Une question d'ère

Avis sur Final Fantasy XV sur PlayStation 4

Avatar Red13
Test publié par le
Version PlayStation 4

Un Final Fantasy pour les fans et les nouveaux venus

Ouais ... Ben je me demande ce que vont penser les nouveaux venus ! Parce que cette épisode XV, plus qu'aucun autre, aura selon moi bousculé l'ordre établi de cette saga si importante pour le jeu vidéo en général et pour le RPG en particulier.

Car oui, FFXV aura été pour moi une déception. Il s'agit tout simplement du premier Final Fantasy dont j'ai décidé sciemment de ne pas aller au bout (je mets de côté FFXII que je n'avais pas pu finir pour des raisons personnelles).

Dans cette critique, je mettrai de côté tout le decorum autour du développement de ce jeu et des atermoiements entourant l'évolution de son concept au fil du temps pour me concentrer sur le jeu en lui-même.

Pour commencer ... et bien il ne faut pas commencer par Final Fantasy XV, mais bien par le film Kingsglaive sorti parallèlement à ce jeu (et dont vous pourrez lire ma critique via ce lien). L'idée était plutôt originale quoique surement un peu commerciale : faire de la cinématique d'introduction un film complet et pour le coup assez réussi d'un point de vue technique. On y découvrait la très belle ville d'Insomnia ainsi que la rivalité opposant les royaumes de Lucis et de Niflheim. Malgré un certain creux dans l'évolution scénaristique et narrative, le background de l'univers me semblait plutôt convainquant et constituait un potentiel de qualité pour le futur FFXV.

Sauf que dans FFXV, ce potentiel et cet univers, on ne les sent plus vraiment. Vous y incarnez Noctis, jeune prince de Lucis, destiné à épouser son amie d'enfance Lunafreya pour des raisons assez politiques, et dont la vie va se retrouver chamboulée par la mort de son père, le Roi Régis (événements narrés dans Kingsglaive). Franchement, dit comme ça, on semble retrouver tout le caractère épique des scénarios à la Squaresoft et à la Final Fantasy des grands jours. J'espérais secrètement retrouver le caractère politique de l'intrigue de FFXII qui m'avait tant plu.

Mais non ...

Dès le départ, Final Fantasy XV sent le décalage. Le titre barre l'écran sur une scène anodine mais finalement si inattendue quand on la met en perspective avec le reste de la saga : le prince Noctis entouré de sa bande d'amis protecteur, en rade de bagnole sur les routes l'Eos ... A ce moment là, je me disais que FFXV voulait cultiver une "différence" d'apparence. Mais cette illusion n'a pas tenu bien longtemps.

Car au final, FFXV est une espèce de pérégrination, de ballade dans un monde par moment assez joli, mais également assez plat et vide. Quelques lieux sont réussis, mais on passe surtout son temps à déambuler en voiture ou à pied, dans le cadre de quêtes globalement inintéressantes.

On touche ici au plus gros problème de ce jeu. Comme d'habitude dans ce type de RPG, nous aurez principalement affaire à 2 types de quêtes : les quêtes principales et les quêtes annexes. Les quêtes principales sont assez discrètes et on ne se sent jamais obligé de les mettre en oeuvre pour faire avancer l'aventure, et surtout elles sont narrées avec une platitude qui relève de l'exceptionnel. Résultat, on se retrouve à passer un maximum de temps sur les quêtes annexes, dont les enjeux sont tout aussi plats.

Donc pour résumer, on incarne un prince qui vient de vivre l'assassinat de son père et potentiellement la chute de sa patrie, et qui va passer son temps à accomplir des quêtes assez débiles, comme aller prendre des photos de certains lieux emblématiques ou récupérer des cargaisons de camions tombés de la route. PUTAIN MEC ! TON PAYS EST AU BORD DE L'IMPLOSION !!! BOUGE TOI LE CUL ET RESISTE, MERDE !!!

Après avoir récupérer mon calme, vous comprendrez donc que le gros soucis de FFXV, c'est son incapacité à nous faire vivre, comme ses prédécesseurs, une épopée. Ici, on est plus dans le prince déchu à la recherche de son identité. Quitte à relancer des débats anciens, c'est à ce moment que j'ai vraiment envie de crier : "rendez-moi Final Fantasy XIII !!!".

Pour rebondir sur FFXIII, je disais à l'époque que le propre des jeux FF, c'était d'être en phase avec leur temps. Souvenons nous de FFVI - l'aboutissement de l'âge d'or du J-RPG - , de FFVII et sa mise en scène révolutionnaire, de FFVIII et FFIX qui ont accompagné l'évolution de la PSOne, de FFX qui profitait des nouveautés technologiques de la PS2, ... Quelque part, je me demande - et cela m'a fait peur - si FFXV n'était pas non plus en phase avec son temps. Un temps que les dinosaures comme moi peuvent avoir plus de mal à apprécier. Celui où on se force à faire un open-world parce que c'est ce qui est à la mode. Celui où la narration laisse la place à une illusion de liberté finalement bien creuse. Celui où un produit mal finalisé est quand même commercialisé tout simplement parce qu'il faut qu'il sorte.

Franchement, je trouvais la démarche de FFXIII bien plus qualitative, bien qu'elle n'ait pas plu à tout le monde : une aventure prenante et un scénario bien construit, porté par une narration efficace dans un monde cohérent. Certes, c'était un couloir, mais j'avais envie d'aller au bout. Ici, je me suis vite perdu dans cette coquille vide qu'est Eos et Final Fantasy XV sera donc le premier de la saga que j'abandonnerai.

So sad ...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2471 fois
47 apprécient · 9 n'apprécient pas

Red13 a ajouté ce jeu à 10 listes Final Fantasy XV

Autres actions de Red13 Final Fantasy XV