce moineau, c'est nous ! Enfin moi. Enfin...
[ceci ne fait pas parti de l'histoire du jeu, c'est moi qui extrapole sur cette cinématique de début, fable, c'est un conte, c'est mon conte alors je le meuble comme bon me semble.]
J'apprends donc que je suis une orpheline qui vit dans une cabane pas du tout isolée mais dans un coin isolé des vieux quartiers de la ville en compagnie de ma grande sœur.
Après m'avoir donné pour nouveau nom Moineau (en référence à la fiente, pour cela je lui suis reconnaissante d'avoir choisi le nom de l'animal émetteur plutôt que l'émission), la voilà qui m'empresse de nous mettre en route, en effet nous sommes pauvres et on a faim.
Dix mètres et un poulet plus loin nous sommes interceptées par un vil gredin qui nous propose des activités peu recommandables contre de l'argent, ce que nous envoyons chier, mais la porte est ouverte pour le choix de la moralité, en effet, celui ci nous retombera dessus à plusieurs reprises pour nous orienter vers le chemin obscur si tel est notre choix.
Mais avant cela : la foule est amassée autour d'un mec qui présente des objets au propriétés magiques (des arnaques pour la grande majorité bien entendu, on en est pas encore à la potion miracle qui se révèle être composée d'urine mais pas loin) dont une boîte à musique, capable d'exaucer un vœu et alors que ma sœur exprime ce qu'elle en pense, une femme étrange trouve triste que des enfants ne croient plus en rien à ce point. Ainsi, bien, nous allons donc réunir assez d'argent pour acheter cette boîte, et voler à la rescousse d'un canidé dans la foulée. Deux options : soit suivre la morale, soit y aller comme des pestes, dans les deux cas on a l'argent.
La boîte achetée, il est temps de faire un vœu : ma sœur rêve de vivre au château. Alors... hop disparition de la boîte, alors nous rentrons chez nous (et on a encore faim au passage), où le chien nous attend et dodo time.
MAIS : dans la nuit des gardes viennent nous chercher pour nous emmener au château : dans les couloirs on y croise un homme à la peau brillante (personnage important forcément) et nous sommes présentées au Lord. Il parle des héros, et comme quoi on est pas l'un des trois... et il tue ma sœur ! PAN ! Et PAN une autre bastos pour moi qui passe par la fenêtre et chute.
Fin.
Non je blague bien entendu. La femme étrange et le chien me retrouvent et je m'en vais grandir chez les gitans avant que ne soit décréter qu'il soit temps que je vive mon destin d'héroïne.
C'est donc parti pour de l'exploration, des quêtes, des petits boulots (les gens d'Albion ont une sacrée descente) et la recherche des trois héros pour défaire le vilain méchant du début qui est en train de bâtir un truc qui s'appelle la flèche et la femme bizarre, ben elle veut la flèche pour elle quoi.

Un jeu tip top, avec une super ambiance, de l'humour (des références adorables, comme celle à Lovecraft avec les deux idiots qui lisent des livres qu'il ne faut pas... (même si je doute si c'est dans le deux ou le trois ce truc là... je mélange un peu à force de les avoir fait en long, large et travers), le système de moralité qui influe sur l'apparence, la possibilité d'expérimenter le monde de l'immobilier (et de devenir l'être le plus corrompu de l'univers ^^).
Le jeu est joli, et même encore aujourd'hui je le trouve toujours graphiquement très agréable.
Le chien est un sacré plus, même si pas tant exploité que cela, sa présence est adorable et c'est assez pour moi.
Les gargouilles m'ont fait hurler de rires.
Les quêtes sont toutes sympas.
Le monde qui évolue en fonction des choix faits
etc

Bref un vrai coup de coeur.
Et à la fin, vous pouvez même vous payer le château !

Enfin un sacré point positif à mes yeux : le jeu continu même une fois fini. Attention ce n'est pas le système du "ok on vous remet avant la quête final et gambadez", nope il s'agit du cas : on continue et il y a même de nouvelles quêtes !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 63 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Aloye Fable II