Fallout 2.0

Avis sur Fallout 76 sur PC

Avatar Matt Jagger
Test publié par le
Version PC

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : Fallout 76 ne trouve pas grâce à mes yeux. Et je signale d'emblée qu'il est fort probable qu'il déçoive tout ceux qui, comme moi, sont avant tout des mordus de RPG et de la license Fallout. Est-ce une déception ? Non. Dès son annonce, et je suis loin d'être le seul à avoir penser cela, ce Fallout, à peine annoncé et déjà sortis, ne sentait pas très bon… Après un quatrième opus reçu assez tièdement, on pouvait en effet s'attendre à une suite s'inspirant plus d'un New Vegas, ou même des deux DLC qui avaient élevé le niveau global du quatrième épisode. Que nenni.

Oui, les défauts de Fallout 76 sont ceux de Fallout 4. Mais en y réfléchissant bien, le modèle de développement des derniers Bethesda suit celui de Skyrim. Souvenez vous, il y a 7 ans : le cinquième opus de la série des Elder Scrolls rencontrait un succès fulgurant, et plutôt mérité. C'est le jeu qui marque à mon sens le début d'une nouvelle ère dans le vidéo. Le début de la grande mode des open-world, des jeux bac à sable, celui aussi d'un engouement sur YouTube, avec des vidéos devenues virales, notamment pour pointer du doigt les bug un peu loufoque que rencontraient les joueurs. Skyrim était effectivement un bon jeu, mais il portait en lui les germes d'un certain mécontentement actuel chez une partie des joueurs. L'histoire était relativement banale, l'écriture très inégale, TES V ayant la possibilité de s'appuyer sur un background très riche et très développé. TES V était extrêmement bugué (que ce soit au niveau des quêtes, des sauvegardes corrompues ou encore des plantages récurrents), techniquement un peu daté. Sauf que la communauté des modders allaient en grande partie sauver le jeu. Même aujourd'hui, il est vivement conseillé avec les unofficial patch, sous peine de subir quelques déconvenues. Mais pour moi, la vraie réussite de Skyrim, c'était son Open world, une petite merveille de game design, jouant en permanence sur une invitation au voyage, à l'exploration et à l'aventure.

Tous ces points sités précedemment sont applicables aux productions Bethesda. 7 ans plus tard, donc. Des Open world toujours aussi réussis, mais une écriture qui a continué à voir son nveau global baissé, un gameplay pas franchement novateur et même assez bancal et surtout, un manque de finition criant. Chose que j'excuse d'autant moins qu'aujourd'hui, Bethesda a largement les moyens financiers et techniques pour rendre une copie plus propre et soignée que les torchons qu'ils nous servent depuis maintenant un bon petits paquets d'années. Ce que je trouve assez scandaleux dans cette histoire, c'est le constat que ce sont nous les joueurs, moddeurs, qui faisont la réussite de ce genre de titre : le matériaux d'origine n'est pas mauvais loin de là, mais ce que je souhaite exprimer ici c'est le fait que nous parvenons à '' sublimer'' ce produit pour en faire quelque chose de bien meilleur que ce qui nous a été vendu à l'origine. Et Bethesda surfe allégrement là dessus, récolte cela pour en faire une sorte d'argument marketing officieux (''de toute façon, les moddeurs s'en occuperont'').
Du coup, en tant que fan de ces grandes licenses que sont Elder Scrolls et Fallout, ça me fait un peu chier de voir la manière dont elles sont utilisées. Pour en faire un melting pot d'idées chopés à droite à gauche chez les petits camarades : un peu de fortnite/PUBG, du ''fun'', faudrait pas que ce soit trop corrosif, pas assez inclusif (tant dans l'écriture que dans le gameplay, surtout pas trop de difficulté), il est capital que le jeu soit jouable à la rigueur, mais surtout qu'il puisse être STREAMER, ce qui n'est pas la même chose vous en conviendrez. Bien sûr, il y a de l'aléatoire, l'immanquable cash shop ''Juste du Cosmétique ça-n-influence-pas-le-gameplay-c'est-pour-ceux que-ça-amuse'' (ce qui m'attriste, car dans les jeux RPG, je trouve que le cosmétique c'est essentiel). Et, pour terminer, la wish liste de ce qui arrivera pour l'année à venir. Notez qu'on vend aujourd'hui des jeux qui sont non pas amputés, mais au stade d'embryon ! Plus tard, il grandira, et il y aura des mods, des serveurs privés, bref on rajoutera du contenu. Bien sûr, si le jeu plante, si les ventes ne sont pas bonnes, vous pourrez vous les foutre au cul toutes ces promesses. Par contre les 60 piécettes introduites dans la machine ne sont pas remboursables. Et c'est un système pervers, car si le jeu trouve son public, même réduit à l'origine, et bien les dévs, ou les éditeurs, diront qu'ils ne peuvent pas (ohhh non :( ) assurer le suivis du jeu, car pas assez de ventes.
BREF : comme souvent avec ce concept de jeu POT POURRIS sans véritable idée concrète englobante derrère, et bah c'est pas très joli à voir. Fallout 76 a le cul entre tout un tas de fauteuils, et ne fais rien de vraiment correctement. C'est dans le fond, un mod médiocre de Fallout 4, qui n'apporte qu'une modeste satisfaction à aller défourailler du mobs avec ses potes dans une ambiance Fallout 2.0. Attention, je ne dis pas qu'il ne conviendra pas à certains profils : comme je l'indique plus haut, je peux avancer sans trop me tromper que les afficionados des vieux Fallout, de ceux qui apprécient New Vegas plutôt que le 4, de ceux qui ont préférés le scénario d'Enderal à celui de Skyrim, n'apprécieront pas. Et de toute façon, je pense que nous ne sommes pas vraiment le public visé, ou plutôt si, mais en mode ''victimes collatérales'' : il va acheter en voyant FALLOUT sur la jaquette.

