Moto volante et galipettes

Avis sur Flashback sur Mega Drive

Avatar Riiico
Test publié par le
Version Mega Drive

Le jeu vidéo avant Flashback, c'est pour moi un univers frais et rafraichissant, en gros composé de plombiers moustachus sautilleurs, d'hérissons cavaleurs et de combattants de rue à l'humeur taquine.
Bref, un truc super cool que j'adorais, mais qui sentait quand même les choco BN et les dessins animés pour marmots.

Mais mon cher lecteur, - et surtout toi, jeune boutonneux qui a atterri un peu par hasard et beaucoup par désoeuvrement sur ce commentaire d'un vieux jeu - remets-toi en tête que dans les années 90, quand tu étais gamin, il n'y avait pas Internet. Pas de vidéo de jeu. On achetait les jeux à partir des photos dans la presse ou en étudiant les boîtes de jeu au microscope, dans l'espoir de ne pas se faire enfler.
C'était un monde différent. Personne n'aurait eu l'idée de se pencher sur le passé du jeu vidéo, ou de sortir un livre sur le sujet.
Bref, même passionné, tout ce que tu connaissais des jeux, c'était ceux que toi et tes potes pouviez vous payer.

Tout ça pour dire qu'ayant commencé les jeux vidéos avec la Megadrive, je n'avais donc à l'époque jamais même entendu parlé des jeux profonds qui existaient pourtant déjà sur ordinateur personnel, Amiga et autres Commodore.

Alors imaginez un peu la putain de claque que je me suis prise lors de la sortie du jeu.
Je m'en souviens parfaitement, ça m'a rendu dingue.
Nan.. Mais... NAN MAIS T'AS VU CETTE PUTAIN D'INTRO DE OUF AVEC DES FUSILLADES ET DES MOTOS VOLANTES ?
Une cinématique. Ma première vraie avec un ton adulte. Et en plein écran.

Et ça a continué quand j'ai eu le pad en main, pour déplacer Conrad, le héros.
Sur ce jeu, j'ai commencé par passer des heures entières sur le premier niveau, à regarder encore et encore les animations du personnage.
J'étais complètement ébahi par la qualité des animations, qui avait je ne sais quoi de la classe des héros de films d'action de l'époque, comme Mel Gibson dans l'Arme Fatale.
Je crois que j'ai passé près de deux jours sans avancer dans le premier niveau de la jungle, juste à le regarder faire des galipettes.

Cours. Change de direction. Accroupis-toi. Saute de la plateforme, fais une roulade et sors ton flingue.

C'est trop beau. Je t'aime. On r'commence.

Je pourrais vous détailler le jeu, de mémoire. Une vingtaine d'années après, je connais encore par coeur les mots de passe d'accès au niveau.
Son ambiance de Science Fiction occidentale mature. Ses cinématiques. Ses téléporteurs. Sa ville et son métro. Sa bombasse de scénario, certes classique, mais juste dingue quand on le compare à ceux des autres jeux sur console 16 bits de l'époque.

Pour moi, Flashback a été une baffe. J'en ai eu d'autres ensuite, bien sûr, du genre Metal Gear Solid ou Half Life. Mais Flashback a été ma PREMIÈRE baffe, celle qui m'a fait comprendre pour la première fois que les jeux vidéos, ça pouvait être autre chose.

Même si je sais avec le recul qu'à l'époque, que Flashback était loin d'être le premier jeu du genre. Et même si je sais que le jeu parfait n'existe pas. Je ne peux pas m'empêcher de lui coller un bon gros 10 sur 10 et d'avoir envie de faire un gros câlin à Paul Cuisset à chaque fois que je le vois en interview à la télé.

Je conclurai enfin en conseillant aux jeunes qui n'ont pas connu le jeu de l'essayer.
Je ne crois pas qu'il ait été réédité sur les stores des nouvelles consoles (renseignez-vous), mais on le trouve facilement sur émulateur.
Les bons jeux restent bons. Les contrôles paraîtront un peu raides, mais en revanche la 2D et l'animation ont bien vieilli.
Ne vous contentez pas des vidéos Youtube, ayez la curiosité de vous frotter vous même au gameplay, en faisant l'effort de vous accrocher un poil au début. Vous verrez que vous ne pourrez plus le lâcher et que vous aurez très certainement envie de finir le jeu :)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 455 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Riiico a ajouté ce jeu à 1 liste Flashback

Autres actions de Riiico Flashback