Remember Final Fantasy

Avis sur Final Fantasy XIII-2 sur PlayStation 3

Avatar Vanguard
Test publié par le
Version PlayStation 3

J'ai aimé les Final Fantasy. Il y a longtemps. Huit, neuf, sept, dix, six, cinq, quatre, ça devait être dans cet ordre-là. Qu'importe, après tout ? J'avais la vingtaine, ado peut-être un rien attardé (instant confession), les thèmes de ces jeux me parlaient : l'amitié, l'amour, la mort... J'étais Squall ; j'admirais Sephiroth ; j'étais attristé par le destin de Terra, déchiré par les dilemmes de Cecil, ému par le courage de Yuna, émerveillé par le retour théâtal de Zidane... FF 10-2 m'avait inspiré des sentiments mitigés ? Bah, le douzième épisode était venu balayer mes doutes : narrativement plus faible que ses aînés, certes, mais à l'univers tellement foisonnant !

Etais-je un fanboy ? Certainement. Mais pas aveugle pour autant. Aujourd'hui, la trentaine passée, la saga de Squaresoft (ça m'arrache la tronche d'écrire Square En... Eni... gnah !) est-elle toujours capable de m'émouvoir ? "Non", répond FF 13. "Je suis niais, je suis inintéressant, je suis raconté avec les pieds, chacun de mes personnages est un naufrage et chacun de mes combats une torture". Bon, tu exagères un peu, mon cher Treize... mais il y a du vrai dans ce que tu dis. Aurais-je passé l''age d'apprécier les FF ? Aurais-je acquis un véritable Senscritique® ?

La réponse était dans le rétro(gaming) : diable, non ! Certes, certaines thématiques de la série me semblent aujourd'hui bien faibles et sans grand intérêt (soyons amis, et nous vaincrons la mort, ©FF9), mais le plaisir de jeu est toujours intact ! Gameplay, personnages... Tout cela a vieilli, j'ai vieilli, mais l'expérience Final Fantasy demeure fort divertissante et enrichissante. Serait-ce alors que la série s'est affadie au fil des ans, la faute à la would-be World Company Square Enix ? Je crains fort que... oui !

FF 10, ultra-linéaire, aurait dû me mettre la puce à l'oreille ; FF 10-2, ouvertement mercantile, en était la première illustration ; FF12, passablement bancal (en termes de conception), démontrait que la série avait commencé à perdre ses repères. Avec FF13, le dernier clou du cercueil me paraissait bien enfoncé... jusqu'à ce que Square Enix annonce un épisode 13-2 dans une tentative désespérée de réconcilier les fans avec le nombre maudit (six millions et demi de ventes, certes, mais pour combien de déceptions ?)

FINAL FANTASY TODAY

Fort honnêtement, je n'attendais vraiment pas grand-chose de cette nouvelle itération. La meilleure manière, parfois, d'être au final agréablement surpris ! Hélas, après quelques heures de jeu, l'évidence a fini par s'imposer : FF13-2 ne constitue en aucun cas un retour aux sources et ne corrige en rien les pires défauts de son prédécesseur. Amère constatation... et le dernier coup de marteau du croque-mort retentit.

Techniquement, le White Engine de Square Enix assure le minimum syndical : outre un léger aliasing (peut-être imputable à la version Xbox 360 que j'ai testée), c'est surtout la pauvreté de certains décors qui choque : autant la scène d'ouverture au Valhalla s'avère correcte de ce côté-là, autant le décor nocturne suivant se révèle indigent, textures baveuses et éléments 2D infâmes à l'appui. On est bien loin de la qualité de certains environnements enchanteurs du treizième épisode, et les effets de lumière crados illustrent crûment le manque de soin et d'application des techos de SE (et il faut voir l'animation de l'héroïne en train de sauter...)

Au niveau artistique, désolé, je ne peux plus : la Valkyrie en mini-jupe aux cheveux roses , l'héroïne niaise avec un visage de poupée et une couette, les chanteurs de boys' band du NORA et leurs cheveux flashy, les monstres fluo, les décors surexposés... J'oubliais la musique : inutilement mélodramatique lors de scènes dépourvues d'émotion (l'héroïne se lève et s'étire, wouhou), enjouée et positive lors d'une attaque de monstres sur un paisible village, et le clou du spectacle : une J-Pop bien sucrée (avec chanson faussement éthérée) durant la phase d'exploration suivante. Respect : FF 13-2 est d'un kitsch à faire pâlir les amateurs de japoniaiseries les plus convaincus (ils se reconnaîtront). J'ai rigolé, j'ai haussé les épaules, je me suis agacé... et je crains fort qu'il me soit désormais difficile d'apprécier un FF tant que Square Enix ne sera pas revenu à une sobriété de bon aloi.