Mais si vous me permettez, je souhaite utiliser l'espace qui m'est pour pousser un peu plus loin mon analyse : j'ai l'impression depuis l'année précédente que le jeu vidéo et son industrie viennent de franchir un nouveau cap.
Les grandes licenses RPG occidental qui on fait la renommée du genre, Fallout, KOTOR, les TES, Mass Effect ou encore Dragon Age ont vu leur dernier titre décevoir, sinon être accueilli froidement. Fallout 76 n'est que le dernier projet en date de fournir aux joueurs la possibilité de jouer à ces licenses en multijoueur. Le début des années 2010 est marqué par les tentatives de création de MMO de Star Wars et TES. Loin d'être de mauvais titres, ceci se révélèrent plus être des hybrides coopératif, qui souffrirent de cette dualité : pas vraiment solo, mais pas vraiment fait pour être parcourus à plusieurs non plus. Puis vint la grande mode des open-world, celui de la course à la durée de vie. DA : Inquisition, s'il s'avère être un bon jeu, en a fait hurler plus d'un avec ses 20 premières heures horribles et la masse critique d'objets et quêtes FEDEX directement importées des jeux Ubisoft. Andromeda a les mêmes défauts, sauf que lui ne parvient pas à se raccrocher aux branches basses par son scénario, le tout dans une totale confusion et un terrible bad buzz lié aux défauts techniques du jeu. Pour faire court, ça grind sévère, et même dans des jeux solos. On maintient artificiellement le joueur sur le jeu, à l'image de ce qui attrait aux mondes des titres dits de service.

