G T A V : Influences, parallèle avec le Cinéma

Avis sur Grand Theft Auto V sur PlayStation 3

Avatar Anthony Betterave
Test publié par le
Version PlayStation 3

Plus de précisions pour commencer... Ce n'est pas une réelle critique du jeu car je ne cherche pas à donner mon avis ou à prendre partie, c'est surtout le résultat et la mise à l'écrit de pas mal de constats et recherches après avoir joué à GTA V.

INTRODUCTION

De nos jours la culture populaire s'étend à toutes sortes de nouveaux médias, à tous les supports possibles. Cependant, depuis quelques années, voire quelques décennies, on se rend parfois compte qu'une œuvre culturelle - bande-déssinée, littérature, jeu vidéo (média qui a prouvé l'étendu de son art et dont la place aux côtés de ses confrères n'est plus à justifier) – à de plus en plus de mal à s'inscrire en tant que telle dans les esprits du grand public, si elle n'est pas retransmise, retravaillée ou adaptée pour le cinéma.

CONTEXTE ET ÉTAT D'ESPRIT CHEZ ROCKSTAR

La question d'un film sur la série se pose depuis de nombreuses années alors qu'en 1977 un film Gran Theft Auto réalisé par Ron Howard à été réalisé, mais un accord entre la Fox et Rockstar a était fait, de sorte a ce qu'aucun film du même nom ne voit le jour. Cependant un monde s'est créé autour de ce jeu et une attente est toujours présente. Pourtant, Dan Houser, cofondateur de Rockstar n’est pas attiré par l’idée d’une adaptation cinématographique de son jeu. Interviewé par le magazine The Gardian, Dan Houser explique avoir été approché plusieurs fois par Hollywood.

« On nous a proposé de nombreuses choses, mais cela ne nous a jamais attiré. L’argent ne vaut pas le coup de prendre un tel risque. [...] Nos petites discussions avec Hollywood nous ont vite fait revenir au jeu vidéo. La liberté de création dont on profite est d’une immense valeur. La seconde où tu t’approches d’Hollywood, les gens acceptent ou sont forcés de perdre une grande partie du contrôle qu’ils ont sur leur œuvre. »

Selon lui le fait de faire un simple film ne serait pas suffisant pour offrir l'impression de liberté qu'offre GTA.

« Cette attitude du “ça ne marchera pas sur les spectateurs”, c’est exactement le contraire de notre manière de travailler. On essaye toujours de trouver des choses nouvelles, et se diriger vers un univers où cela n’est pas encouragé serait horrible.[...] On a cette gigantesque expérience en open world, qui dure une centaine d’heures, et qui permet aux joueurs d’avoir le contrôle sur ce qu’ils font. Un monde où ils peuvent aussi bien voler une banque que prendre des cours de yoga. Comment condenser ça en une expérience de 2 ou même 12 heures, qui enlèverait l’élément principal du jeu : la liberté ? »

Dan Houser admet cependant qu'une série serait néanmoins plus abordable pour retranscrire l'univers de GTA mais cela serait quand même un condensé.

« Un film peut bien sûr vous apporter du prestige, mais il ne faut jamais faire quelque chose dans sa vie pour la gloire. C’est plus simple d’imaginer GTA sous la forme d’une série TV, vu que la forme s’en rapproche, mais je pense qu’on perdrait quand même beaucoup si on le faisait. »

Il conclut par:
« On adore le jeu vidéo, et on pense qu’on a des choses à raconter, et que les jeux ont des choses à dire. Pourquoi ne continuerait-on pas à faire ça? »

ANALYSE

Là où Frédérick Raynal, (Game designer d‘ Alone in the Dark notament) expliquait dans une interview que le terme jeu vidéo était trop général en opposition où le Cinéma est lui classé, sous classé et répertorié en, documentaire, documenteur, long-métrage, série télé, clip vidéo, et bien d’autres formats. Dans le jeu vidéo il n’y a que des jeux vidéo. Pourtant il existe, mal-grès les points communs, des différences entre Space in Vader , Tetris et The Last of Us, L.A Noire et Beyond Tow Soul. GTA cherche à se construire au milieu de tout cela (mais semble ne pas prendre réellement partie) allant jusqu’à faire réagir le public du cinéma, se battant avec les mêmes armes que son confrère, il pourrait s’apparenter à un film de Tarantino, perçue comme un assemblages de bons éléments du jeux vidéo et s’imposant en tant que blockbuster et devenant alors un des jeux les plus attendus de la fin de vie des consoles PS3 et XBOX 360 .

Dans une ère ou là question de réalisme se pose de plus en plus tant dans le jeux vidéo que dans le cinéma avec les nouvelles technologies et autres caméras 60 FPS, Rockstar et Dan Houser gardent l’idée d’offrir un monde réaliste. S’adressant malgré tout à un joueur et non à un spectateur de cinéma, ils proposent donc une liberté d'action dictée par les codes du jeu vidéo mais se positionnent au milieu (sans trop de convictions pour certain) entre réalisme et fantaisie (tant dans le game play que dans l’évolution de la diégèse) en nous flattant afin de nous rallier à leur cause (à l’image de Christopher Nolan qui lui aussi choisit de faire évoluer son univers avec réalisme) tout en s’opposant à des jeux plus cartoonaisques tel que Saint Row , Crack Down...

