Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Beau et complètement con

Avis sur Far Cry 4 sur PC

Avatar doppler
Test publié par le
Version PC

Ubisoft a l'art de faire les choses à moitié, et encore "à moitié" c'est gentil... à croire que pour eux de bons graphismes et une multiplication exponentielle des quêtes secondaires suffisent à faire un jeu AAA. Par contre la quête principale, pchit ! Elle se doit d'être de plus en plus maigre. A ce train là Far Cry 5 ne devrait plus en contenir du tout. On est accueilli par un méchant, on le bute dès la première scène, fin de l'histoire et en avant pour 150 heures de collectes d'items entrecoupées de bastons.

Que le nouveau vilain soit moins bon que le précédent ne m'a pas surpris plus que ça. Vaas était un summum de saloperie, le top de la crême des fous furieux badass, et connaissant le talent en dent de scie d'Ubi je ne m'attendait pas à ce que le nouveau soit au sommet de l'art. Les alliés sont toujours assez insipides, cela par contre reste une constante. Tout comme les véhicules restent pathétiques à conduire, on soulignera avec un sourire en coin que si plusieurs studios d'Ubisoft n'ont pas réussi à améliorer leur manœuvrabilité la prod a au moins reconnu d'une certaine façon que leurs jouets étaient à chier en ajoutant un pilotage automatique. Petite fonction qui s'avère très agréable et ludique mais qui ne fonctionne malheureusement que sur les grands axes, une fois que l'on prend les petits chemins en quad (le summum de la merde sensée à la base pouvoir passer partout) on retrouve la sensation d'être en luge plastique sur une piste verglacée. Et que dire de l'armement... en toute logique le fait d'obtenir des armes au fur et à mesure de la progression devrait permettre d'être plus puissant pour affronter des ennemis plus dangereux. Ici ça n'a aucun sens, on gagne des armes de moins en moins intéressantes à de rares exceptions, mais bon on a tellement de thune qu'on ne sait pas quoi en faire. Alors on achète histoire de claquer ce qu'on a dans notre porte monnaie vu qu'il a une limite et que ça ne sert à rien d'ouvrir des coffres si on ne peut pas prélever ce qu'il y a dedans faute de place...

D'ailleurs comment arrive t'on à être aussi friqué en aussi peu de temps dans un pays économiquement à la dérive totale ? Mystère... enfin si il y a une réponse : le peuple du Kyrat est tellement con qu'il ne se dit pas qu'il faudrait voir ce qu'il y a dans ces centaines de coffres qui jonchent le sol tous les cent mètres. Il préfère crever de faim et pleurer pour qu'on aille chasser des bestioles alors qu'il y a des cochons à peu près aussi fréquemment que des coffres. Par contre capturer des prédateurs archi dangereux pour en faire des combats immondes ça ils savent faire. Nous voilà donc à vouloir libérer un peuple d'abrutis sanguinaires. Ça donne envie. Ceci dit le héros lui même est con comme ses pieds, balbutiant des "heu oui mais... heu..." quand il se fait remonter les bretelles. Donc l'un dans l'autre ça se tient...

Bon tout ça tout le monde en a déjà parlé et c'est un autre point qui me motive. Un point qui à mes yeux démontre le profond manque de quotient émotionnel dans cette boite et qui fait que FC4 est complètement foiré. Les pauvres ont sans doute dut envoyer tout ce que les RH avaient sous le bras d'humains pour tenter de comprendre la pensée des lumières pour Assassin's Creed Unity (ce qui n'a pas suffit), et il ne restait plus personne de sensé pour Far Cry. Énorme problème quand on s'attaque alors à la pensée hindouiste et bouddhiste : il faut un minimum d'empathie, si ce n'est de compassion, pour pouvoir y arriver. Et là c'est le drame.

Le Kyrat c'est donc le Népal, le Bhoutan et le Tibet réunis. Bon... La faune est complètement foutraque, à la fois d'un irréalisme total et d'un comportement absurde. Mais passons, c'est joli, c'est complètement insensé mais c'est joli. La religion locale est elle aussi insensée, des sadous hindouistes prient dans des temples bouddhistes, il n'y a que le nom des dieux et des prophètes qui changent. Bon, là aussi admettons.

Le pire, ce qui m'a complètement accablé et qui fait d'ailleurs que le jeu est creux à mourir, c'est ce que fait Ubisoft du fond essentiel de ces croyances. Un fond particulièrement puissant au sujet de ce qu'est un être humain et qui aurait pu ouvrir vers des sommets de scénarisation. Qu'on s'entendent bien je ne suis ni hindouiste ni bouddhiste. Je n'ai aucune action chez Bouddha ou Shivah et ses sous traitants, mais j'ai un minimum de connaissance de ces cultes et de respect pour eux. Un minimum qu'Ubisoft n'a visiblement pas, pas plus que l'envie d'au moins chercher dans Google ce que Karma veut dire. Et c'est bien ennuyeux car un des rouages essentiels du jeu repose sur ce principe et c'est là que Far Cry passe non seulement à côté de la plaque mais témoigne même d'un manque de respect hallucinant.

