Toute mon enfance ?

Avis sur Final Fantasy Tactics Advance sur Game Boy Advance

Avatar H_Zinzolin
Test publié par le
Version Game Boy Advance

Je devais sans doute avoir entre 9 et 12 ans quand j'ai découvert Final Fantasy Tactics Advance. Je ne connaissais pas particulièrement la série Final Fantasy à cette époque, ni même le premier Tactics sur PSX. Il n'empêche que même aujourd'hui j'ai toujours beaucoup d'estime pour ce jeu de Hitoshi Sakimoto et Yasumi Matsuno.

L'histoire de Final Fantasy Tactics Advance prend place dans un rêve devenu réalité. Le rêve de quatre enfants : Mewt, un jeune garçon introverti et frêle qui a perdu sa mère, March, son nouvel ami qui vient d'arriver dans le petit village de Saint-Ivalice avec son petit frère, Randall, et Ritz, la jeune fille forte et altruiste aux cheveux roses. Grâce à un grimoire magique, la réalité s'est mue sous la volonté de Mewt pour laisser place au monde fantastique d'Ivalice. Un monde dont nos quatre bambins ont toujours souhaité l'existence avec ses chevaliers, ses créatures fantastiques et sa magie ; et où ils peuvent vivre des aventures incroyables et enfin être des héros. C'est donc un rêve devenu réalité. Un rêve que le joueur partage et dont il aura la lourde tâche d'y mettre fin.

La trame principale de Final Fantasy Tactics Advance, bien qu'elle soit en retrait durant une grande partie du jeu, reste sa plus grande qualité après le système de personnalisation des personnages. Sa force indéniable pour un scénario pour enfant provient d'une part du refus de tomber dans le pur manichéisme et d'autre part, d'une volonté d'aider son jeune public à murir à travers son personnage principale. March, l'avatar virtuel du joueur, très tôt dans l'histoire, avant même de connaître le sort de son frère et de ses amis, sera déterminé à ramener Ivalice à la normale. L'ambiguïté affichée est double. Il est contre ses amis en voulant détruire leur monde idyllique et contre le joueur idéalement qui ne souhaite pas voir ce monde fictif disparaître parce qu'il s'y amuse. March est celui qui a le moins à perdre en revenant dans le monde réel, tout comme il est le seul à vouloir grandir et à affronter le monde. Il devient une figure pragmatique, le réaliste du groupe, qui suit sa tâche à contrecœur mais avec détermination ; montrant au joueur et aux autres personnages qu'il ne faut jamais se voiler la face, ne pas renoncer à ses rêves, mais accepter de vivre dans la réalité. Ainsi, FFTA ne nous noie jamais sous sa morale à travers des mots, il essaie de nous la faire vivre tout en nous accompagnant, il met tout son énergie et tous ses outils à faire exister un monde volontairement enfantin, confortable et niais pour nous obliger à l'effacer, à le dépasser.

En effet, ce postulat puise sa force dans de nombreuses facettes du jeu. Que ce soit pour la direction artistique dans ses couleurs chatoyantes, la psychologie des personnages et le côté très niais de l'histoire ou les Juges qui réglementent les combats. Dans cet univers, il y a rarement des combats à mort, tout est réglementé par des chevaliers avec des sifflets et des cartons jaunes et rouges. Les guerres de mercenaires sont ainsi régis par les autorités comme si on participait à des tournois sportifs ou à des jeux. Tout dans Final Fantasy Tactics Advance est là pour dire : vous vous trouvez dans un monde de heroic-fantasy pour enfant par des enfants. On peut ne pas aimer, mais l'ensemble possède une cohérence assumée où les mécanismes et l'histoire se renforcent mutuellement. Il est juste dommage que le jeu ne s'arrête pas complètement après l'histoire principale, contredisant en partie le propos du jeu puisque Ivalice disparaît lors du générique de fin. De la même façon, la force intrinsèque de la trame ne suffit pas à pardonner tous les défauts du jeu comme ses nombreuses missions déconnectées du scénario ou le fait qu'on ne peut pas de découvrir l'univers d'Ivalice en dehors des combats. En effet, le titre n'est constitué que de deux systèmes de jeu : le développement de ses personnages et les affrontements en tour par tour sur un espace délimité.

Mais, heureusement, Final Fantasy Tactics Advance en plus d'être une œuvre solide parce que cohérente, reste toujours un bon jeu qui a bien vieilli. Complexe à appréhender, le titre repose sur des affrontements au tour par tour sur un échiquier avec des personnages à personnaliser. Avec une trentaine de classes et cinq races, des dizaines de combinaisons entre les pouvoirs sont possibles pour créer son équipe de rêve. La création de ses personnages, les multiples objets et quêtes en font ainsi un jeu passionnant sur le long terme, bien que pas forcément difficile, ni extrêmement stratégique parce que le hasard à son importance et qu'on n'est jamais inférieur en effectif face aux ennemis. Découvrir chaque classe, chaque type de sort, explorer les possibilités qu'offrent le jeu ; ce sont peut-être des plaisirs d'enfant curieux et insouciant des heures qu'il engloutit dans sa GameBoy, mais ce sont des plaisirs inoubliables pour ma part.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 440 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

H_Zinzolin a ajouté ce jeu à 1 liste Final Fantasy Tactics Advance

Autres actions de H_Zinzolin Final Fantasy Tactics Advance