Le dieu qui s'était perdu dans le Nord

Avis sur God of War sur PlayStation 4

Avatar Nadium
Test publié par le
Version PlayStation 4

Spoiler dans la critique, à vos risques et périls

Acclamé par la critique à coup de notes parfaites, ce petit dernier de la série sonne comme l'épisode du renouveau. Un nouveau gameplay un peu moins bourrin mais qui ne pardonne pas si on fait le foufou, un nouvel environnement bien loin de la chaleur du sud, un nouveau départ pour le héros qui a muri ainsi que son fils qui en a beaucoup à apprendre. Hélas, je n'en ressors pas aussi enthousiaste que lorsque je m'y suis plongé.

C'est bow, mais pas parfait

Si vous vous êtes un peu penchés sur des critiques, les gens sont plutôt d'accord sur le fait que l'équipe de Santa Monica a réalisé un travail colossal sur les environnements. Dès le début, on se dit "Ouah", les lumières qui illuminent le décor, le champ de vision qui s'étend à perte de vue lorsqu'on se trouve sur un endroit dégagé, on s'y promènerait bien pendant les prochaines heures ! Seulement, ça pèche un peu en terme de variété d'environnements et même si le voyage entre royaume permet de donner une certaine diversité, on passe quand même la majorité dans les environnements nordiques de Midgard, un petit air de Skyrim bloqué dans les montagnes enneigées ou encore dans des décors fermés qui se ressemblent à peu près tous.

Autre détail qui m'a dérangé graphiquement parlant : le visage des personnages. Qu'ils sont beaux mais qu'est-ce qu'ils sont inexpressifs ! J'ai été assez choqué par ce manque de vie, en particulier lors d'évènements importants. Dans ce monde peuplé de dieux, on ne ressent rien, notre fils veut nous tuer, on a une voix larmoyante, mais notre visage reste le même. C'est dommage, d'autant plus que lorsqu'on voit ce que l'équipe a pu faire avec l'ensemble du jeu, juste des expressions faciales en plus aurait apporté plus de vie. Heureusement, les doublages rattrapent ce défaut.

L'habillage sonore

Pour une fois, j'ai laissé les voix françaises du début à la fin. Les doubleurs ont pu mettre les émotions là où il fallait (à défaut d'avoir un personnage au visage qui a l'air d'en avoir quelque chose à faire). Par contre, du côté musique, je n'en ai vraiment retenue que deux :

  • Les grosses pompes profondes lorsqu'on parle de Kratos, de son passé trop dark
  • Le combat contre l'étranger.

Pour le reste, j'ai perçu la musique comme étant très (un peu trop) discrète. Personnellement, je suis très sensible au côté musical des jeux auxquels je joue et j'avoue avoir été déçu à ce propos. En parlant de choses qui déçoivent.

On répète, on recommence

Pendant une bonne partie du jeu, lors de la phase découverte, tout va bien. Plusieurs fois le niveau du lac descend, on explore une nouvelle fois les différentes zones, en particulier avec nos nouveaux pouvoirs qui offrent de nouvelles possibilités.

Hélas, cela devient très vite redondant, il n'y a plus rien de surprenant en particulier quand le scénario nous oblige à plusieurs aller-retour parce que "on a la pierre, mais c'est vrai qu'il manquerait ça aussi pour que tout fonctionne" et qu'il manque toujours quelque chose pour y arriver. Le rythme de l'aventure en devient inégal, on finit tristement par s'ennuyer.

La première fois qu'on rencontre un troll, un dévoreur d'âme ou un vagabond, ça va. Mais quand on se retrouve sans arrêt avec le même bestiaire qui a pour seule variable, la couleur (et très légèrement le comportement), on se dit qu'on aurait pu attendre mieux d'un jeu qui dispose pourtant de tout le folklore nordique pour des ennemis divers et variés !

D'autant plus que le premier combat de vrai boss, l'étranger, qu'est-ce que c'était jouissif ! La mise en scène aux petits oignons, de la brutalité, un ennemi énigmatique qui se relève sans arrêt. Hélas, l'illusion se dissipera très vite parce qu'après cet évènement, pour le restant du jeu, plus aucun des boss ne sera particulièrement marquant, déjà parce que ce seront pour la majorité des trolls et des anciens, et ensuite parce qu'il y aura une quasi absence de mise en scène, excepté pour le dernier combat contre Baldur... Qui se termine avec un goût de "j'en voudrais plus svp".