Qu'est-ce que le Karma ? On pourrait résumer la chose à la construction de l'âme en fonction de nos actes. Soyez un saint et votre Karma se purifiera, entraînant tout un tas de bonnes choses dans votre destin jusqu'à l'illumination, soyez un salaud et votre karma vous renverra dans la face toutes vos exactions sur plusieurs vies. C'est pas compliqué pourtant, et même un excellent principe pour dynamiser un jeu vidéo qui se servirait comme Far Cry du Karma comme d'une jauge pour évaluer vos comportements et induire des modifications dans les événements. Sauf qu'ici le Karma sert avant tout à faire des économies pour acheter des armes et des munitions (économies dont on se fout éperdument vu qu'on est pété de fric) et qu'il s'obtient en faisant exactement ce qui normalement pourri le Karma, à savoir tuer.

L'hindouisme et encore plus le Bouddhisme, sont des cultes pacifistes et orientés vers le développement humaniste. Répandre la souffrance engendre de la souffrance, être matérialiste engendre une perdition de l'âme. Ubisoft, qui n'a visiblement dans ses rangs pas un seul être humain capable de comprendre cela, se sert de ces principes à leur inverse absolu : tuez à la main un animal et vous ferez des économies dans les magasins. Ubi les transforme la compassion et la vacuité en violence et consumérisme. Tout un symbole qui en dit long sur leur façon de concevoir le monde !

Il n'y avait pas grand chose à faire pourtant, tout était presque là : une jauge de Karma qu'il suffisait de rendre positive ou négative, tendant d'un côté vers le nirvana (paradis de l'âme) et d'un autre vers le samsara (l'enfer des réincarnations jusqu'à expiation). Ubi propose deux flancs de progression, la voix du tigre et celle de l'éléphant, il suffisait d'aller un tout petit peu plus loin en faisant de ces deux voix celles du samsara ou du nirvana. Et puis tant qu'à faire mettre dans ces arbres des talents qui servent à quelque chose... Comportez vous comme un saint et vous avez accès aux capacités d'un saint (ne pas être la proie de la faune, recevoir de l'aide des grands prédateurs etc); comportez vous comme un bourrin et vous bénéficierez de capacités de bourrin. Revers de la médaille : plus la jauge est positive plus on est sensible et sollicité, plus la jauge est négative plus les animaux nous détestent et les ennemis nous tombent dessus.

Ils suffisait ensuite de modifier la façon d'acquérir les points : aidez pacifiquement et vous gagnez des points positifs, sombrez dans la violence gratuite et hop vous avez des points négatifs. On ajoutait des façons non létales de se débarrasser des ennemis et basta. Ça aurait même permit des progressions scénaristiques multiples largement plus convaincantes que les pseudos choix merdiques qu'on nous "propose".

En quelques lignes jetées en 5 minutes on démontrait non seulement un minimum de respect pour ces religions mais en plus on gagnait un super fonctionnement de jeu et un potentiel de scénario béton. Et ce genre de réflexion est la démonstration du foirage total d'FC4 car quand on en arrive à cogiter sur ce que le jeu aurait dut être et non plus sur ce qu'il est c'est qu'on nous en a poussé dehors. Ubi passe complètement à côté de plaque.

Et puis tout d'un coup badaboum, on se prend les trips à Shangri La dans la face, un jeu dans le jeu qui s'avère plus intéressant que le jeu lui même mais limité à quelques phases courtes. Mais merde quoi ! Y'avait de quoi faire un jeu largement plus cool avec ce seul ressort ! Vraiment quelle bande de ploucs.

Personnellement j'en ai marre de leurs productions. Pas seulement parce qu'elles ont des gameplay bancale, des scénarios creux etc. Mais surtout parce qu'elles démontrent des positions irrespectueuse de l'humanité et de la vie en général. Je ne suis pas du tout dans le délire de famille de France, ça ne me dérange pas qu'on propose des défouloirs immoraux. Ce qui me dérange c'est qu'à aucun moment Ubi ne propose à celles et ceux qui veulent jouer autrement de pouvoir le faire, et surtout ils rendent les comportements immoraux positifs. Ubi nous oblige à tuer des bestioles à la chaîne pour crafter des sacs, à tuer pour gagner de l'expérience, du karma etc. Je pense de plus en plus que s'ils ne vont pas plus loin ce n'est pas que par fainéantise, mais parce que fondamentalement ils font partie de ces gens qui sont dépourvus de morale et méprisent la vie. Ils ont le talent et l'intelligence suffisante pour proposer autre chose, s'ils ne le font pas c'est volontaire. Je continuerai sans doute de jouer à certaines de leur productions parce qu'elles sont assez sympas pour faire passer quelques heures même s'il est couru d'avance qu'elles finiront par me taper sur le système, mais tant qu'ils continueront sur cette voie je ne leur donnerai pas un euro. L'immoralité attire l'immoralité, c'est le karma.

3, et encore je suis gentil, j'en ai vraiment par dessus le dos de remonter les notes de leurs prods sous prétexte que leurs jeux sont beaux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 943 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de doppler Far Cry 4