On constate un décalage entre les attentes et le produit obtenu à la sortie. Sommes nous trop durs ? Je ne suis pas certain. Ces grands studios semblent avoir eu des petits soucis à anticiper correctement les retours que leurs productions allaient susciter. Et surtout, la logique financière semble avoir pris le pas sur le reste au détriment de la qualité des jeux. Attention, je suis tout à fait conscient que les entreprises veulent faire de l'argent et en ont surtout besoin. On ne vit pas d'amour et d'eau fraîche. Non ce qui me gêne c'est le court termisme absolu dont font preuve les éditeurs et une partie des développeurs, ainsi que les pratiques douteuses mises en place depuis quelques années: je pense à Battlefront 2 et ses fameuses lootboxes. Et je crois qu'il y a ici une donnée essentielle à prendre en compte : c'est la place accordée à ces pratiques dans le développement du jeu, dans son design. Battlefornt 2 sans les lootboxes, ça reste un jeu au gameplay pourris par ces Star Card qui crée une situation de déséquilibres énormes et difficilement acceptables dans un FPS. Il est évident que le jeu était monté pour inciter les joueurs à passer à la caisse. Autre exemple plus récent : Assassin's Creed Odyssey. Le jeu vous force à grinder, à sortir de la quête principale pour farmer de l'xp. Et hop, que trouve t-on dans le cash shop ? Un bonus d'xp. tiens donc. Et on veut faire croire que c'est une aide, une béquille pour ceux qui ne voudrait pas s'emmerder à farmer. C'est gentil et attentionné :). Merci de nous prendre pour des cons. Il est évident que la lenteur du gain d'xp a été pensée en amont dans la mesure ou cela permettait d'implémanter ce bons d'xp.
Le défaut de ces grandes licenses et des nouveaux jeux qui y sont rattachés, c'est qu'ils tentent souvent d'être dans l'air du temps en noyant les éléments qui faisaient leur popularité à l'origine sous une masse de mécaniques superflues. Le tout accompagné d'une communication épuisante à la longue tant elle se pare d'hypocrisies. Je ne suis pas débile : je sais parfaitement qu'elles sont des entreprises qui souhaitent générer de l'argent, seulement elles le font en ne respectant pas son public. Nous sommes consommateurs, oui, mais sur un marché culturel, artistique. Je ne joue pas à un Fallout comme je bois un Coca.
Je n'ai jamais complétement partagé la vision bucolique des petits développeurs passionnés dans leur garage créant des jeux pour la beauté du geste. Mais ce qui est certain, c'est qu'il y avait de la rigueur et de la passion. On faisait pas un jeu pour REPONDRE aux attentes des joueurs, on faisait un jeu parce qu'il y avait une idée, de la conviction. Tout n'était pas parfait, mais au final tu avais des jeux marquants, et qui sont devenus cultes justement grâce à cette qualité intrinsèque.

Aujourd'hui, l'industrie du jeu est devenue énorme, et cette croissance a amené les problématiques qui touchent par exemple celles du cinéma. On découvre que de grosses structures ont adopté des méthodes de management dures, que les conditions de travail sont loin d'être idéales et que les salaires n'ont pas nécessairement suivi l'envolée des côtes.
Je pense qu'à terme, tout ceci portera préjudice à ces boîtes. Je trouve que l'on a été parfois fort cléments, patients avec eux. J'ai moi même été un fan boy de Blizzard. Sauf qu'à voir comment ils traitent leur base de fan historique, ça fait froid dans le dos. Annoncer un jeux mobile, pourquoi pas, mais lors de leur grand messe annuelle avec les fan hardcore, qui plus est en fin de conférence ?! (donc le CLIMAX de toutes conf). Et voir que les plus grosses attentes désormais, ce sont les remaster de leurs succès d'il y a... 14ans. Il est hors de question pour moi désormais d'acheter leurs jeux les yeux fermés. C'est terminé. Tout comme j'en ai terminé d'excuser les bugs insupportables des productions Bethesda. Peut-être puis je me tromper, mais je suis convaincu que tout ceci finira par avoir une repercussion sur les ventes (Battlefront 2 a bidé, Andromeda de même) et sur la réputation de ces studios.
Surtout que (un peu d'optimisme que diable!), d'autres peuvent prendre le relais. CD Projeckt et Larian ont montré de belles choses, et de manière plus globale, de nouveaux genres émergent, et le marché de l'indépendant fonctionnent à merveille. Et il reste des valeurs sûres (Kojima et From Software big up les boyz, Nitendo qui conserve une vrai savoir faire et sait innover sans se se mettre à dos les anciesn joueurs).

Si ces problématiques vous intéressent, je vous laisse un lien quelques articles et vidéos sur le sujet :
Superbe vidéo de GAME SPECTRUM avec comme sujet central les pratiques mises en place par les boîtes pour garder les joueurs, en faire passer cerain à la caisse, bref, c'est sourcé, c'st de la qualité : https://www.youtube.com/watch?v=uUlJarbHrMU

Pourquoi Andromeda est un échec, l'histoire dérrière les errances de développement : https://kotaku.com/the-story-behind-mass-effect-andromedas-troubled-five-1795886428

Déboires chez Blizzard ? : https://www.judgehype.com/news/entre-baisse-des-salaires-et-depart-force-de-mike-morhaime-blizzard-serait-il-dans-la-tourmente-157674/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1513 fois
38 apprécient

Autres actions de Matt Jagger Fallout 76