Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte

Opération Kingslayer : la chute de la Santa Muerte

Avis sur Ghost Recon : Wildlands sur PC

Avatar Dimitri Icecraft
Test publié par le
Version PC

Au cœur de la Bolivie se trouve un cartel de narcotrafiquants appelé la Santa Muerte, dirigé par un dénommé El Sueno : le Rêve. El Sueno pris le contrôle du pays, du peuple jusqu'aux plus hauts dirigeants. Mieux que ça, il a même fait un pacte avec l'Unidad, une force armée du gouvernement. L'unidad laisse le cartel fait ses petites affaires, et le cartel évite les bains de sang.
Mais revenons à ce qui nous intéresse. La Santa Muerte gère son trafic du début à la fin, de la récolte de la feuille de coca jusqu'aux narines de nos concitoyens et c'est notre devoir d'arrêter ça. Nous avons envoyé un agent qui a réussi à entrer dans le carter : Ricky Sandoval. Malheuresement, il a été découvert.... torturé... puis exécuté.

Ghost, vous êtes les meilleurs !

Vous allez vous rendre en Bolivie et mettre un terme à tout ça, en partant des jambes....jusqu'à la tête... El Sueno.

Et c'est là qu'on entre en piste. Petite arrivée digne d'un film hollywoodien, la petite équipe de 4 soldats d'élites appelés "Ghost" se pointe sous une pluie battante dans un hélicoptère avec Karen Bowman, agent de la CIA et amie du disparu Sandoval. Elle nous explique que le cartel se compose de 4 branches : production, trafic, sécurité et influence. Afin d'atteindre le big boss, il va falloir démanteler une a une les 4 filières, en démarrant des Buchons (les petits chefs), puis l'adjoint du chef de filière pour enfin mettre hors d'état de nuit celui-ci.

On est donc lâché en pleine foret bolivienne, dans la région d'Itacua, avec une petite mission très rapide faisant office de tutoriel : comment se déplacer, utilser le drône et les jumelles, effectuer un tir synchronisé avec ses camarades... bref, tout ce qu'il faut pour arriver à s'en sortir. Suite à ça, le jeu restera similaire du début à la fin, avec le même cheminement tout au long des 21 régions disponibles.

  • Rechercher des intels critiques qui vont nous renseigner sur le Buchon du coin en nous donnant plusieurs missions importantes
  • Accomplir ces missions
  • Eliminer ou capturer le buchon
  • Passer à la région suivante
    (précisons tout de même qu'il y a un buchon par région et que les sous-chefs et chefs de filières sont cachés dans les dites régions).

En dehors de ces missions, il sera possible de parler à des civils, trouver des intels secondaires ou interroger des sicarios (les porte-flingues du cartel), ce qui permet de localiser des médailles et des points de compétences (on va y venir) ou encore de l'armement.

Mais ne rentrons pas trop dans les détails car chaque buchon à sa propre histoire avec son petit briefing lorsque vous avez son identité qui vous est fournie au début par Karen ou que vous découvrirez. Retenez juste que les missions sont plus ou moins répétitives si on oublie la trame de l'histoire : interroger un membre du cartel, capturer et extraire un membre de la Santa Blanca, trouver du renseignement, éliminer une ou des cibles etc....

La Bolivie est juste magnifique. Les régions sont relativement différentes, allant des forêts verdoyantes aux jungles épaisses, dominées par des montagnes enneigées ou des plaines désertiques avec des lacs de sels... il y en a pour tous les goûts. Néanmoins, les zones "vertes" sont plus captivantes car l'infiltration est plus souple. Bon d'accord, les déserts sont géniaux pour se la jouer tireur d'élite.

Les mécaniques du jeu sont plutôt agréables, il est possible de se cacher dans les herbes, les buissons, derrière des murs... toute la panoplie de cachettes du parfait soldat. Les sicarios sont de bons soldats, ils vous repèrent de manière assez efficace et sont en alerte lorsqu'ils découvrent un cadavre. On est aidé par notre fidèle drone, qui va nous permettre de localiser et d'indiquer sur la minimap l'emplacement des sicarios que l'ont voit.

Tiens d'ailleurs parlons en de cette minimap car elle sera impactée suivant la difficulté. En effet, en novice, outre les faits que les ennemis sont des enfants armés de pistolets à eau, la carte indique de grandes zones orange dans lesquelles se trouvent ces derniers. Lorsque la zone orange disparaît, c'est que l'on a repéré toutes nos cibles. En normal et avancé, c'est la même chose sauf les sbires du cartel sont plus rapides, intelligents et dangereux. En revanche, en extrême, fini la zone orange, il va falloir ouvrir grand les yeux et écouter sa team qui n'hésitera pas à sortir une petit "ennemi dans la zone". Bref, que du bonheur mais ça reste à mon sens la difficulté la plus intéressante.

Il y a aussi un petit côté RPG car au fil des 30 niveaux qu'il va falloir monter (et ou s'ajouter 50 paliers supplémentaires appelés "Tiers" qui augment la difficulté), on amasse des ressources et des points de compétences pour apprendre... des compétences : plus de grenades, C4, résistances, vitesse de visée, vision nocturne et thermique.... on a le choix, tout comme l'arsenal qui va du pistolet au fusil de sniper en passant par les mitraillettes légères, mitrailleuses lourdes ou fusils d'assaut. C'est plusieurs dizaines d'armes qui sont équipables, toutes aussi efficaces suivant son style de jeu.

Beaucoup de choses sont dites mais si on devait résumer :

Points positifs :

  • La Bolivie est magnifique et les environnements sont assez variés avec une profondeur d'affichage bluffante.
  • On se sent vraiment avancer dans la chute du cartel
  • La difficulté en extrême pousse le joueur à la prudence et renforce l’immersion
  • Les équipiers (en solo) sont vraiment utiles pour les éliminations multiples
  • La durée de vie est juste immense (comptez une 40ène d'heures pour démanteler tout le cartel
  • Certaines cibles ont une histoire vraiment géniale

Points négatifs :

  • Il faut une bonne config pour le faire tourner au maximum et apprécier l'univers
  • Quelques chutes de framerate par moment
  • La conduite des véhicules un peu trop arcade
  • L'IA et la difficulté en novice et standard trop aux fraises
  • Le fait de perdre les équipiers en coop (dès le moment qu'on est en groupe, il n'y a plus d'IA alliée)
  • Le jeu peut paraître répétitif si on se ne prend pas à l'histoire
  • La fin décevante.... ATTENTION SPOIL

Lorsque l'on arrive jusqu'à El Sueno, soit on n'a pas terminé 100% des missions et il nous apprend qu'il a passé un pacte avec les USA pour devenir indic contre l'immunité, ce qui ne plait pas a Karen qui le descend, soit on a terminé à 100% et là, El Sueno est conduit aux USA où il devient un indic. On était en droit d'espérer quand même une vraie traque du chef du cartel mais non...

Ce Ghost Recon est une réussite à mon avis, avec un monde ouvert particulièrement vaste et libre du fait choisir entièrement l'ordre de ses cibles. J'ai envie de continuer l'aventure, notamment le DLC Fallen Ghost ou cette fois, c'est nous qui sommes traqués. Mais en y repensant, je me dis que ce type de jeu serait unique dans la série des Ghost Recon car refaire le même système mais dans un autre contexte de missions ferait paraître un nouveau jeu pour une copie pure et simple.

Mais pour moi, le jeu mérite la note de 8/10.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 405 fois
2 apprécient

Autres actions de Dimitri Icecraft Ghost Recon : Wildlands