Et c'est exactement ce que j'ai ressenti en arrivant à la fin. Petite musique chantée, les cendres s'en vont et puis on repart comme si de rien était continuer nos quêtes annexes. Pendant tout l'ascension de l'escalier de Jotunheim, je l'ai attendu le combat de boss. Et je me suis rendu à l'évidence : le dernier combat contre Baldur, c'était ça le boss de fin. Traitez moi d'insensible si vous voulez, mais on aurait pu s'attendre à quelque chose de plus spectaculaire en guise de fin.

Le dieu de la guerre n'est pas si méchant

J'ai beaucoup râlé sur tous les points au-dessus, mais je voulais quand même parler des bonnes choses. En premier plan, l'évolution de la relation Kratos-Atreus, qui commence par des "tais-toi" régulier de la part du gros bourru et qui se termine sur une belle complicité. Les rebondissements, les questionnements, les disputes, tout est classique, mais la relation est on ne peut plus authentique, je me suis attaché à eux.
Ensuite il y a les personnages secondaires qui ont chacun leur histoire, leur caractère. Dédicace spéciale à Mimir et au duo de frères nains qui ont su apporter des sourires réguliers.

Mais par-dessus tout, il y a ce travail sur les transitions dans le jeu. Ce dernier est constitué d'un unique plan-séquence, du début à la fin, une caméra qui ne coupe jamais, aucun temps de chargement. Alors comment offrir au joueur un monde aussi grand sans interruption ? : En l'occupant !

  • Les passages en barque sont sujets à des discussions entre le père et son fils (et plus tard la tête), les anecdotes sont nombreuses, amusantes, informatives, les histoires de Mimir donnent du relief à l'univers. Les développeurs ont poussé le détail jusqu'à faire une transition en arrivant sur la terre ferme "on en reparlera plus tard" et à reprendre une histoire interrompue en revenant sur la barque "alors où est-ce que j'en étais ?" (je fais de mémoire, ce ne sont surement pas les phrases exactes, mais dans l'idée).
  • Pour permettre aux joueurs de se téléporter, sans mettre de temps de chargement apparent ? Il suffit d'aller sur l'arbre monde, lancer une discussion entre les personnages le temps que le chargement se termine et que la porte apparaisse. C'est tout bête, ça occupe, et c'est méchamment intelligent.

Dernier point positif : J'adore les jeux à loot et de l'équipement, on en a des kg dans le sac. Amélioration d'armure, arbre de compétence, choix des attaques runiques, le gameplay est riche, il donne de quoi faire des combinaisons, des tests. Kratos est extrêmement stylé et l'évolution de son fils, se traduit à la fois sur ses paroles et sur sa puissance. La montée en puissance est réelle et on ne traine pas un boulet du début à la fin.

En conclusion

J'ai détesté plein de choses, j'en ai aimé plein d'autres, bref, le constat final est le même que mon expérience Nier Automata : un jeu survendu, qui a ses qualités effectivement, mais des défauts sur lesquels on ne peut pas fermer les yeux. En première ligne de mes critiques, la pauvreté du bestiaire (monstre et boss confondus), le déroulé de l'aventure qui tourne en rond au bout d'un moment et la déception sur la fin qui laisse un sentiment d'inachevé. Cependant, ce que je préfère garder en chouette souvenirs ce sont les anecdotes sur la barque, l'évolution des personnages très attachants et le gameplay à la hache pour se la jouer Thor de Marvel.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 423 fois
7 apprécient · 2 n'apprécient pas

Nadium a ajouté ce jeu à 2 listes God of War

  • Sondage Jeux vidéo
    Cover Les meilleurs jeux vidéo de 2018

    Les meilleurs jeux vidéo de 2018

    Avec : Super Smash Bros. Ultimate, Hollow Knight, Celeste, Monster Boy et le Royaume Maudit,

  • Jeux vidéo
    Cover Work in progress de 2018

    Work in progress de 2018

    Une année riche en titre Nintendo Switch indé (grâce à mon poste de testeur chez NintendAlerts surtout) mais également marquée...

Autres actions de Nadium God of War