Là où les anciens GTA permettaient d'avoir un comportement plus libre dans les missions - le joueur pouvait se confectionner des arrangements avec les voitures, décors... en se cachant et montant sur ce qu'il voulait - le fait d'avoir plusieurs personnages à gérer nécessite une intelligence artificielle qui aurait tendance à nous empêcher d'imaginer la mission telle que NOUS le voulons et donc s'inscrit au même niveau que le cinéma peut le faire dans la mise en scène d'une évolution diégètique et aurait pour certain tendance à tendre vers le film interactif où la cinématique marque nette une transition l’activité du joueur.

RENDU ET RÉALISATION DE LA SAGA A TRAVERS LE CINÉMA

Depuis longtemps les cinématiques et scénarios sont devenues pour Rockstar l'occasion de montrer l'étendu de la capacité du studio et d'asseoir sa position parmi les blockbusters, réalisé en se calquant sur le modèle de réalisation de grands classiques du films de gangsters. Rockstar utilise alors les mises en scènes du cinéma en jouant avec les codes des cinématiques de jeux vidéos.

On peut y voir aussi les influences et inspirations qui se retrouvent également dans le scénario comme lorsque Tony Montana de Scarface devient Tony Vercitti dans GTA Vice City et David Kleinfeld du film L'Impasse apparait presque traits pour trait en ntant que Ken Rosenberg tout deux de Brian De Palma. Pour l'épisode GTA San andreas ce sont directement les personnages principaux et des missions qui sont tiré du film Menace to Society. Mais le film qui revient souvent influencer la série est le film de Michael Mann, HEAT. Une mission du IV (Three Leaf Clover) est même un hommage au réalisateur, Tom Sizemore, l'interprète de Michael Cheritto prête sa voix à un personnage de Vice City. Dans GTA IV et V des missions sont directement inspirés du film (véhicules, méthodes...). Un des personnages principaux du V (Michael) ressemble beaucoup à Robert De Niro (allant jusqu'au grain de beauté), les tenues et coiffures ressemble à celles de Neil McCauley (De Niro).

Pour finir je vais me contenter de faire une petite liste de la plus parts des références et clins d'oeil à pas mal de films...

Un des personnages secondaires qui traite pas mal avec Trevor pour de la drogues s'appelle Tao et peut s'apparenter au personnage de Mr Chow de Very Bad Trip,chinois excentrique et accro à la drogue et qui en cherche toujours plus. Les deux personnages finissent tout les deux à se retrouver enfermé dans une glacière remplie de glaçons. A noter qu’une mission consiste à ramener un futur marié qui s'est retrouvé attaché à un poteau après sa soirée d'enterrement de vie de garçon.

On peut également acheter la veste du personnage de Drive campé par Ryan Gosling qui est disponible pour le personnage de Trevor. On peut constater que la veste est en tout point similaire à l’exception du scorpion doré sur Gosling qui devient... un crabe doré.

On peut trouver dans le désert une caravane ressemblant a la caravane de Breaking Bad dans la quelle les héros vont se perdre dans le désert pour fabriquer de la drogue, ce qui est aussi un élément familier aux deux œuvres. Le visage de Jesse Pinkman, héros de Breaking Bad se trouve tagué sur une montagne à plusieurs centaines de mètres.

Après les avoir comparé plus haut, je ne pouvait pas passer à côté de la façon dont Rockstar reprend les habituels plan en vue depuis le coffre de Quentin Tarantino et notamment dans la dernière cinématique où on se croirait dans un dialogue de Q.T sur le capitalisme...

On peut voir dans le jeux des similitudes dans le scénario avec film Mafia blues, ce qui souligne encore une fois le lien entre De Niro et Michael. Tout au long du film on suit Michael se rend à des séances chez son psychiatre, on peut voir la ressemblance physique avec les deux psychiatres des deux œuvres. Pour certain c'est une référence à la série Sopranos, mais les ressemblances physiques et similitudes dans la relation entre les deux personnages de GTA et Mafia Blues sont frappantes...
La team Rockstar ne s'arrête pas en si bon chemin en ce qui concerne les clins d’œils et références au Cinéma... Tout au long du jeu on peut constater que les clin d’œils sont très variés comme les films que nous pouvons aller voir au cinéma avec nos personnage. Il y a des parodies comme La Planète des Singes, Die Hard et même un film qui ressemble étrangement aux films surréaliste de Bunuel et Dali avec des scènes oniriques similaires a celle du film Un Chien Andalou qui est diffusé dans le jeu en Espagnol et en Français, s'il vous plait. On entend des répliques cultes comme quand deux personnages secondaires se jettent aux pieds de Trevor en lui criant « NOUS NE SOMMES PAS DIGNE » de la même manière que Wayne et Garth le font face à Alice Cooper dans Wayne's World! Des panneau électriques affichent 1,21 W rappelant Retour Vers le Futur. On peut acheter et conduire une réplique de la voiture de James Bond, L'Aston Marin avec tous les gadgets évidement. En roulant sur l'autoroute on peut voir une scène de carnage ou tout le monde est mort et une mallette avec 25000 dollars en évidence comme dans No Country For Old Men des frères Cohen... En sauvant une fille d'un Mafieux avec Micheal elle nous raconte sa vie et Michael fait référence au film le Parrain avec sa réplique "J'espère ne pas retrouver une tête de cheval dans mon lit".
Pour finir, l'histoire du jeu est lancée lorsque un des personnages démolit une maison en balconnet avec une dépanneuse, et se termine avec ce même personnage qui brandit un« Je suis trop vieux pour ces conneries » directement reprit de la série de film L’Arme Fatale.

(P.S : C'est aussi et surtout un devoir que j'ai du rendre pour un cours de "Cinéma et Jeux vidéos" pour la fac...)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 733 fois
5 apprécient

Autres actions de Anthony Betterave Grand Theft Auto V