👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

I'm rich, I'm miserable, I'm pretty average for this town.

Cinq années, c'est le temps qu'il a fallu à Rockstar pour peaufiner son bébé, pour arriver à puiser l'essence de la série et offrir l'épisode le plus abouti et l'un des jeux vidéo les plus addictifs de ces dernières années.

GTA V, c'est d'abord Los Santos, une ville si vivante, si riche, si dense qu'elle vous happe dès les premiers instants pour ne plus vous laisser partir.

GTA V plus que jamais, c'est un jeu qui permet de vivre l'expérience à sa façon selon notre humeur du moment, il ne sera pas rare de s'arrêter dans une avenue commerciale très peuplée et de contempler le boulot gigantesque effectué en regardant les gens vivre leurs vies sans ralentissement de manière naturelle et fluide. Moi de mon côté je ne compte plus les nombreuses balades en voiture, sans but particulier, le soleil couchant, du Queen dans les oreille laissant le capot de ma voiture ouvert pour profiter de la fraicheur naissante sublimer par des jeux de lumières et une profondeur de champ monumentale.

GTA V, c'est aussi l'innovation qui pour la première fois nous impose un trio en lieu et place d'un personnage principal auquel on s'attache. S'il pourrait s'avérer casse gueule, il en devient une des forces de ce dernier opus, diablement bien écrit et construit à la perfection de manière cohérente et soignée. La possibilité de changer à tout moment accentue l'immersion qui donne l'impression que nos personnages vivent en temps réel et permet de varier les points de vues lorsque on est amené à regrouper ce petit monde dans des missions spectaculaires.

GTA V, ce sont également des braquages au centre du récit, millimétré dans la préparation, d'une intensité rare une fois les démarches en place, ils vous permettront de varier les plaisirs, de recruter une équipe et de changer l'angle d'attaque pour une dose maximale d'adrénaline durant un bon quart d'heure.

GTA V ce sont tous ses loisirs dans lequel pas un seul n'est laissé au hasard, louer un vélo pour remonter la berge de bon matin et croiser des joggeurs matinaux, faire un match de tennis avec votre épouse infidèle, pratiquer le golf ou encore aller au cinéma pour voir un court métrage représentant un Wall-E Gay Burtonien tout est possible et même plus encore.

En fait GTA V, ça ne s'écrit pas, ça se vit, Los Santos vous attend les amis avec tous ses plaisirs et vices pour vous entrainer dans une épopée contemporaine inoubliable qui risque de vous marcher un bon moment, si les milliers d'articles de tests, de critiques et de vidéos qui pullulent sur internet ne vous ont pas convaincu, peut être que cette modeste critique finira de vous convaincre.
Gwimdor
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs jeux vidéo de 2013

il y a 9 ans

73 j'aime

Grand Theft Auto V
Sevanimal
2

La seule critique valable (mondialement) de ce "jeu".

C'est bon c'est fait, j'ai enfin terminé GTAV. Cinquante heures de souffrances, mais je vais me donner la peine d'écrire un "petit" (wall of text incoming) quelque chose à propos de ce jeu monstre...

Lire la critique

il y a 8 ans

76 j'aime

65

Grand Theft Auto V
Gwimdor
8

I'm rich, I'm miserable, I'm pretty average for this town.

Cinq années, c'est le temps qu'il a fallu à Rockstar pour peaufiner son bébé, pour arriver à puiser l'essence de la série et offrir l'épisode le plus abouti et l'un des jeux vidéo les plus addictifs...

Lire la critique

il y a 9 ans

73 j'aime

Grand Theft Auto V
PekJB
9

Addicted to chaos

On connaît de longue date les ingrédients de la franchise. La sauce prend encore une fois, et peut être même plus que jamais. Au delà de toutes les considérations concernant la juiciness du...

Lire la critique

il y a 9 ans

57 j'aime

5

Interstellar
Gwimdor
10
Interstellar

All you need is love, love, love, love...

Aïe Aïe Aïe, nous y voilà, Interstellar, le film dont on ne doit pas prononcer le nom, celui qui déchaîne les passions, film de la décennie pour certains, arnaque pour d'autres. Déjà moqué pour ces...

Lire la critique

il y a 7 ans

480 j'aime

23

Mad Max - Fury Road
Gwimdor
9

My Name is Max, Mad max !

Putain........................... Du moment où les lumières se tamisent jusqu'au générique de fin laissant traverser le nom de Georges Miller, je suis resté scotché dans mon siège, halluciné par le...

Lire la critique

il y a 7 ans

299 j'aime

27

Whiplash
Gwimdor
8
Whiplash

Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, J.K FUCKING SIMONS

J'ai quitté la salle il y a quelques heures maintenant, et pourtant j'entends encore les baguettes claquer contre les cymbales avec une fougue hors norme, ais-je perdu la raison ou suis-je encore...

Lire la critique

il y a 7 ans

250 j'aime

5