Causons gameplay : dès les premières minutes de jeu, on se prend en pleine face un magistral high kick de la part des créateurs du jeu... Afin de rendre son jeu plus dynamique que le pensum FF 13 et ses cutscenes interminables, Square Enix a en effet jugé souhaitable d'inclure... roulements de tambour... l'innovation la plus marquante des consoles 128 bits... suspense insoutenable... la feature suprême des jeux pour idiot... la foule retient son souffle... eh oui, mesdames et messieurs ! Des Q.T.E. ! Rebaptisés pour l'occasion Cinematic Actions ou un truc du genre... On applaudit bien fort ! Soyons clairs : c'est risible, c'est insupportable et ça n'a rien à foutre là. Le but était-il de faire oublier que les belles cinématiques précalculées ont très largement cédé la place à des cutscenes in-game beaucoup moins sexy ?

Le système de combat a quant à lui bien peu évolué : de l'Active Time Battle avec des Paradigm Shift à foison (on retrouve les rôles d'Attacker, Blaster, Defender, etc.), une jauge de "Break" à remplir pour maraver efficacement les méchants les plus balèzes, hum... voilà... comme dans FF13 en somme. Les combats m'ont paru un poil plus pêchus et plus courts sur le début du jeu, un bon point ; les rencontres aléatoires font également leur retour (elles sont justifiées par une sombre histoire de déplacement temporel et de "Moogle Clock"), et il est possible de les éviter pour ceux qui sont allergiques à ce genre de système. La progression des personnages (dépense des CP) a également été modifiée : cela a l'odeur d'un sphérier / crystarium, cela a le goût d'un sphérier / crystarium... et cela n'apporte vraiment pas grand-chose à la formule sphérier / crystarium. On dépense des CP pour obtenir des points de carac', des sorts, des pouvoirs... la routine, quoi.

Le scénario, enfin, se montre dès l'incipit inutilement complexe : Lightning, qui est au Valhalla, combat Peter Gabriel jeune qui veut détruire le monde, et comme Noel Kreiss, un freluquet qui vient du futur passait par là, elle l'envoie combattre aux côtés de sa soeur, qui vit désormais sur Pulse, pour la protéger et vaincre Peter Gabriel (je résume). Les dialogues, d'une qualité incroyable, soutiennent admirablement le tout. Un exemple ? Après une cutscene où l'on voit Serah rêver de sa soeur Lightning en plein combat : "Ma soeur ? Lightning se battait ? Etait-ce un rêve ?" Les personnages passent leur temps à proférer des évidences, des banalités, à expliquer au joueur ce qu'il vient de voir et à se poser des questions stupides (l'héroïne se demande : "Ma soeur est morte. Quel était donc ce rêve ? Un message du monde des morts ? Non, c'est trop horrible", merci de nous réexpliquer ce que l'on vient de voir...) Ah, j'oubliais : il est régulièrement demandé au joueur de choisir une réplique possible parmi quatre, façon Bioware. Ces choix, tout à fait bienvenus, souffrent hélas de la même faiblesse d'écriture que le reste des dialogues, et semblent comporter peu de conséquences (hormis l'obtention de quelques items). L'effort n'en demeure pas moins louable, même si le scénario risque au final de ne guère motiver la progression dans le jeu.

-

Incroyable mais vrai : j'en arrive à être déçu d'un jeu dont je n'attendais presque rien ! Malgré les promesses de Square Enix, force est de constater qu' FF 13-2 ne vient pas corriger les pires défauts de son aîné : ajouter des PNJ et des shops, bonne idée, mais quid de la direction artistique foireuse et du scénario inepte ? Passé de trois DVD pour FF 13 à un seul, on a surtout le sentiment que Square Enix a voulu dépouiller les fans de quelques dollars sans trop faire d'efforts... les ventes au Japon montrent pour l'instant que beaucoup de consommateurs n'ont pas été dupes. Un dernier mot pour toutes celles et ceux qui sont malgré tout tentés par l'aventure : on croise à nouveau Snow. Et Hope. De rien.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3420 fois
53 apprécient · 15 n'apprécient pas

Vanguard a ajouté ce jeu à 1 liste Final Fantasy XIII-2

  • Jeux vidéo
    Cover Gaming 2011

    Gaming 2011

    Tous les jeux sortis en 2011 que j'ai testés (hors édition "Game of the Year", version HD, portage... Les véritables extensions...

Autres actions de Vanguard Final Fantasy XIII-2